Icon Sport

Galthié : "L'équipe de France a livré un grand match"

Galthié : "L'équipe de France a livré un grand match"

Le 13/03/2021 à 20:24Mis à jour Le 13/03/2021 à 21:00

SIX NATIONS - Le sélectionneur français a témoigné de sa fierté après que ses Bleus soient tombés avec les honneurs à Twickenham, ce samedi (23-20). S'il regrette quelques situations mal gérées, en fin de match notamment, le technicien se projette avec optimisme sur le dernier défi face au pays de Galles qui peut permettre au XV de France de remporter ce Tournoi.

Quel sentiment domine au coup de sifflet final : la fierté ou la frustration ?
L'équipe a livré un grand match. C'est une chose. Après, il y a ce dénouement. Il faut le digérer. Ca se joue sur la fin. Globalement, il y a de quoi être fier des joueurs, de leur solidarité. C'est un match qui fait grandir même s'il n'a pas été gagné. On pouvait le faire, pourtant. Il y a deux ou trois moments clés qui auraient pu nous permettre de finir plus confortablement. A la fin, il y a ces pénalités qui nous font reculer, ces ballon tombés aussi. On apprend. Si l'on refait le match, il y a la possibilité de le construire différemment. A la fin de la première mi-temps, il y a notamment ce ballon bien porté où l'on finit par être pénalisé à deux mètres de la ligne. C'est dommage. Si l'on marque là...

Peut-on dire que le coaching anglais a été plus efficace et déterminant ?
On regardera ça... Il n'y a pas eu énormément de rugby sur la deuxième mi-temps. Autant la première avait été très rythmée, autant la deuxième a été plus saccadée. Sur la fin, ils ont réussi à chercher la victoire. On dira donc qu'ils ont mieux terminé.

En première période, il y a eu plusieurs touches rapidement jouées depuis vos 22 mètres. Etait-ce une consigne ?
On était en position pour sortir de notre camp normalement. Les joueurs sont libres, ils peuvent tenter mais on a laissé de l'énergie et des points sur cette période. On s'est un peu grisé.

L'an dernier, le grand chelem s'était envolé à Edimbourg lors de la 4e journée, aussi. Quel parallèle pouvez-vous dresser avec ce revers ?
C'est très différent. En Cosse, l'équipe avait joué à 14 pendant cinquante minutes et avait terminé loin. Là, on est devant jusqu'à trois ou quatre minutes de la fin. Le goût de la défaite est différent. En termes d'expérience et de vécu, c'est différent aussi. Il faut traverser ces matchs. C'est notre douzième ensemble, il va permettre de continuer à progresser.

Charles Ollivon nous a dit que vous aviez été positif dans le vestiaire en insistant sur le fait que le XV de France garde son destin en mains pour la victoire finale...
Effectivement, il y a du positif. Il faut digérer ce résultat et basculer sur le pays de Galles. Ce match commence maintenant de par notre capacité à vivre la frustration ensemble.

Contenus sponsorisés