Icon Sport

Les enseignements du premier XV de Galthié

Les enseignements du premier XV de Galthié
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 30/01/2020 à 16:39Mis à jour Le 30/01/2020 à 17:04

TOURNOI DES 6 NATIONS 2020 - Le sélectionneur Fabien Galthié a annoncé ce jeudi après-midi la composition du XV de France qui affrontera l'Angleterre dimanche en ouverture du Tournoi des 6 Nations. Quels en sont les enseignements ? Deux joueurs à zéro sélection sur le pré, la charnière du dernier Mondial aux commandes et de bien belles promesses faites par le nouveau patron des Bleus....

Deux joueurs à zéro sélection

Fabien Galthié a donc osé. Le choix de la jeunesse et de l'inexpérience, c'est le sien. Et il l'assume. Il l'a dit et répété ce jeudi à Nice à l'instant d'annoncer son premier quinze de départ, celui qui affrontera dimanche l'Angleterre, en ouverture du Tournoi des 6 Nations 2020. Le sélectionneur Fabien Galthié a notamment choisi d'aligner deux joueurs comptant zéro sélection. L'arrière Anthony Bouthier va démarrer la rencontre face à l'Angleterre, dimanche, tout comme le pilier droit Mohamed Haouas.

Vidéo - Essai de 80 mètres, timing, vista : Comment Bouthier a crevé l'écran avec Vannes

02:23

A propos de son arrière, Galthié a dit : "Ce qui nous a poussé à le titulariser, ce sont ses performances en club. Depuis le début de la saison, il a des performances de très haut niveau, et de façon récurrente. Il est très bon dans la régularité. Il a été plusieurs fois dans des conditions compliqués. Xavier Garbajosa, son entraîneur nous a dit qu'à deux reprises son équipe avait été en difficulté contre La Rochelle et l'UBB. A la mi-temps, il a sorti le demi d'ouverture néo-zélandais Cruden et a fait passer Anthony Bouthier à l'ouverture. Il a redynamisé son équipe pour arracher une victoire et un match nul. Et les entraînements qu'il a produit avec ont confirmés son potentiel. Il a répondu positivement à toutes les situations qu'il a eu à gérer, pour le moment." Et Galthié de développer, toujours à propos d'Anthony Bouthier, mais aussi de Mohamed Haouas : "Ce sont deux joueurs avec un parcours qui sort de l'ordinaire. Comme quoi dans le sport tout est possible."

Haouas plutôt que Bamba

Demba Bamba, malgré son jeune âge, avait pour lui d'avoir au moins pris part au dernier Mondial. Las, Galthié lui a préféré Mohamed Haouas, novice au niveau international, pour débuter la rencontre. "On n'a pas de certitude à ce niveau là, a expliqué le sélectionneur qui a longtemps hésité. Entre deux joueurs qui ont peu d'expérience à ce niveau, on peut se poser des questions. La réponse on l'aura dimanche. Haouas est sur une trajectoire étonnante. Mais, la vérité, c'est celle du terrain. Pour l'instant, "Momo" fait ce qu'on lui propose. Il est confronté au Top 14 depuis deux ou trois saisons. Là, il est dans une autre dimension. On va voir comment ça va se passer." Galthié a aussi évoqué la relation avec le deuxième ligne qui évoluera à droite. Le choix de Paul Willemse, Montpelliérain comme Haouas, n'est assurément pas étranger à la première titularisation de ce dernier.

La charnière du Mondial

Antoine Dupont et Romain N'tamack ont été choisi. La charnière du Stade toulousain est aussi celle du dernier Mondial. Pour Galthié, la continuité s'imposait. Logique, forcément logique. "Cet axe a donné entière satisfaction dans un contexte compliqué, a-t-il dit. Ils ont été performants et se sont adaptés à l'environnement. Il faut de la continuité, on s'appuie donc sur eux pour développer le potentiel de notre équipe."

Des "finisseurs", pas des remplaçants

Sur un terrain de rugby, la réputation de Fabien Galthié ne prête plus au débat : il est un technicien hors-pair. Le moindre détail, il y consacre une attention presque déraisonnable aux yeux du commun des mortels. Sans doute est-ce une de ses forces. Minutieux, pointu, le sélectionneur pousse le vice jusque dans les entrailles de sa communication. A l'instant d'énoncer les joueurs choisis pour porter les numéros 16 à 23, il n'a pas employé le mot "remplaçant", mais "finisseur".

Pour lui, la sémantique a un sens. Interrogé sur le sujet, il a surtout expliqué le choix des hommes. Cameron Woki, Boris Palu ou encore Vincent Rattez n'étaient pas forcément attendus. "Pour être finisseur, il faut être finisseur avant et pendant les rendez-vous a-t-il commenté. Les joueurs que nous avons retenus nous ont semblés performants dans leur club, mais aussi depuis qu'ils sont avec nous."

Les promesses de Galthié

Comme à son habitude, Fabien Galthié est apparu sérieux, parfois rieur mimant de ne pas comprendre certaines questions. Il s'est montré surtout concentré. Impliqué. D'aucuns soulignent l'aspect théâtral du personnage dans cet exercice médiatique qu'il veut maîtriser d'un bout à l'autre. Quand la question de l'objectif fixé pour ce crunch est intervenue, il a semblé "habité", comme il s'est défini lui-même au cours de cette conférence de presse, et a délivré un message terriblement ambitieux.

"Attendez-vous à une présence, à un engagement optimal, à des joueurs qui vont jouer avec passion, qui vont repousser leurs limites, à un paquet d'avant et une conquête qui vont tout donner, à des phases de combat féroces, à des plaquages et des collisions féroces." Et de conclure sa tirade, la mâchoire serrée, l'oeil profondément noir : "Attendez-vous à une équipe qui ne lâche rien." A tout dire, la promesse est belle. Rendez-vous dimanche.

Vidéo - Galthié : ''L'objectif ? Gagner, tout simplement''

00:29
Contenus sponsorisés