Icon Sport

Baky écrit - Le carrelage et les dunes de Mirepoix

Baky écrit - Le carrelage et les dunes de Mirepoix
Par Rugbyrama

Le 27/10/2021 à 14:22Mis à jour

Baky écrit - Tout jeune retraité, Bakary Meité profite de sa liberté retrouvée pour intégrer l’équipe des chroniqueurs Midi Olympique. L’ancien troisième ligne a tout connu du rugby, d’abord amateur et finalement professionnel. Pour Rugbyrama, l’ancien international ivoirien va désormais s’attacher à poser un regard libre, décalé et forcément engagé sur l’actualité du rugby. Welcome "Baky".

*Parking du Super U. Point de départ de la randonnée le Quié*

Les runnings sont lacés. Les muscles échauffés. Je m’élance sur une boucle d’environ 8km. Pendant ma course, je ne cesse de me ressasser toutes ces phrases entendues dans le vestiaire quelques heures plutôt. Mes joueurs du Rugby Entente du Cabardès ont remporté leur match face à Mirepoix. Après avoir brièvement célébré avec eux, je me suis retiré dans les collines de l’Ariège pour pratiquer un autre sport, la course à pied. Je ne vais pas vous faire l’affront de trouver des analogies avec le rugby. C’est juste la solitude de la course à pied qui fait résonner en moi tous ces discours d’avant-match.

*Intérieur du vestiaire, lumière blafarde, vasistas entrouvert*

B : « De l’intensité les gars. De l’intensité. Les gars, on se l’est dit toute la semaine. Le coach nous l’a rappelé encore, là. On fait un temps, deux temps avé les gros et derrière, on lâche la balle hein… on va voir un peu plus loin. Faut qu’ils se régalent aux ailes, aujourd’hui, hein… il fait beau, pas de vent, on déplace, on déplace.

Mais tout ça, c’est ensemble les gars. EN-SEMBLE. On est bien ensemble. On vit bien ensemble. On n'est pas bien ensemble ? Hein ?! Si on vit bien, il faut qu’on le voit maintenant. Allez.

Serrez-vous ! Serrez-vous !!! Serre !!! Y’en a pas un qui passe. Pas un !! Voilà !! Comment ils vont faire ? Dites-moi comment ils vont faire ? ILS POURRONT PAS !! Je vous le dis moi !! Allez !!! »

Clac-clac-clac-clac (crampons qui frappent le sol)

Clac-clac-clac-clac.

M : APPUIE !!!

CLAC-CLAC-CLAC-CLAC

PLUS FORT !!!!

CLAC-CLAC-CLAC-CLAC

ENCORE !!!

CLAC-CLAC-CLAC-CLAC

B : Allez, cassez-moi ce carrelage !!

CLAC-CLAC-CLAC-CLAC

-Voilà ! On est bien entre nous. Chacun est important. Dans son détail. Dans son lancer. Dans sa course. Dans son déblayage.

JB : Allez allez allez. Faut le faire bien. Faut le faire maintenant. Donc on est tous d’accord : Lucas il va monter comme un tabanard. Max, tout le monde est au courant ? Premier coup d’envoi, au fond. Premier ballon derrière : on joue près. C’est bon pour tous ?

E : Allez les gars hein !!

J : Surtout, ils mettent pas les mains. On pète tout, on traverse. On l’a travaillé mardi à l’entraînement. On l’a travaillé mardi. On traverse. Un qui traverse, un qui bloque. Et après on joue. Faut jouer. Faut jouer, faut s’faire plaisir.

B : Julien, Clément. La charnière, hyper importante. Drivez-nous ! Il faut que vous nous parliez plus que d’habitude. Drivez-nous. On a besoin de vous !!

*Coup de sifflet de l’arbitre*

Toutes ces formules qui nous rassurent, qui nous motivent, qui nous transcendent… J’ai souvent été l’auteur et l’orateur de ces phrases. Galons conférés par le capitanat. Mais là…. Le néant. Le silence, tout juste entrecoupé par le bruit de ma foulée qui fait bruisser le tapis automnal des feuilles. J’aurais beau courir avec une amie fan de trail ou courir en peloton avec d’anciens collègues, le silence de la course à pied prend toujours le pas sur les discussions. L’oxygénation n’aime pas les bavardages…

Je cours pour garder un semblant de forme mais surtout pour m’évader. La promiscuité du vestiaire me manque. Mais pas suffisamment pour rechausser les crampons.

Contenus sponsorisés