Icon Sport

Les Tops et les flops des Bleus dans ce 6 Nations

Les Tops et les flops des Bleus dans ce 6 Nations

Le 28/03/2021 à 13:27Mis à jour Le 28/03/2021 à 14:53

TOURNOI DES 6 NATIONS 2021 - Le sélectionneur Fabien Galthié a fait appel à trente-deux joueurs pendant ce Tournoi des 6 Nations. Charles Ollivon et Brice Dulin n’ont pas manqué une seule minute de la compétition. Voilà le baromètres de l'ensemble des joueurs utilisés.

Une ossature bien en place

Ce deuxième Tournoi des 6 Nations de l’ère Galthié a permis de mieux identifier la hiérarchie chez les Bleus. Le sélectionneur a maintenant ses cadres autour du capitaine Charles Ollivon qui a disputé l’intégralité des cinq rencontres. Le troisième ligne de Toulon a d’ailleurs confirmé qu’il pouvait être le grand patron des tricolores, à l’image de la révolte qu’il a su mener face au pays de Galles. Il n’est pas la seule valeur sûre puisque une ossature se dessine véritablement chez les Bleus. La première ligne tricolore est bien installée et donne satisfaction avec notamment les Toulousains Cyril Baille et Julien Marchand qui ont tous les deux dépassés les 300 minutes de jeu mais aussi Mohamed Haouas, même s’il a été moins régulier. Ils sont nombreux à être devenus indiscutables au sein du XV de départ. On pense notamment à Grégory Alldritt et à Antoine Dupont qui sont des leaders depuis la dernière coupe du monde au Japon.

Le numéro huit rochelais a été un des français les plus réguliers sur l’ensemble de la compétition alors que le demi de mêlée toulousain, touché par la Covid-19 pendant la compétition, est maintenant très surveillé par ses adversaires. En revanche, deux autres joueurs ont pris une autre dimension ces dernières semaines. Il s’agit du trois-quarts centre Gaël Fickou, qui est la pièce majeure de la ligne d’attaque tricolore et le capitaine de la défense. Performant en position de centre, son décalage à l’aile pour la " finale " face à l’Ecosse ne l’a pas empêché de livrer une grande prestation. Il est évident que Fabien Galthié et Laurent Labit construisent autour de lui. Aussi, Brice Dulin a confirmé son nouveau statut de titulaire indiscutable, malgré son erreur en fin de match face à l’Ecosse, puisqu’il est le seul joueur, avec Charles Ollivon, à avoir disputé la totalité de la compétition. Anthony Bouthier, arrière des Bleus lors du Tournoi 2020, a disparu des radars avec une seule feuille de match sans pour autant rentrer sur la pelouse.

Gaël Fickou (XV de France)

Gaël Fickou (XV de France)Icon Sport

Le sélectionneur a aussi eu quelques bonnes surprises pendant la compétition. La première en seconde ligne où Romain Taofifenua a profité d’une blessure de Bernard Le Roux pour réaliser un grand match face à l’Angleterre et démontrer qu’il pouvait bousculer la hiérarchie à ce poste où Paul Willemse s’est révélé essentiel, alors que Swan Rebbadj a aussi su saisir sa chance en fin de compétition au détriment de Cyril Cazeaux. Au niveau des avants, Anthony Jelonch et Dylan Cretin ont tour à tour livré des prestations intéressantes et se présentent comme des options sérieuses en fonction du profil de l’équipe adverse. En revanche, ils devront composer avec le retour de François Cros.

Romain Taofifenua (France) sur la pelouse de Twickenham face à l'Angleterr

Romain Taofifenua (France) sur la pelouse de Twickenham face à l'AngleterrIcon Sport

Au niveau de la ligne d’attaque, Arthur Vincent a aussi marqué des points en disputant 264 minutes. Il a profité de la blessure de Virimi Vakatawa en début de Tournoi pour montrer qu’il pouvait être le puncheur des Bleus au centre du terrain, d’autant plus que le Racingman n’a pas été étincelant lors de son retour. Aux ailes, Damian Penaud est le seul qui se détache sur l’ensemble de la compétition même si Gabin Villière a été coupé dans son bel élan par une blessure alors que Teddy Thomas a alterné le chaud et le froid. Enfin, le staff des Bleus sait qu’il peut compter sur deux ouvreurs de très haut niveau. Le Girondin Matthieu Jalibert a parfaitement su prendre le relais de Romain Ntamack. Ce dernier a aussi brillé lors de son retour face au pays de Galles avant d’être moins performant contre l’Ecosse, à l’image de l’ensemble de l’équipe.

Le Tournoi a été plus délicat pour Baptiste Serin, Camille Chat, Louis Carbonel, Cameron Woki et Pierre Bourgarit qui ne sont pas parvenus à faire bouger les lignes et qui doivent souvent composer avec des joueurs devenus incontournables à leurs postes. Parmi ceux destinés à être remplaçants, Jean-Baptiste Gros et Uini Atonio ont néanmoins confirmé leur place dans la hiérarchie, passant notamment devant Hassane Kolingar et Dorian Aldegheri.

Contenus sponsorisés