Icon Sport

L’Union a encore faim !

L’Union a encore faim !

Le 14/08/2020 à 16:33Mis à jour Le 14/08/2020 à 16:34

AMICAUX - Face au BO ce vendredi à 20h, l’UBB compte démarrer sa saison du bon pied, mais elle devra se méfier d’une équipe biarrote qui s’est sérieusement renforcée à l’intersaison.

L’herbe coupée sous le pied, l’UBB a désormais fait le deuil d’une saison 2019-2020 qu’elle maîtrisait pourtant haut la main. Du côté de Moga, à l’aube du Top 14 qui devrait débuter le 4 septembre prochain, on ne parle désormais plus de cette place de leader que les Girondins occupaient, ni du boulevard qui aurait pu (ou dû) leur permettre de se qualifier pour le top 6. "Avec tout ce qui est arrivé, il y a deux sentiments possibles glisse Maxime Lucu. Soit tu es frustré, tu restes sur le négatif et tu commences la saison en pensant à ça. Soit tu gommes tout et tu ne gardes que le positif, pour continuer dans la lancée. Nous avons fait un travail sur ce plan-là avec le staff et nous en avons conclu que nous voulions revivre les moments vécus la saison dernière."

Lucu : "Nous avons des certitudes, mais…"

Passées ces paroles, les joueurs de Christophe Urios doivent écrire un nouveau chapitre de leur histoire et le premier épisode démarrera vendredi soir, sur la pelouse d’Aguiléra, où aura lieu le premier match du "monde d’après". Face au BO, comme c’est devenu une habitude depuis maintenant quelques années, les Bordelais auront à cœur de retrouver ces fameux "automatismes", ces "sensations" et ce "rythme" qui leur manque depuis maintenant cinq mois. "Il faudra, aussi, que l’on s’adapte aux nouvelles règles, notamment au niveau des rucks, reprend le demi de mêlée de l’UBB. Ensuite, nous voudrons renouer avec cette envie et ce plaisir que nous avions. Pour vendredi, il n’y a pas forcément d’objectif particulier, si ce n’est celui de gagner." Avec peu de mouvements à l’intersaison (sept arrivées, dont deux retours au club), une ossature de leaders conservée, l’UBB post-confinement a de grandes chances de ressembler à celle qui dominait le Top 14 avant le début de la pandémie. Dès lors, peut-on s’attendre à revoir le jeu proposé par les Bordelais, rapidement ? "Ça fait cinq mois que nous n’avons pas joué, calme Lucu. Il y aura forcément des automatismes à retrouver, même si on connaît les mecs. On va affronter des défenses, avec des joueurs en face qui voudront nous contrer. Il y a de la continuité dans le groupe, mais il faut s’attendre à ce que l’on ait un petit temps d’adaptation. J’espère que ça prendra vite. On tend vers le visage que nous avions l’an dernier, nous travaillons pour garder la même osmose. Après, les équipes en face seront renforcées aussi, tout le monde sera présent et régénéré. Alors oui, nous avons des certitudes et les intentions seront les mêmes, mais on verra comment se passent les matchs."

Match amical, jeu débridé ?

Habituées à se rencontrer pour lancer leurs saisons, les deux équipes proposeront-elles vendredi, à nouveau, une rencontre plaisante, comme ce fut le cas par le passé ? Possible, du moins, les intentions devraient tendre vers ça et, des deux côtés, la simple envie de retrouver la compétition est immense. La seule différence pourrait être que ce BO-là apparaît comme plus dense, plus équipé qu’avant. Ancien de la maison, qu’il a habitée pendant cinq saisons, Maxime Lucu conclut : "Je pense qu’ils vont nous embêter ! C’est costaud devant, derrière ça joue. Vu le mercato qu’ils ont fait, je pense que ça va être une des meilleures équipes de Biarritz en Pro D2. Ils ont des recrues phares à des postes où il leur en manquait. S’ils arrivent à faire quelques coups à l’extérieur, tout en restant solides à domicile, on peut s’attendre à les voir dans les six. En tout cas, je l’espère, parce que je reste supporter de ce club…"

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés