Icon Sport

Jelonch, Penaud : Galthié explique ses choix

Jelonch, Penaud : Galthié explique ses choix
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 12/02/2021 à 13:33Mis à jour Le 12/02/2021 à 13:36

TOURNOI DES 6 NATIONS - Pour le déplacement à Dublin dimanche (16h), le sélectionneur a fait plusieurs changements par rapport au match contre l'Italie. Anthony Jelonch et Damian Penaud remplaceront notamment Dylan Cretin et Teddy Thomas.

"Non, l’équipe aurait été la même." Voilà quelle fut la réponse du sélectionneur Fabien Galthié lorsqu’on lui demanda, un brin taquin, si le XV de départ qu’il venait d’annoncer aurait été similaire s’il avait eu vent un peu plus tôt de l’absence de la charnière irlandaise Murray-Sexton, qu’il apprit en pleine conférence de presse... "Nous avons construit notre performance par rapport à nous, et l’environnement, mais pas par rapport aux individualités adverses. Le rugby international, c’est surtout des profils d’organisation. Les Irlandais ne vont pas changer d’organisation du jour au lendemain parce qu’une ou deux individualités sont absentes." C’est donc un sélectionneur serein et confiant qui a justifié plusieurs choix forts avant ce déplacement en Irlande, à savoir ses deux changements dans le XV de départ et un aménagement du banc des "finisseurs", au rendement jugé insuffisant la semaine dernière à Rome.

Thomas, sacrifié pour la troisième fois

Au registre de ces changements, le plus symptomatique concerne évidemment Teddy Thomas. Car si Fabien Galthié a pris l’habitude depuis le début de son mandat de procéder à très peu de changements d’un match à l’autre, sauf cas de blessure, cette assertion ne se vérifie pas vraiment au sujet de l’ailier du Racing. Écarté l’an dernier avant le match en Écosse (déjà au profit de Damian Penaud) puis cet automne avant d’affronter l’Irlande (remplacé au poste d’ailier par Gaël Fickou), Teddy Thomas se trouve pour la troisième fois sorti du XV de départ. Toujours pour la même raison... "Teddy a réalisé un très bon match à Rome, mais l’option Damian Penaud correspond à un profil où nous imaginons que les Irlandais vont nous amener, avec beaucoup de combat dans les couloirs et dans les airs. Pour y répondre, Damian nous semble prêt."

Jelonch, au nom du combat

Un autre changement dans le XV de départ n’est pas anodin, qui concerne le remplacement du lyonnais Dylan Cretin par Anthony Jelonch. Un changement stratégique au niveau du pack qui est une grande première depuis la prise de fonction de Fabien Galthié, mais a au moins le mérite de la cohérence. Peut- être moins aérien et rayonnant que son concurrent, Jelonch a en revanche pour lui un profil de troisième ligne "côté fermé" à la sud-africaine qui pourrait s’avérer précieux dans le combat au près auquel s’attendent les Bleus à Dublin. "Dylan a aussi été très performant à Rome, mais le choix d’Anthony correspond à un double besoin. D’abord celui de faire bouger notre groupe, et ensuite celui de nous apporter dans le combat. Anthony Jelonch a cette capacité rare à tenir dans l’adversité : plus c’est dur, plus ça cogne, plus il monte en régime et plus il devient dominant. C’est pour cela que nous avons choisi l’option de le faire démarrer." Les récentes performances du Castrais lors de la Coupe d’Automne, et notamment son titanesque match de Twickenham, justifiant à la perfection les arguments avancés.

Deux nouveaux piliers et le pari Bouthier sur le banc

Si la blessure de Jean-Baptiste Gros a précipité le rappel de Hassane Kolingar, le retour de Uini Atonio ne saurait en revanche être anodin, là aussi dicté par sa très bonne performance en Angleterre en novembre, où il s’était avéré un ton au-dessus de Dorian Aldegheri dans son impact physique sur les duels. En revanche, le choix de placer Anthony Bouthier sur le banc à la place de Louis Carbonel semble relever autant du pari que de la petite sanction, le staff n’ayant pas franchement apprécié sa prestation en remplacement de Jalibert la semaine dernière. "Louis a fait de bons entraînements avec nous, précisait Fabien Galthié en prenant soin de ne pas mentionner sa dernière entrée en jeu. Mais il nous a semblé que le pied droit d’Anthony Bouthier pouvait aussi nous apporter en fin de match, en complément du pied gauche de Brice Dulin." Reste que le pari peut aussi s’avérer risqué si d’aventure Matthieu Jalibert devait être contraint à quitter le terrain, les prestations de Bouthier en tant qu’ouvreur avec Montpellier n’ayant jamais vraiment convaincu depuis le début de la saison. Mais puisque le staff des Bleus cherche en permanence à "préparer l’imprévu", depuis plus d’un an, on se bornera à lui faire confiance...

Contenus sponsorisés