Icon Sport

Dylan Cretin plante le décor : "On veut absolument gagner ce Tournoi"

Dylan Cretin plante le décor : "On veut absolument gagner ce Tournoi"

Le 26/01/2022 à 10:31Mis à jour

TOURNOI DES 6 NATIONS - Mardi soir, c'est depuis les Bouches-du-Rhône où le XV de France a entamé sa préparation du Tournoi, que Dylan Cretin s'est exprimé. Le troisième ligne lyonnais (24 ans, 11 sélections) a évoqué le cadre du camp de Carpiagne, le début de la préparation, le succès devant les Blacks et les ambitions des Bleus pour la compétition.

L'état d'esprit de ces retrouvailles

"Comme à chaque fois, nous essayons de faire comme s'il n'y avait pas de pause entre les rassemblements afin d'éviter les cassures. Pour nous, la Nouvelle-Zélande, c'était il y a trois jours. C'est comme si c'était dimanche dernier. Le but est d'enchaîner dessus pour conserver une continuité et ne pas repartir de zéro. Tout le monde est désormais pleinement tourné vers les prochaines rencontres. Pour cela, il nous faut garder tout ce que l'on a fait de bien et travailler ce que l'on a fait de mal. Chaque victoire, notamment celles en Australie ou contre la Nouvelle-Zélande, valide le travail effectué depuis deux ans ainsi que notre plan de jeu. On voit que ça marche face à beaucoup d'équipes, ça conforte notre projet."

Le cadre inédit du camp de Carpiagne

"C'est assez impressionnant. A notre arrivée, dimanche, des chars et des tanks nous ont accompagnés. Il y avait aussi les légionnaires en rangs. Toute une cérémonie a eu lieu. Cela a bien posé le cadre. Ce contexte change notre façon de travailler. Il y a moins de confort qu'à Marcoussis mais je pense que c'est aussi le but du stage de s'endurcir avec de telles conditions. Il est prévu d'avoir des échanges avec les légionnaires dans la semaine afin qu'ils nous parlent de ce qu'ils vivent en sachant que c'est bien plus dur que ce que l'on connaît. On a à apprendre les uns des autres. Cela fait garder les pieds sur terre. A côté de ça, il y a une température qui n'est pas désagréable, ça aide."

Le programme des entraînements

"On part assez tôt le matin rejoindre la légion, par des petits bus. La salle de vie, les kinés, la muscu, le terrain : tout est là-bas. Mardi matin, le groupe a travaillé le bas du corps et des sprints avec charges. Après, nous sommes passé à la "clarté", avants et trois-quarts séparés, puis au collectif, en marchant, pour voir tous les lancements en touche, en mêlée et les cellules des trois-quarts. Après avoir mangé à la légion, il y a eu un travail analytique sur l'attaque et la défense de notre futur adversaire, l'Italie. Puis il y a eu une séance où ça a bien couru. C'était assez intense, avec des sprints, afin de répéter les lancements avec de la vitesse. C'était un entraînement classique du mardi avec du mixte et du séparé."

La position de favoris

"Commencer le Tournoi sans espérer le gagner, ce serait la pire des erreurs à faire. Bien sûr que l'on prépare cette compétition pour la remporter. Comme en 2021. C'était peut-être moins le cas en 2020. Mais déjà, l'an dernier, il y avait cet objectif. On veut absolument gagner ce Tournoi. On sait que ce ne sera pas simple. Il y a plus ou moins quatre équipes qui peuvent s'imposer. On nous met favoris mais l'Irlande a aussi gagné les Blacks. Les Anglais seront toujours là, les Gallois sont toujours durs à battre et on a du mal contre les Ecossais. C'est ce qui fait la beauté du Tournoi et sa difficulté."

Contenus sponsorisés