Icon Sport

Serin : "Un sentiment d'inachevé de quitter le groupe France"

Serin : "Un sentiment d'inachevé de quitter le groupe France"
Par Pierre-Laurent Gou via Midi Olympique

Le 30/11/2020 à 14:19Mis à jour Le 30/11/2020 à 16:54

AUTUMN NATIONS CUP - Baptiste Serin était le capitaine d'un soir. Le demi de mêlée du RCT livre son sentiment sur une semaine particulière pour lui et avoue qu'il aurait bien aimé être de l'aventure du dernier match des Bleus dimanche prochain à Twickenham.

Comment avez-vous appréhendé cette rencontre face à l’Italie et ce capitanat ?

De façon simple, je souhaitais apporter le plus de confiance possible à mes jeunes partenaires. J’ai essayé d’être le plus disponible possible dans la semaine sur leurs différents questionnements. L’idée, c’était de leur faire passer le stress, leur montrer que tout le monde avait confiance en eux.

Avez-vous senti, chez certains, une crainte au moment d’aborder leur premier match international ?

Oui, c’est normal et naturel. Il y avait pas mal de questions, surtout que nous n’avons eu que très peu de temps pour préparer la rencontre face aux Italiens, avec un seul entraînement intense. Il fallait donc insister sur le positif, sur leur qualité, qu’ils aient confiance dans le projet de jeu proposé. Il fallait l’assimiler très vite. Cette semaine, il y a eu pas mal de travail à la vidéo, sur l’étude notamment des déplacements à faire et des placements à avoir pour rentrer dans le cadre de jeu. Tout le monde a été très concentré toute la semaine et c’est l’une des raisons, pour ne pas dire la raison principale de notre match sérieux, samedi soir.

À 26 ans, pour la première fois cette semaine, vous étiez classé parmi les vieux du groupe ?

ça fait bizarre (rires) ! En observant mes jeunes partenaires, je me revoyais à leur place à mes débuts. Quand on m’a confié cette responsabilité pour cette rencontre, je l’ai prise avec un grand plaisir. J’ai essayé d’être là pour les autres, notamment sur les premiers jours. Après, je ne vais pas le cacher, je crois pas mal au capitanat participatif et je me suis appuyé sur quelques têtes qui m’ont bien aidé.

Retrouvez la suite de cet entretien sur le site MidiOlympique.fr

Contenus sponsorisés