Midi Olympique

6 Nations 2019 - Guilhem Guirado (XV de France) : "C'est le match du Tournoi"

Guirado : "C'est le match du Tournoi"
Par Jeremy Fadat via Midi Olympique

Le 09/02/2019 à 18:11

TOURNOI DES 6 NATIONS 2019 - Conscient de l'immense défi qui attend ses troupes, dont une partie découvrira l'atmosphère de Twickenham ce dimanche, le capitaine du XV de France Guilhem Guirado croit en les chances des siens. Surtout que les rendez-vous face à l'Angleterre restent particuliers à ses yeux.

Rugbyrama : Que vous inspire le match de ce dimanche ?

Guilhem Guirado : C'est un gros rendez-vous qui nous attend, par rapport à l'adversaire, à sa dernière prestation en Irlande. Les Anglais sont dans la continuité de ce qu'ils ont proposé en novembre. Ce sera un révélateur pour nous, surtout que serons sous pression.

Dans quel état d'esprit vous sentez-vous ?

G.G. : Je suis concentré et j'ai hâte d'y être. Je ressens l'envie de nous confronter à ce qui se fait peut-être de mieux actuellement. Il y aura un parfum de découverte pour certains. Il faut en profiter et être acteurs.

Justement, plusieurs Français vont découvrir Twickenham. Quels ont été vos mots pour eux ?

G.G. : J'y ai fait référence mais ne me suis pas trop étendu dessus. Je crois que, en entrant juste dans ce stade lors du dernier entraînement, on prend conscience de l'atmosphère. C'est l'antre du rugby anglais. Et si l'histoire de notre sport les intéresse, ce stade parle pour lui. Je pense aux matchs du Tournoi que je voyais à la télé quand j'étais petit, à la demi-finale victorieuse contre la Nouvelle-Zélande (en 1999). C'est le patrimoine du rugby mondial. Si, pour leurs premières, ils pouvaient se rappeler qu'ils y ont gagné, je serais très fier.

Un France-Angleterre est-il toujours différent ?

G.G. : Oui, pour moi, c'est le match du Tournoi. Je pense que tout le monde me rejoindra là-dessus. Le simple fait de traverser la Manche et de se retrouver en terres anglaises ajoute du piment.

Comment s'est déroulée cette semaine, après la déception du week-end passé ?

G.G. : Elle a été comme le furent d'autres longues semaines que nous avons déjà traversées. Mais il y a toujours cette remise en question. J'ai senti, dans le groupe, un sentiment de révolte et l'envie de bien préparer ce match. Il faut retenir la leçon pour éviter les mêmes erreurs.

Test Match - Geoffrey Doumayrou, Mathieu Bastareaud et Camille Lopez (France) contre les Fidji

Test Match - Geoffrey Doumayrou, Mathieu Bastareaud et Camille Lopez (France) contre les FidjiIcon Sport

Mathieu Bastareaud est apparu très détaché vendredi devant la presse. Est-il encore touché d'avoir été écarté du groupe pour le premier match du Tournoi ?

G.G. : Je crois qu'il était déjà dans son match et préférait se concentrer. Il est prêt. Je le connais bien, il est attendu au tournant et aime ce genre de situation.

Alors qu'il était capitaine en juin et avait beaucoup pris la parole en novembre, il a avoué moins intervenir depuis ce début de Tournoi. Confirmez-vous ?

G.G. : Il fait comme il sait faire, à savoir fédérer autour de lui et donner des consignes quand il le juge nécessaire. Moi le premier, en tant que capitaine, je ne parle pas pour rien dire.

Qu'est-ce qui vous pousse à croire en une victoire à Twickenham ?

G.G. : L'implication des joueurs et la remise en cause permanente. J'ai l'espoir car un match n'est jamais joué d'avance. L'an dernier, contre cette même équipe, on venait de perdre en Ecosse et on partait de très loin. Pourtant, on a réussi à gagner. Je vous promets que, si on met les choses dans l'ordre, on peut se donner une chance de l'emporter à Twickenham.

Contenus sponsorisés
0
0