Icon Sport

Wayne Pivac, de zéro à héros

Wayne Pivac, de zéro à héros
Par AFP

Le 28/03/2021 à 10:00

TOURNOI DES 6 NATIONS 2021 - En un an sur le banc du pays de Galles, Wayne Pivac est passé par tous les états : 5e et avant-dernier pour son premier Tournoi des 6 Nations, le sélectionneur gallois a guidé le XV du Poireau vers le 28e titre de son histoire en 2021.

Et dire qu'il y a quelques mois, au sortir de l'édition 2020, terminée juste devant l'éternelle Cuillère de bois italienne, les Gallois avaient glissé à la 8e place du classement mondial.

Les réseaux sociaux fleurissaient alors de "#PivacOut" et les anciennes gloires montaient au créneau pour demander du changement. Vendredi soir, après la défaite de la France devant l'Ecosse (27-23), synonyme de délivrance pour les siens, Pivac a savouré le moment.

"Quel Tournoi ! Nous autres, Gallois, nous sommes aux anges. Nous sommes très heureux d'avoir remporté le Tournoi. C'est dommage que nous n'ayons pas pu le faire, le groupe ensemble, la semaine dernière", a-t-il expliqué au micro de la BBC. Le technicien de 58 ans regrette seulement l'unique défaite des "Dragons rouges" dans les arrêts de jeu au Stade de France (32-30).

Tournoi des 6 Nations 2021 - L'essai de Brice Dulin (France) qui offre la victoire à la France contre le pays de Galles

Tournoi des 6 Nations 2021 - L'essai de Brice Dulin (France) qui offre la victoire à la France contre le pays de GallesMidi Olympique

"Ça n'enlève rien au fait que beaucoup de dur travail a été accompli et nous en sortons en tête du classement, avec la victoire finale", a-t-il ajouté.

Après Gatland

Le Néo-Zélandais avait débarqué après le Mondial 2019 au Japon pour remplacer Warren Gatland, l'homme qui a transformé le pays de Galles en demi-finaliste de la Coupe du monde (2011 et 2019) et qui a remporté quatre Tournois, dont trois grands chelems (2008, 2012, 2019). Après douze ans de succès, Gatland voulait passer à autre chose et c'est Pivac qui a été chargé de prendre la succession.

Mais si les ingrédients étaient là, la recette a mis du temps à prendre. Fini le jeu un peu stéréotypé mais diablement efficace, Pivac entend déployer un jeu expansif. "Je n'aime pas trop les équipes de robots." L'ancien policier n'est en effet pas un adepte d'une application stricte des règles: il l'a admis lui-même lors de sa prise de fonction, assurant préférer des joueurs "qui s'expriment".

Une approche qui lui a plutôt réussi puisqu'il a remporté le Pro 14 (alors Pro 12) avec les Scarlets en 2017, avant de ramener la franchise de Llanelli en finale l'année suivante.

Enchaîner les succès

"Il m'a fallu un certain temps pour faire tourner cette machine et finalement nous avons eu du succès. Les gens auront toujours leurs opinions. Et à juste titre : ils soutiennent l'équipe et mettent beaucoup de foi dans ce que nous faisons. Donc si les choses ne vont pas bien, des questions sont logiquement posées", a récemment justifié Pivac.

"Quand je regarde d'autres sports, je suis probablement assez critique aussi. C'est la nature humaine, n'est-ce pas ?", a-t-il ajouté.

Tournoi des 6 Nations 2020 - Wayne Pivac (sélectionneur du pays de Galles) lors de l'annonce de sa liste

Tournoi des 6 Nations 2020 - Wayne Pivac (sélectionneur du pays de Galles) lors de l'annonce de sa listeIcon Sport

Petit à petit, Pivac a réussi à transformer le pays de Galles, profitant aussi de l'explosion du tonitruant ailier Louis Rees-Zammit (20 ans), auteur de quatre essais en cinq matches, de l'inusable Alun-Wyn Jones (157 sélections) ou de joueurs connus en club et devenu internationaux (Wyn Jones, Hadleigh Parkes...).

En 2020, le pays de Galles n'avait battu que l'Italie, à deux reprises (42-0 et 38-18), ainsi que la Géorgie (18-0). Mais pas de quoi inquiéter le placide Pivac.

Résultat : en 2021, ses Gallois ont enchaîné les succès, parfois un brin chanceux, comme face à l'Ecosse (25-24) ou l'Irlande (21-16), d'autres plus retentissants, à l'image des démonstrations devant l'Italie (48-7) ou l'Angleterre (40-24).

Et il ne s'en est fallu que d'un essai de l'arrière français Brice Dulin, après deux minutes d'arrêts de jeu, pour priver les Gallois d'un treizième Grand Chelem.

Peu importe, l'Ecosse a tenu bon face aux Bleus et, plus d'un an après des débuts compliqués, Wayne Pivac et son XV du Poireau sont sur le toit de l'Europe. "Diolch! (merci)", lui disent les Gallois.

Contenus sponsorisés