Icon Sport

6 Nations 2019 - Jacques Brunel : "Vous cherchez à alimenter tout un tas de choses"

Brunel : "Vous cherchez à alimenter tout un tas de choses"

Le 19/02/2019 à 13:11Mis à jour Le 19/02/2019 à 13:41

TOURNOI DES 6 NATIONS 2019 - Ce mardi, lors de son annonce de l’équipe qui affrontera l’Ecosse, Jacques Brunel a souhaité couper court aux polémiques nées des remarques de certains joueurs après la déroute en Angleterre. Pour le sélectionneur du XV de France, le problème vient avant tout des médias qui empêchent les joueurs de travailler dans la sérénité.

Rugbyrama : Comment avez-vous vécu les dernières critiques ? C’est compliqué de repartir ?

Jacques Brunel : Les critiques sont normales, justifiées. On n’a pas fait le match que l’on attendait en Angleterre (44-8). Il n’y a rien d’anormal à ça. Par contre, il faut réagir, changer, modifier. Il faut être bien meilleur. Ce match de l’Angleterre nous a un petit peu surpris. On ne s’attendait pas à ça. On attendait beaucoup mieux. Je suis persuadé que le visage que l’on va montrer samedi sera totalement différent.

Plusieurs joueurs ont remis en cause votre approche du mach de Twickenham. Cela vous a touché ?

J.B : Je n’ai rien entendu. Aucun joueur, et je les ai consultés, n’a remis en cause le contexte dans lequel ils étaient. Donc, pour moi, ça n’existe pas. Je connais trop comment les choses sont enveloppées, changées et modifiées pour me laisser perturber par ce genre de contexte.

" Je connais trop comment les choses sont enveloppés, changés et modifiés pour me laisser perturber par ce genre de contexte."

Mais avez-vous ressenti de la détresse chez vos joueurs ?

J.B : C’est dur. Ça fait partie de la vie d’un sportif d’avoir des déceptions, d’être en échec, de prendre une volée. Mais il faut se relever. Il faut être sur que ce match là n’est pas le reflet de ce qu’on vaut. On ne va pas se laisser abattre par ce contexte là pour retrouver de l’énergie.

Donc, quand vous entendez des joueurs dire "on ne travaille pas assez", vous ne l’entendez pas ?

J.B : Je discute pas eux et ils me disent que ce n’est pas vrai, qu’ils n’ont pas dit ça. Donc, je les crois.

Morgan Parra contre l'Angleterre

Morgan Parra contre l'AngleterreIcon Sport

Morgan Parra et Camille Lopez ne figurent pas sur la feuille de match contre l’Ecosse. Payent-ils leurs déclarations ?

J.B : C’est un choix sportif. Ça n’a rien à voir avec leurs déclarations. Il n’y a pas l’ombre d’un doute sur le fait que leurs propos ont été déformés ou du moins décontextualisés. Mais pour moi, la conduite n’a pas été bonne. Ils savent que leur match n’a pas été bon. Cela méritait que l’on change des choses par rapport à une situation particulière.

" Je ne vous dirais pas ce qui se passe dans notre résidence"

De la même manière, Bernard Laporte n’a pas pris la parole devant les joueurs ?

J.B : Demandez-lui… Je ne vous dis pas ce qui se passe dans notre résidence. Je n’ai pas à vous répondre.

Pour vous, il n’y a pas de "climat spécial" autour du XV de France ?

J.B : Du tout. Je ne cherche pas à protéger le groupe même si vous cherchez à alimenter tout un tas de choses. Vous demanderez aux joueurs qui sont concernés.

Les joueurs du XV de France à l'entraînement

Les joueurs du XV de France à l'entraînementIcon Sport

Vous avez communiqué l’équipe très tôt dans la semaine. C’est une demande des joueurs ?

J.B : Effectivement. On donne la composition en même temps aux joueurs et à la presse. Cela va beaucoup mieux. Cela évite que ça discute, que ça cherche.

" Tous les joueurs souhaitent que Guilhem soit toujours le capitaine"

Malgré les défaites, vous maintenez votre confiance à Guilhem Guirado comme capitaine…

J.B : Tous les joueurs souhaitent que Guilhem soit toujours le capitaine.

Et vous avez conservé le même groupe malgré la déroute de Twickenham…

J.B : Je fais confiance à ce groupe, à ses joueurs. Même s’ils ont montré un visage que je ne souhaitais pas qu’ils montrent, je suis sur que ce n’est pas leur vrai visage.

À titre personnel, avez-vous l’impression d’avoir une responsabilité beaucoup plus importante ?

J.B : C’est évident mais l’an dernier, à la même époque, on était exactement pareil. Mon objectif, c’est que l’équipe marche. Le reste, savoir si ma période de contrat va durer au-delà de, cela ne m’importe pas.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0