Icon Sport

Thomas : "Pour le moment, la charnière ne se plaint pas trop de mes coups de gueule"

Thomas : "Pour le moment, la charnière ne se plaint pas trop de mes coups de gueule"

Le 10/02/2020 à 09:00Mis à jour Le 10/02/2020 à 09:04

TOURNOI DES 6 NATIONS 2020 - Auteur d’un essai face à l’Italie (35-22), Teddy Thomas avoue être épanoui avec ce groupe du XV de France. Le trois-quarts aile du Racing 92 a surtout pris conscience qu’il devait se mettre au service de ses coéquipiers pour encore grandir.

Rugbyrama : Êtes-vous satisfait de cette victoire malgré une deuxième-période difficile ?

Teddy Thomas : Il faut rester positif. Cette victoire est très importante pour la suite de la compétition. On a marqué 9 points psur 10. C’est vraiment satisfaisant. Après, certaines choses n’ont pas été. Cela va nous servir pour le pays de Galles. Il faut aller chercher encore plus.

La France est première au classement. Cela n’est pas arrivé depuis très longtemps…

T.T : C’est pour ça que c’est important de retenir le positif. On avait de gros objectifs sur ces deux premiers matchs. La victoire nous anime. Après, rien n’est jamais parfait sinon ce serait trop facile.

Pouvez-vous nous raconter votre premier essai…

T.T : J’appelle Romain (Ntamack) sur le deuxième rideau. Il prend l’information très rapidement avec un jeu au pied de qualité. En finisseur, j’avais simplement à prendre le ballon pour aplatir (sourire). Félicitations à lui.

Que vous reste-t-il à travailler ?

T.T : On va dire qu’on a péché sur les fins de match ces deux dernières semaines. On a encaissé pas mal de points en seconde période. Il va falloir tenir cette rigueur, être plus rigoureux sur les phases de rucks, les phases défensives. Si on arrive à améliorer ça, on prendra encore plus de plaisir.

" Je ne suis malheureusement pas Usain Bolt…"

Vous avez rencontré quelques petits soucis au plaquage. Ce sont des problèmes individuels ?

T.T : Je dois m’adapter au système. Ce sont des choses que j’essaye de faire. Mais de week-end en week-end, j’espère m’améliorer.

Sur le premier essai italien, vous tentez l’interception…

T.T : Le 10 a aussi le droit de bien jouer. Je ne sais pas comment il a fait. C’est difficile de faire demi tour et de repartir. Je ne suis malheureusement pas Usain Bolt. Mais je le répète, les Italiens ont le droit de bien jouer.

Comment vous sentez-vous dans cette équipe de France ?

T.T : Je suis vraiment épanoui avec ce groupe. On est pas mal de la même génération. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant régalé dans une équipe de France. J’ai très vite réussi à trouver ma place dans un groupe qui a fait la Coupe du monde, qui a vécu quelque chose de fort. Je suis honoré de faire partie de ce groupe. C’est un régal de s’entraîner et de partager plein de choses.

" Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant régalé dans une équipe de France"

Par moment, vous avez semblé frustré sur votre aile. Les ballons n’arrivaient pas assez vite ?

T.T : En tant qu’ailier, j’ai envie d’avoir plus de ballons mais c’est là que l’équipe a fait un grand bon en avant. On a su cadrer le jeu, notamment la charnière. Ils ont pris les choses en main. Moi, je donne les solutions. Mais ils ont raison. Je ne suis qu’un simple finisseur. Je dois me mettre au service de la charnière. Pour le moment, ils ne se plaignent pas trop de mes coups de gueule (sourire). J’aime marquer des essais. C’est ce qui me fait avancer.

Vos coéquipiers ne veulent pas parler d’objectifs dans ce Tournoi. Pour quelles raisons ?

T.T : On ne peut pas dire que c’est un objectif après les années que l’on a vécues. On sait qu’il y a quelque chose à aller chercher au bout. Après, il y a beaucoup de choses à améliorer mais on est sur la bonne voie.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés