Icon Sport

6 Nations 2019 - Trentenaires de la guerre

Trentenaires de la guerre
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 01/02/2019 à 09:49

TOURNOI DES 6 NATIONS 2019 - De Maxime Médard à Louis Picamoles en passant par Morgan Parra, les rares trentenaires du XV de France auront un rôle crucial à jouer pour seconder au mieux le capitaine Guilhem Guirado. Sauf que leurs vis-à-vis gallois ne l’entendent évidemment pas de cette oreille... Duels.

Maxime Médard – Liam Williams

Il a quitté l’équipe de France en novembre dernier sur une commotion assortie d’une perte de balle, prélude à un essai des Pumas dès la 3e minute de jeu à Lille. Absent de fait lors du « match-référence » de l’automne mais aussi de la débâcle contre les Fidji, Maxime Médard avait toutefois marqué suffisamment de points contre les Springboks pour attaquer le Tournoi dans la peau d’un titulaire. Toutefois, ce dernier sait parfaitement que son statut demeure lié à un certain manque de concurrence (Dulin et Palis revenant tout juste de blessure), et qu’il évolue sur une corde raide…

Liam Williams (Galles) célèbre son essai

Liam Williams (Galles) célèbre son essaiIcon Sport

En sélection comme en club, la "menace" Thomas Ramos se fait toujours plus pressante, qui oblige Médard à hisser son niveau de jeu. Y parviendra-t-il face aux Gallois, dans des conditions annoncées difficiles pour un arrière ? En tout cas, son face-à-face avec Liam Williams sera suivi avec beaucoup d’attention. Remplaçant de Leigh Halfpenny (absent des suites d’une commotion), le joueur des Saracens retrouvera le poste qu’il a tenu avec tant de succès avec les Lions lors de leur tournée en Nouvelle-Zélande. Contre-attaquant émérite, Williams sera toutefois attendu au tournant par Warren Gatland au sujet de sa couverture défensive, essentielle dans un dispositif défensif gallois ultra-renforcé sur le premier rideau. De quoi espérer pour les Bleus quelques erreurs de placement de la part de Williams ? En tout cas,la doublette Parra-Lopez ainsi que Romain Ntamack se montreront à l’affût de la moindre opportunité…

Morgan Parra – Tomos Williams

C’est auréolé du costume de lieutenant en chef de Guilhem Guirado, pour ne pas dire de patron, que Morgan Parra va se présenter sur la pelouse de Saint-Denis. Une atmosphère tout sauf inconnue pour celui qui, à 30 ans, semble avoir définitivement atteint l’âge de la maturité. Un atout que le Clermontois devra faire valoir face à son inexpérimenté vis-à-vis Tomos Williams (6 sélections) qui fêtera sa première titularisation dans le Tournoi à la place de Gareth Davies. "On a toute confiance en Tomos, pointait dans la semaine Warren Gatland. Il a en lui quelque chose de spécial et on pense qu’en compagnie de Gareth Anscombe, avec qui il forme la charnière de Cardiff, il peut parfaitement guider le jeu de notre équipe."

Tomos Williams (Pays de Galles) contre l'Australie

Tomos Williams (Pays de Galles) contre l'AustralieIcon Sport

Une chance que Parra partagera toutefois, puisqu’il sera aligné aux côtés de son compère de club Camille Lopez, qu’il connaît par cœur. "Ils ont énormément d’affinités sur et en-dehors du terrain, ce qui leur offre forcément un ressenti, un feeling, nous affirmait le manager de l’ASM Franck Azéma. Quand tu sens deux coups à l’avance ce que l’autre va faire, à ces postes-là et à ce niveau-là, c’est une aubaine. Plus tu vois les choses de la même manière, en même temps, plus tu sais déceler plus rapidement les temps forts et les temps faibles, plus tu prends les bonnes décisions." Un atout certes, mais pas une garantie. En effet, la dernière (et seule) fois où Parra a été associé en bleu à Lopez, c’était déjà face au pays de galles, en 2014. Pour une défaite au stade de France, 13-20…

Louis Picamoles – Ross Moriarty

La puissance, plutôt que la mobilité. Ce n’est pas franchement dans l’air du temps, mais c’est en tout cas le pari qu’a effectué le staff tricolore en alignant le pack le plus lourd de l’histoire du rugby mondial, avec un gabarit moyen de 120 kilos pour 1,93m. Un morphotype qui – hasard ou pas – est exactement celui du numéro 8 français Louis Picamoles, devenu par la force des choses le symbole d’un pack porté sur l’usure et le défi, dont l’objectif consistera à concasser méthodiquement les Gallois et assurer une possession de balle optimale, sou peine de courir après les Diables rouges toute la soirée…

Ross Moriarty (Pays de Galles) contre l'Ecosse

Ross Moriarty (Pays de Galles) contre l'EcosseIcon Sport

Et dans ce défi, Picamoles tombera sur forte partie en la personne de Ross Moriarty. Longtemps incertain, le joueur de Newport sera finalement bien de la partie. Un gage d’assurance évident pour les Gallois qui, déjà privés de Toby Faletau (bras cassés) auraient sans lui été en manque de joueurs capables de mettre l’équipe das l’avancée, et surtout de rivaliser dans le combat rapproché avec des gros bras français en quête de revanche. "Chacun a digéré la défaite face aux Fidji (14-21) à sa façon, grinçait Picamoles dans la semaine. Maintenant, il faut aller à l'essentiel, et qu'on arrête de se poser trop de questions. Mais j'ai la sensation que le groupe veut surtout prendre du plaisir, à l’image des nouveaux qui amènent fraîcheur et enthousiasme." Et compteront sur les rares "anciens" pour les guider...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0