Midi Olympique

Rokocoko : "Aux Fidji, le Top 14 est plus populaire que le Super Rugby"

Rokocoko : "Aux Fidji, le Top 14 est plus populaire que le Super Rugby"
Par Rugbyrama

Le 11/11/2020 à 11:12Mis à jour Le 11/11/2020 à 11:29

AUTUMN NATIONS CUP - Avant d’assister dimanche au premier match des Bleus face aux Fidji dans cette compétition, l'ancien ailier néo-zélandais né aux Fidji du Racing, Joe Rokocoko a accepté de revenir avec nous sur l'actualité rugbystique du XV de France et son île natale. Interview.

Dimanche, Français et Fidjiens s'affronteront, comment voyez-vous ce match ?

Je pense que les Français, pour ne pas tomber dans le piège, ne doivent pas essayer de déjouer le rugby fidjien, mais continuer de jouer le leur, comme ils l’ont fait durant le Tournoi des 6 Nations. Le jeu au pied est une arme qu’ils savent exploiter, comme les contre-attaque. Les Fidjiens aiment casser le rythme et le jeu, et je pense que les Français devront surtout respecter les Fidjiens comme s’ils jouaient les Anglais ou les All Blacks. Je fais confiance à Vern Cotter pour trouver la bonne formule pour battre la France, il connaît bien ce pays avec son passage à Clermont ou à Montpellier notamment.

Quel joueur Français vous impressionne le plus ?

Vous avez énormément d’ailiers qui peuvent faire la différence. Je pense que Damian Penaud est un ailier de talent, et dont vous disposez. Il est un peu comme Teddy (Thomas, ndlr), très explosif. Dans un autre registre et à une autre époque, mon centre préféré était Philippe Sella. J'adorais vraiment ce joueur !

Vous parliez de Teddy Thomas, c'est un joueur talentueux mais fréquemment blessé, quel regard portez-vous sur lui ?

Teddy n’est plus ce jeune homme que j’ai connu au Racing. C’est devenu un vrai professionnel, très rapide, un facteur X. Il n’a pas toujours eu de la chance, notamment avec les blessures, mais ça, je pense que c’est parce qu’il court trop vite et que ses jambes n’arrivent pas à suivre son propre rythme (rires). C’est quelqu’un qui donne l’impression que courir aussi vite est simple. Il fait des pointes à 36 à l’heure, alors qu’on dirait qu’il fait simplement un jogging. C’est un bon joueur qui a beaucoup progressé vraiment, il est devenu complet. Après, c’est très dur pour un joueur aussi explosif que lui d’échapper aux blessures. Vous savez, je pense que le corps est une drôle de machine et vous ne pouvez pas vraiment prévoir ce qu’il va se passer durant une saison, quand bien même vous faites des efforts comme lui en travaillant avec un coach personnel avant la saison pour vous préparer.

Test match - Teddy Thomas (XV de France) contre le Pays de Galles

Test match - Teddy Thomas (XV de France) contre le Pays de GallesIcon Sport

Dans ce match, s'il joue, il sera opposé à Josua Tuisova. Que pensez-vous du joueur de Lyon ?

Il est explosif. C’est le genre de joueur que tu regardes faire des choses devant ta télé en te disant ‘Wow, mais comment il arrive à faire ça ?’ ou ‘Aoutch ! Je n'aurais pas aimé le prendre de face’. C’est un autre type d'ailier, qui sait utiliser sa force du mieux possible. Avec Josua, c'est simple, ton équipe va toujours de l’avant. Même sur des ballons qui ne semblent pas bons, Josua les récupère et tape dans l'adversaire comme un numéro 7 ou 6. Je suis content d’avoir terminé ma carrière pour ne plus avoir à défendre sur ce genre de joueur (rires). Il a grandi et a engrangé beaucoup de confiance en lui, notamment au contact de grands joueurs à Toulon. Ils l’ont conseillé et il a pu les observer tous les jours à l’entraînement. C’est l’idéal pour progresser. Pour moi, Josua est vraiment une immense star.

A ce propos, que pensez-vous du niveau actuel du Top 14, qui compte beaucoup de joueurs fidjiens ?

Selon moi, si les joueurs Fidjiens sont très compétitifs contre les Français, c'est parce que ces joueurs jouent désormais dans des grands clubs en France et en Europe. Ils jouent aussi régulièrement la coupe d’Europe, et c'est important. Le niveau du Top 14 est bénéfique pour tout le rugby fidjien à mon sens.

Top 14 - Josua Tuisova (Lyon) a réalisé une masterclasse contre Bayonne

Top 14 - Josua Tuisova (Lyon) a réalisé une masterclasse contre BayonneIcon Sport

A ce point-là ?

Oui. Vous savez, aux Fidji, le Top 14 est plus populaire que le Super Rugby. Ceci est lié au fait que les meilleurs joueurs Fidjiens jouent en France. Durant ma dernière année de carrière en France, je sais qu’ils diffusaient deux ou trois matches du Top 14 par semaine en direct. D’ailleurs, ça m’a beaucoup étonné parce que lorsque je suis retourné aux Fidji, les gens venaient me voir en me disant ‘Joe, on a vu ton dernier match contre Pau’ ou ‘on a vu ton derby contre le Stade Français’. Ça m’a fait bizarre parce qu’en fait, ils ont compris les traditions et la culture française via le Top 14. Josua Tuisova est vraiment un très bon exemple de ce qu’est un immense star aux Fidji, comme Semi Radradra d'ailleurs.

Personnellement, suivez-vous toujours votre ancien club, le Racing 92 ?

Bien sûr ! J’étais d'ailleurs très déçu de la défaite en finale de la Coupe d’Europe. Il y a plein de jeunes joueurs, de jeunes Français qui jouent à un bon niveau dans cette équipe du Racing et qui ont eu l’opportunité de goûter aux sensations d’un parcours en Coupe d’Europe et en Top 14. Je suis très fier du club, très fier des joueurs qui sortent du centre de formation. Nous avons une belle génération de joueurs qui sortent de l’Académie et je pense que notre équipe est jeune et va continuer à grandir avec des leaders comme le capitaine, Henry Chavancy qui est un super gars. C’est l’âme de ce club, il parle beaucoup avec tout le monde et aujourd’hui, avec le recul, je me considère chanceux d’avoir pu jouer dans ce club.

Justement, comment analysez-vous la saison des Racingmen ?

Le Racing n’a pas été performant que l’an dernier. C’est un club qui arrive à l’être chaque année, et sur chaque match pratiquement. Cette équipe est jeune et ambitieuse, le moral est bon pour le moment, la confiance est là, le coach réalise un superbe travail. On a Flo (Florent Guichard, manager) et Antho (Anthony Cabaj, coach des 3/4) qui permettent aux Espoirs d’arriver prêts pour le Top 14 et je voulais vraiment les mentionner, car ils font un travail fantastique avec ces jeunes. Ce sont des hommes de l’ombre, que le grand public ne connaît pas, mais je peux vous dire que le travail qu’ils abattent chaque semaine est considérable.

Top 14 - Joe Rokocoko (Racing 92) face à Toulouse - 4 septembre 2016

Top 14 - Joe Rokocoko (Racing 92) face à Toulouse - 4 septembre 2016Icon Sport

Contenus sponsorisés