Icon Sport

Une promenade de santé pour l’Irlande

Une promenade de santé pour l’Irlande

Le 27/02/2021 à 17:09Mis à jour Le 27/02/2021 à 17:24

6 NATIONS 2021 - Il n’y aura pas eu match ce samedi à Rome, avec un XV du Trèfle qui se rassure après deux défaites et décroche son premier succès – bonifié – face à une équipe d’Italie totalement dépassée (10-48).

Avec un bilan égal de deux défaites avant ce troisième rendez-vous, Italiens et Irlandais partaient sur un pied d’égalité au Stadio Olimpico ; une égalité bien subtile et absolument pas perceptible sur le terrain tant l’Irlande a maitrisé son sujet. Avec six essais à la clé et donc le point du bonus offensif, l’équipe d’Andy Farrell se rassure après ses défaites bonifiées au Pays de Galles et face à la France à Dublin. Néanmoins, c’est un bien petit match des VI Nations qui s’est déroulé au Stadio Olimpico, marqué une indiscipline générale et un rythme peu soutenu.

La Squadra Azzura, privée de Stephen Varney blessé à l’échauffement, n’a rien proposé, rien montré et a été dominée dans tous les compartiments, ne parvenant pas à s’adapter à ce que son adversaire lui a proposé. Trop lisible, elle a subi.

Six essais à un, l’Irlande déroule, l’Italie sans saveur

Sur le plan offensif, la seule lueur italienne restera l’essai avant la pause de Johan Meyer, l’un des rares à avoir mis les siens dans l’avancée (40’+3). À part ça, rien. Si, de nombreuses fautes à l’image des cartons contre Zilocchi (59’) et Bigi (65’).

Avec un Jonathan Sexton de retour (100% au pied, 8/8), l’Irlande n’a pas tremblé et a même manqué de réalisme au regard d’une seconde période essentiellement passée dans le camp italien. Garry Ringrose a ouvert le bal d’un franchissement (11’) puis Hugo Keenan s’en est allé, lancé, sur une belle séquence (31’). Will Connors en bout de ligne a réalisé le vrai break (36’) avant que CJ Stander ne sécurise le bonus offensif en force au retour des vestiaires (43’). Connors a signé le doublé sur un maul dévastateur (66’) tandis que Keith Earls a finalement ponctué le bal offensif (80’+1).

Contenus sponsorisés