Icon Sport

Baky écrit : Issa et Tiédé, les Saint-Médardais

Baky écrit : Issa et Tiédé, les Saint-Médardais
Par Rugbyrama

Le 23/11/2022 à 15:51Mis à jour Le 23/11/2022 à 16:14

BAKY ÉCRIT - Dans cette nouvelle chronique, l'excellent Baky Meïté nous parle aujourd'hui de deux joueurs Ivoiriens, Issa Bassono et Tiédé Koné, aujourd'hui réunis en Fédérale 1, à Saint-Médard-en-Jalles (Gironde). Baky, c'est à toi !

La dernière fois que j’ai vu Issa Bassono, c’était en juillet 2021. On partageait le narguilé à Treichville. Nous venions de terrasser la Namibie et, fraîchement retiré des terrains pour ma part, nous devisions au sujet d’une chimérique qualification pour la Coupe du monde 2023 en France. La mélasse délie les langues…

Tiédé Koné, lui, je l’ai retrouvé à Marseille dans le cadre de l’African Cup, le tournoi qualificatif pour la zone Afrique. Il a été plus fortuné que son comparse Issa. Son visa, le Graal pour ces jeunes rugbymen ivoiriens, fut imprimé pile à temps afin qu’il puisse participer au tournoi susnommé.

Aujourd’hui, les deux joueurs sont réunis. En Nouvelle-Aquitaine. Plus précisément en Gironde. A Saint-Médard-en-Jalles. Pour épouser leur rêve de devenir joueur de rugby professionnel.

Le Saint-Médard Rugby Club, qui évolue en Fédérale 1, les a accueillis à quelques mois d’intervalle et est devenu, par conséquent, le club ayant le plus d’internationaux ivoiriens dans son effectif.

Ils sont désormais au nombre de trois. Ils ont rejoint le capitaine du SMRC, Quentin Poupeau, le pilier gauche des Éléphants.

Ce périple, d’Abidjan au Parc de l’Ingénieur (célèbre parc de la ville girondine), ne s’est pas fait sans houle et sans heurts. Vision Mêlée, l’association loi 1901 qui s’est chargé de l’organisation administrative de leur arrivée, est là pour en témoigner. Cette association et son président Sydney Djiropo, ancien internationale ivoirien, abattent un travail considérable pour lutter contre l’isolement et favoriser l’insertion des joueuses et des joueurs africains nouvellement arrivés.

Car il s’agit bien d’un déracinement. Qui est plus ou moins bien vécu par les concernés. Cela peut vous sembler dérisoire mais la communauté, qui est le substrat du mode de vie africain, rentre en frontale collision avec le mode de vie occidental où le cloisonnement est la règle. La météo aussi. Le frimas ne tardera pas à se faire ressentir. Tiédé et Issa vont devoir se serrer les coudes. Pour l’instant, ils partagent le premier étage de la maison qui abrite aussi le siège de l’association.

Dominateur dans la parodie qu’est le championnat ivoirien, Tiédé, pilier droit d’1m90 et de 130 kilos, se confronte à l’âpre combat de la mêlée en fédérale 1. Les piliers géorgiens de Bagnères-de-Bigorre ne lui feront aucun cadeau.

Issa virevolte à l’aile, sur les terrains lors des matchs espoirs. Il ronge son frein en attendant d’avoir sa chance avec les « grands ». Un plaquage bien senti d’un centre tyrossais calmera sûrement ses ardeurs et sa fougue.

En parallèle, les deux se forment et apprennent un métier. Bien orientés qu’ils ont été par l’association. Menuiserie métallique pour le gros, installation thermique et chauffagiste pour le trois-quarts aile. Ils visent l’obtention d’un CAP dans leur discipline respective. En ayant toujours, dans un coin de la tête, leur rêve de TOP 14…

Contenus sponsorisés