Icon Sport

Ollivon : " Il ne faut pas qu’on s’éparpille"

Ollivon : " Il ne faut pas qu’on s’éparpille"

Le 05/02/2021 à 18:54Mis à jour Le 05/02/2021 à 18:55

TOURNOI DES SIX NATIONS 2020 - Samedi (15h15), le XV de France débute son Tournoi des Six Nations 2021 par un déplacement en Italie. Alors que l’attente est énorme sur les Bleus, le capitaine Charles Ollivon (27 ans, 18 sélections) met en garde son groupe contre un excès de confiance.

Comment évaluez-vous le niveau de préparation de votre équipe avant ce premier match ?

Charles Ollivon : On est arrivé à Nice tous dans des cas différents, comme c’est souvent le cas en Top 14 à ce moment de la saison. Mais on s’est tous mis à niveau avec les prépas physique et les entraîneurs. On a bien travaillé pendant ces 10 jours à Nice qui ont été très bénéfiques. On était tous contents de se retrouver dans un premier temps, tous contents de la qualité du travail sur ce stage. Aujourd’hui, on est prêts. On a surtout envie d’attaquer ce Tournoi des Six Nations.

Ressentez-vous une impatience au moment de débuter ce Tournoi qui est présenté comme le Tournoi de la confirmation ?

C.O : Oui, pour être honnête, il y a beaucoup d’excitation. Tout le monde a envie de rentrer dans le vif du sujet. On l’a dans la tête depuis un petit moment. On a cœur de tout donner pour nous, nos supporters, pour la France entière. Vivement demain.

" On a cœur de tout donner pour nous, nos supporters, pour la France entière"

Comment vivez-vous cette préparation dans une bulle sanitaire ? Est-ce pesant ?

C.O : On était au courant de la situation, on savait qu’il y aurait cette bulle sanitaire. A partir du moment où l’on se rend à Nice avec le groupe France, on a juste envie de porter le maillot de l’équipe de France. Le reste passe au-dessus de tout. On n’en a même pas discuté entre nous. On est conscient de la situation sanitaire à l’extérieur du groupe. Les choses se font tout naturellement. Ça permet de resserrer les liens entre nous. Il faut le voir comme une opportunité plus que le contraire. Ça

Qu’attendez-vous de ce match contre l’Italie, un adversaire qui vous réussit ces derniers temps ?

C.O : Valider tous les travaux, tous les efforts mis en place à Nice. Passer tout ce qu’on a passé en revue. On a travaillé de manière profonde sur plusieurs axes. On a un petit peu tout décortiqué. On a juste envie de rentrer dedans pour voir où l’on en est. C’est pour cela qu’il y a de l’impatience.

" Demain, ça va être rude…"

Quel est le plus gros danger contre une équipe d’Italie au plus mal depuis plusieurs saisons ?

C.O : On connaît la qualité des Italiens. On ne peut pas dire que c’est un match piège. Ce n’est pas vrai. On a vu dans le dernier Tournoi qu’ils sont dans le coup jusqu’à la 55ème minute. Ils ont tenu tête à plein d’équipe comme les Anglais, les Irlandais. Il faudra être bien concentrés et focus. Demain, ça va être rude. Il n’y a pas de match facile dans le Tournoi. Il n’y a pas de surprise. On sait à quoi s’attendre parce que ça va être très intense.

On vous présente comme l’équipe favorite de la compétition. Ce serait une déception de ne pas remporter le Tournoi cette année ?

C.O : Je n’en suis pas là. Au moment où je vous parle, on a envie d’attaquer ce Tournoi. On a vu qu’il fallait prendre les matchs les uns après les autres. Un Tournoi des Six Nations, c’est long, c’est dur. Il y a des étapes à franchir. Il faut mettre les choses dans l’ordre. Penser à la victoire finale, on l’a peut-être dans la tête tête, mais aujourd’hui on est focus sur l’Italie. C’est très clair dans la tête du groupe. Il ne faut pas qu’on s’éparpille.

Contenus sponsorisés