Rugbyrama

L’antisèche : les Bleus condamnés par leur indiscipline

L’antisèche : les Bleus condamnés par leur indiscipline

Le 11/02/2018 à 18:47Mis à jour Le 12/02/2018 à 08:26

Déjà pointée du doigt par Jacques Brunel après la défaite contre l’Irlande (13-15), l’indiscipline a une nouvelle fois condamné les espoirs du XV de France en Ecosse (32-26). Les Bleus ont également failli techniquement avec une litanie d’en-avant.

Le match

Jacques Brunel et son staff redoutaient le début de match des Ecossais, tout aussi frustrés que les Français après leur défaite au Pays de Galles (37-7). Mais ce sont bien les coéquipiers de Guilhem Guirado qui ont parfaitement entamé la rencontre en inscrivant un essai sur la première action du match par l’intermédiaire de l'insaisissable Teddy Thomas (0-7, 3e). Présent au point d’impact, à l’image du flanker Wenceslas Lauret, les Bleus ont affiché un visage entreprenant, n'hésitant à faire vivre le ballon.

Tommy Seymour of Scotland ; Wenceslas Lauret of France (Ecosse-France) 6 Nations

Tommy Seymour of Scotland ; Wenceslas Lauret of France (Ecosse-France) 6 NationsIcon Sport

Portés par un nouveau coup de génie de Teddy Thomas (7-17, 28e) et la précision face aux perches de Maxime Machenaud (4/4), les Français pensaient sans doute avoir fait le plus difficile sur la pelouse du BT Murrayfield. Mais les Calédoniens n’ont jamais abdiqué en répondant du Tac-O-Tac avec deux essais de Sean Maitland (13e) et Huw Jones (32e, 14-20 à la pause). Moins précis au fil des minutes, manquant de justesse technique, les Bleus ont totalement perdu pied en seconde période. Privé de Maxime Machenaud, sorti à la mi-temps en raison d’une blessure à l’épaule, les hommes de Jacques Brunel ont finalement réveillé leurs vieux démons en tombant dans l’à-peu-près. Acculés dans leur moitié de terrain (66% d'occupation en faveur des Ecossais), les Français ont finalement cédé sous le rythme de leurs adversaires.

Maxime Machenaud - France (Ecosse-France) 6 Nations

Maxime Machenaud - France (Ecosse-France) 6 NationsIcon Sport

Le tournant : 70e

Sous pression, à la peine physiquement, multipliant les erreurs stratégiques, les Bleus ont littéralement explosé à l’heure de jeu. Alors qu’ils menaient au score depuis le coup d’envoi, les Tricolores ont vu les Ecossais leur passer devant à la 70e minute de jeu sur une pénalité de Laidlaw (26-29). Les joueurs de Jacques Brunel ont passé les dix dernières minutes à défendre, impuissants...

Le facteur X : Teddy Thomas

Auteur d’un doublé sur la pelouse du BT Murrayfield (3e et 28e), le trois-quarts du Racing 92 a confirmé tout son talent… mais également que le XV de France était profondément dépendant de ses exploits. Les coups de génie de l’ancien Biarrot ne suffisent pas à faire oublier la pauvreté technique des offensives tricolores.

Teddy Thomas (France) & Sean Maitland (Ecosse)

Teddy Thomas (France) & Sean Maitland (Ecosse)Icon Sport

La stat : 13

Comme le nombre de fautes tricolores sur l’ensemble du match. Le manque de lucidité des Bleus dans les zones d’affrontement, notamment dans le second acte, aura offert une pluie de pénalités au demi de mêlée Greig Laidlaw, auteur de 22 points.

La décla : le ras-le-bol de Guilhem Guirado

"On s’est arrêté de jouer en seconde période avec une seule séquence dans leurs 22 mètres, a regretté le capitaine du XV de France au micro de France Télévisions. On a joué dans la même zone, les 40-40. On a manqué de maîtrise. En terme de discipline, c’est pire que la semaine dernière. Tant qu’on n’aura pas la discipline, on ne gagnera pas nos matches. On ne peut pas continuer de perdre à cause de nous."

La question : le XV de France vers la cuillère de bois ?

La question est plus que jamais d’actualité. Avec cette nouvelle défaite, les Bleus pointent désormais à la cinquième place du Tournoi. Mais la suite du 6 Nations s’annonce particulièrement délicate pour les joueurs de Jacques Brunel avec la réception de l’Angleterre le 10 mars et un déplacement au Pays de Galles le 17 mars. La rencontre de la troisième journée face à l’Italie, le vendredi 23 février à l’Orange Velodrome de Marseille, pourrait ainsi désigner le possible lauréat de la cuillère de bois.

Contenus sponsorisés
0
0