Icon Sport

Les Bleus humiliés

Les Bleus humiliés

Le 10/03/2019 à 17:54Mis à jour Le 10/03/2019 à 19:57

TOURNOI DES 6 NATIONS 2019 - En voyage à Dublin pour le dernier match de cette 4e journée, le XV de France a été littéralement balayé, dans le jeu, par le XV du Trèfle (26-14). Après l'embellie entrevue face à l'Ecosse il y a deux semaines, les Bleus retombent de très haut. De plus en plus inquiétant à six mois du Mondial.

Ne vous laissez pas berner par le tableau d'affichage. Si le score (26-14) ne reflète en rien une raclée comme ce fût le cas à Twickenham, l'Irlande a infligé une véritable leçon de rugby à une équipe de France qui croyait bien avoir enfin trouvé son XV type. Reconduits pour la première fois par Jacques Brunel depuis 1 an et demi, les titulaires tricolores ont bu le calice jusqu'à la lie, notamment en première période. Transparents offensivement, à l'agonie dans les duels, les Bleus ont dû attendre les derniers instants du match pour adoucir la note. Mais les deux essais marqués en tout fin de match (78e, 80e+3) n'occultent en rien le semblant de naufrage vécu sur la pelouse de l'Aviva Stadium.

Un XV de France asphyxié

75 minutes à sens unique. Il n'y a pas d'autre mot. En quête d'une prestation XXL après un tournoi 2019 en demi-teinte, l'équipe menée par Joe Schmidt s'est effort un récital, pour la probable dernière apparition de son emblématique capitaine à domicile. Au lendemain d'avoir annoncé sa retraite internationale à l'issue de la Coupe du Monde au Japon, c'est justement Rory Best qui a lancé les hostilités. Dès la 3e minute de jeu. Le début du calvaire pour un XV de France impuissant, malgré une solidarité défensive qui a sans doute sauvé les Bleus d'une déroute historique.

Tournoi des 6 Nations 2019 - CJ Stander (Irlande) contre la France

Tournoi des 6 Nations 2019 - CJ Stander (Irlande) contre la FranceIcon Sport

Résumée à un attaque-défense, la première période a accouché de trois essais irlandais (3e, 30e, 36e). Et c'est bien peu, au regard de l'outrageuse domination irlandaise. 89% des 40 premières minutes passés dans le camp français, 50% d'occupation dans la zone des 22m...Des statistiques records ou presque. L'Irlande, emmenée par une charnière Sexton-Murray qui honorait sa 50e association, a joué au rouleau compresseur. Par vagues. Si toutes n'ont pas été converties en essais, le XV du Trèfle a donné l'impression de pouvoir marquer quand il le souhaitait. A l'image de cette redoublée imparable entre Sexton et Ringrose sur la deuxième réalisation des Celtes.

Dernier test majeur avant le Mondial totalement raté

Proche du néant en première mi-temps, la France a tenté de remettre la main sur le ballon dès le retour des vestiaires pour imposer son rythme. Illusion, jusqu'à cette combinaison en sortie de maul entre CJ Stander et Earls, auteur de son 30e essai sous le maillot vert et surtout de celui synonyme de bonus offensif (56e). La promenade irlandaise s'est poursuivie sans certains de ses cadres, sortis à l'heure de jeu par Joe Schmidt pour présenter la même artillerie lourde samedi prochain, face à un Pays de Galles toujours en course pour le Grand Chelem. Le forfait de dernière minute de l'arrière Rob Kearney n'a même pas, d'ailleurs, été un grain de sable dans les chaussures irlandaises.

Si le XV du Trèfle, tenant du titre, n'a plus son destin entre ses mains et ne conservera probablement pas sa couronne, que dire de son homologue français. Jacques Brunel attendait une confirmation après le succès en Ecosse. Retour finalement à la case départ. Un chantier en ruines, malgré quelques sérieux motifs d'espoirs venus du banc dans le money-time. A l'image du 3e ligne rochelais Greg Alldritt, déjà auteur d'un doublé contre l'Ecosse après son entrée jeu, et premier bleu, ce dimanche, à franchir le rideau adverse. A la...77e minute.

Tous les chemins mènent à Rome, selon l'expression consacrée. Le déplacement en Italie, dans six jours pour la dernière journée du Tournoi, représente la toute dernière cartouche d'essai avant la Coupe du Monde. Et l'annonce du groupe pour la préparation du Mondial japonnais. Avant l'appel du 18 juin, le XV de France se retrouve, comme à son habitude, un pied d'un mur qui semble décidément insurmontable.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0