Icon Sport

L’antisèche : L’Écosse ouvre un boulevard à l’Irlande

L’antisèche : L’Écosse ouvre un boulevard à l’Irlande

Le 24/02/2018 à 21:14Mis à jour Le 24/02/2018 à 22:51

L’Écosse a crée la sensation ce samedi à Murrayfield en faisant chuter l’invincible Angleterre sur son sol (25-13). Un exploit retentissant qui récompense une prestation d’ensemble sublime des hommes de Gregor Townsend et qui sonne, sûrement, la fin du règne anglais sur le Tournoi.

Le match : L’Angleterre matée par des Écossais survoltés

Remis en selle par sa victoire face à la France (32-26), le XV de Chardon a attaqué la rencontre pied au plancher et mis très vite la pression sur l’Angleterre. Avec une possession à son avantage dans le premier quart d’heure (61%), il a trouvé une première fois la faille grâce à Huw Jones, adroit avec ses pieds pour s’emmener le ballon dans l’en-but à la réception d’une petite passe, également au pied, de Finn Russell (16e). Très généreux dans les phases des combats, où ils ont même réussi deux contre-rucks spéctaculaires (23e, 43e), les Écossais ont fait le break à la demi-heure de jeu (15-6) grâce à un essai d’anthologie impulsé par Russell et Jones (31e).

Owen Farrell (Angleterre) vs Ecosse

Owen Farrell (Angleterre) vs EcosseIcon Sport

Auteur d’une prestation majuscule, le centre Huw Jones s’est offert un doublé juste avant la pause, crucifiant des Anglais perturbés dans leurs lancements de jeu par la qualité défensive adverse. Certainement secouées par leur général dans le vestiaire, les troupes d’Eddy Jones ont relevé la tête en seconde période et sont revenus rapidement dans la partie grâce à Owen Farrell, tranchant dans son rôle de centre (43e). Le match aurait pu basculer sur une interception de Danny Care mais celui-ci s’est vu refuser un essai pour une faute en amont de Launchburry (54e). Las, le double tenant du titre a ensuite été réduit à l’impuissance par des Écossais héroïques, et magnifiques vainqueurs du grand frère anglais pour la première fois depuis dix ans.

L’action : l’essai plein de "Scottish flair" conclue par Maitland

L’Écosse a déjà réussi une première demi-heure de haute volée et se sent pousser des ailes au moment de jouer une pénalité rapidement dans ses 22 mètres. Finn Russell hérite du ballon et délivre une passe vissée sautée impériale pour Huw Jones. Le centre ne peut pas terminer le coup mais sa course pleine d’incertitude lui permet d’avancer jusqu’à l’entrée des 22 mètres anglais avant d’être repris par Jonny May.

Sean Maitland (Ecosse) vs Angleterre

Sean Maitland (Ecosse) vs AngleterreIcon Sport

Son capitaine John Barclay ramasse le ballon, se retourne et transmet au talonneur Stuart McInally qui conserve l’avancée dans l’axe. Une dernière sautée de Russell pour Maitland qui résiste pour aplatir en coin malgré le plaquage désespéré d’Anthony Watson. Le meilleure de l’Écossse condensé en une action.

Le facteur X : Jones a martyrisé les Anglais

La performance écossaise est un chef d’œuvre collectif mais un homme s’est un peu plus distingué encore que ses frères d’armes. Déjà décisif pour relancer son pays face aux Bleus, Huw Jones a réalisé un récital. Le trois-quarts centre a lancé l’exploit des siens en inscrivant le premier essai du match (16e). Son apport est également capital sur le deuxième, exploitant au maximum une passe extraordinaire de son ouvreur (31e). Comme contre l’équipe de France, il a enfin fait admirer sa capacité à dévorer les intervalles sur le troisième et dernier essai écossais, attaquant une porte a priori infranchissable entre Anthony Watson et Mike Brown (38e). Et que dire de la puissance dont il a fait preuve pour effectuer les deux derniers mètres restants malgré les deux défenseurs anglais sur le dos. Clairement, il y aura un avant et un après cet Écosse - Angleterre pour Huw Jones.

Le chiffre : 15

Comme le nombre de turnovers concédés par l’Angleterre, soit six de plus que son adversaire du jour.

La question : l’Angleterre est-elle sur le déclin ?

Les partenaires de Dylan Hartley avaient dû atteindre l’heure de jeu pour se détacher contre l’Italie pour leur entrée dans le Tournoi (15-46). Une semaine, plus tard, ils avaient serré les dents à Twickenham face à des Gallois surmotivés qui sont passés près de l’exploit (12-6). Les voilà désormais battus par l’Écosse pour la première fois depuis 2008. Certes le XV de Chardon a exploité chaque parcelle de son potentiel mais voir le double tenant du titre s’incliner à Murrayfield, alors que seul l’Irlande avait jusqu’ici réussi à battre la machine de guerre d’Eddy Jones depuis sa prise de fonction, n’a rien d’anecdotique. Les nombreux ballons tombés et la bataille des rucks perdue ce samedi confirme cette tendance que l’Angleterre est moins rayonnante que l’an dernier. Reste à savoir comment elle réagira à cet échec et à la perte probable du Tournoi au profit de l’Irlande. Son prochain adversaire se nomme le XV de France…

Contenus sponsorisés
0
0