Icon Sport

Affaire FFR - Bernard Laporte (Président) : "Les comptes de la FFR sont loin d’être dans le rouge"

Laporte : "Les comptes de la FFR sont loin d’être dans le rouge"

Le 09/11/2018 à 18:51

AFFAIRE FFR - En marge de l’inauguration du stade Pierre Camou au cœur du CNR, Bernard Laporte a évoqué pour rugbyrama.fr l’actualité chaude du XV de France et de la FFR.

Rugbyrama : Vous avez rendu un hommage fort à Pierre Camou en donnant son nom au terrain d’honneur de Marcoussis…

Bernard Laporte : D’abord, je dois dire que j’aimais beaucoup Pierre, que j’ai eu comme vice-président de la FFR pendant huit ans. Je le côtoyais à Marcoussis et même au château Ricard à l’époque. J’ai voulu m’engager avec certaines convictions différentes de Pierre mais cela ne m’empêchait pas d’apprécier et même d’admirer l’homme. Le temps passé avec lui était du bon temps, très chaleureux, que je garderai en mémoire. J’ai donc voulu lui rendre un hommage fort. On a hésité au début, on ne savait pas trop quoi faire. Finalement, baptiser le terrain d’honneur de Marcoussis Pierre Camou, c’est installer Pierre ici définitivement.

Il n’y avait donc aucune rancœur entre vous ?

B.L. : Non. Quand j’ai gagné la présidence de la fédération, on s’est accolé comme père et fils. Il venait de perdre mais le fait que ce soit moi et quelqu’un de plus jeune qui prenne sa place, je pense que cela a diminué ça peine. J’étais un des siens finalement, vu que nous avons fait route commune pendant huit ans.

" L’objectif est évidemment de gagner les trois matchs"

L’actualité à Marcoussis est également la préparation de la tournée d’automne. Avez-vous fixé cette année encore un objectif de résultats ?

B.L. : Quand on est l’équipe de France et qu’on reçoit trois fois, l’objectif est évidemment de gagner les trois matchs. On ne va pas dire qu’il faut en gagner deux, peut-être accrocher un nul…non, l’équipe de France doit gagner, partout où elle joue. Jusqu’à présent, elle a du mal, c’est vrai, mais elle doit retrouver le chemin de la victoire. Il faut donc gagner les trois matchs.

L’autre objectif de novembre n’est-il pas de faire remonter la côte de popularité du XV de France ?

B.L. : J’ai lu à ce propos un sondage très intéressant qui révèle que 83% des Français aiment l’équipe de France de rugby. Cela m’a agréablement surpris. Malgré nos résultats peu étincelants de ces derniers temps, cela dénote quand même un certain amour pour cette équipe nationale de rugby.

" Les Provinciaux ne viennent plus pour un match à 21 heures"

Il est annoncé seulement 55000 personnes au Stade de France samedi…

B.L. : C’est vrai que nous avons du mal à remplir ce stade depuis un certain temps. Quand on regarde la tournée 2012, qui était similaire (Australie, Argentine et Samoa) à celle de cette année, on s’aperçoit que le taux de remplissage était identique à ce qu’on a actuellement. Pourtant, on ne peut pas évoquer les résultats puisque l’équipe de France avait été en finale de la Coupe du monde l’année précédente. C’est que les gens de Province ne viennent pas à 21 heures. J’ai plein d’amis qui me le disent. Il y a déjà le prix du billet, de l’hôtel... et aussi le fait que le mec qui monte à Paris, ce n’est pas uniquement pour voir le match. Il veut aussi en profiter pour passer la soirée avec des potes et boire des coups. Là, il arrive à Paris à minuit et la soirée est déjà finie. Donc les Provinciaux ne viennent plus pour un match à 21 heures et c’est un handicap. Le point positif, c’est que le rugby est en prime time et que du coup, de plus en plus de gens le regardent à la télé.

Une tournée réussie profiterait aussi à la FFR, dont nos confrères du JDD assurent que ses comptes seraient dans le rouge…

B.L. : Les comptes ont été expliqués ce vendredi au comité directeur de la fédération. Il n’y a aucun problème et il y a surtout 6 millions d’euros qui ont été vers les clubs. Donc non, les comptes de la FFR sont loin d’être dans le rouge. Et heureusement, car avec tous les partenaires que nous allons chercher, ce serait quand même étonnant. S’il faut donner du crédit à toutes les conneries qui sont écrites…Il faut juste lire les bilans du comité directeur pour comprendre qu’il n’y a aucun souci, d’autant plus que nous avons un trésorier exceptionnel.

Contenus sponsorisés
0
0