Icon Sport

Vers une stratégie en deux temps pour remporter le Tournoi ?

Vers une stratégie en deux temps pour remporter le Tournoi ?
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 24/03/2021 à 14:55Mis à jour Le 24/03/2021 à 14:57

TOURNOI DES 6 NATIONS 2021 - Si les Bleus sont conscients de la difficulté de la tâche qui les attend pour remporter le Tournoi, ceux-ci ne comptent pas pour autant se lancer aveuglément à l’assaut de l’en-but écossais. La stratégie semblant plutôt concéder à défendre de manière hermétique, pour avoir le moins de points possible à marquer face à la meilleure défense des Six Nations.

Si Fabien Galthié et son staff avaient choisi la semaine dernière de reconduire en masse les 15 titulaires qui avaient largement leur mission à Twickenham, les soixante premières minutes face au pays de Galles ne les ont pas forcément inciter à renouveler l’expérience. Logiquement donc, c’est une équipe dont l’ossature s’articulera autour de la meilleure période des Bleus qui sera titularisée ce vendredi, entendez par là celle qui a terminé le match. Nul hasard donc de voir Arthur Vincent retrouver une place de titulaire au centre tandis que Fickou sera décalé d’un cran sur l’aile, tandis qu’Anthony Jelonch et Swan Rebbadj débuteront la rencontre.

Vidéo - La question qui fâche : faut-il abandonner le jeu de dépossession pour s'imposer largement ?

07:13

Ce dernier devant en réalité autant à la qualité de son entrée qu’à la légère blessure au genou de Romain Taofifenua, qui ne lui a pas permis de s’entraîner en début de semaine. "On mise sur notre expérience collective, et l’expérience collective de ces vingt dernières minutes face au pays de Galles est très forte, confirmait Galthié. On a aussi souhaité densifier nos couloirs en fonction du profil de nos adversaires, sachant que Teddy Thomas pourra rentrer en deuxième période pour apporter son punch."

Lâcher les chevaux sur la fin

De quoi en déduire que les Bleus, en quête d’une victoire bonifiée mais surtout d’un écart au score supérieur à 20 points, souhaiteront d’abord concéder le moins de points possibles avant de lâcher le frein à main en fin de match, avec l’apport des impacts players Romain Taofifenua ou Teddy Thomas ? C’est grossièrement l’idée, oui, en un peu plus compliqué... "Il y a eu des débats entre nous en début de semaine, pour savoir si nous devions accorder plus de place à un secteur par rapport à un autre, convenait en creux le manager Raphaël Ibanez. Mais il y a tellement de connexions au sein du staff qu’on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas besoin de fonctionner comme cela."

"On travaille autant la défense que l’attaque, et vice-versa, affirmait Fabien Galthié. Tout simplement parce qu’on ne peut pas prévoir à quoi un match va ressembler. On peut être lancé par un gros début de match en attaque aussi bien que par une grosse séquence défensive, et c’est important de pouvoir répondre présent dans tous les cas de figure. De toute façon, même si toutes les équipes du monde deviennent de plus en plus performantes dans un rugby de position, ce sont bien les phases de transition qui restent les plus importantes dans le rugby moderne.C’est pour cela que l’on se doit toujours de travailler avec un regard global, plutôt que de voir par le prisme de l’attaque ou de la défense."

Et le sélectionneur de rappeler que "le premier objectif demeure de remporter le match, face à une équipe qui vient chercher la deuxième place du Tournoi." Manière de recentrer les débats autant que d’ôter un peu de pression à ses hommes...

Contenus sponsorisés