Icon Sport

Grosso monstro

Grosso monstro

Le 11/03/2018 à 09:57Mis à jour Le 11/03/2018 à 10:04

Grand artisan de la victoire des Bleus samedi soir face aux Anglais (22-16), Rémy Grosso a réalisé une performance de haute volée. Pas vraiment le premier choix de Jacques Brunel à sa prise de fonction, le Clermontois s’est révélé et a certainement gagné la confiance du sélectionneur.

Des larmes au coup de sifflet final d’un "Crunch" qui le marquera à vie. Rémy Grosso avait déjà été décisif contre l’Italie et il a été excellent contre les Anglais. Même s’il n’a pas marqué d’essai, il a fait preuve d’un sacré coffre pour multiplier les courses, que ce soit pour aller mettre la pression sur le troisième rideau ou pour se proposer à différentes zones du terrain. Un volume de jeu qui le place en tête des joueurs ayant parcouru le plus de mètres avec le ballon (110), très loin devant l’Anglais Anthony Watson (58), et également en ce qui concerne les défenseurs battus (6).

C’est l’ancien Castrais que cherche François Trinh-Duc sur sa diagonale au pied qui amène l’essai de pénalité (48e). Un fait de jeu rendu possible par la forte pression mise par le numéro 11 des Bleus sur Jonny May dans les airs.

Remy Grosso - France vs Angleterre

Remy Grosso - France vs AngleterreIcon Sport

Face à des Anglais revanchards mais pas dans la forme de leur vie, Rémy Grosso a également sorti le grand-jeu en défense. Sa lecture du jeu lui a permis d’intercepter des ballons et ses montées rapides pour couper les extérieurs ont perturbé notamment la liaison Te’o-May (65e, 73e) : "On savait qu’ils avaient mis des coureurs sur le fond de terrain et Anthony Watson à l’arrière donc on imaginait qu’ils voulaient mettre du rythme et nous déborder. On avait travaillé cette défense-là toute la semaine et on avait à cœur de les bloquer le plus vite possible. Cela a fonctionné et ils ont dû plus aller dans le défi direct". Exactement là où les Bleus voulaient emmener leurs vieux rivaux.

" Pour moi, ce n’est pas une surprise"

À 29 ans, Grosso n’a certainement pas eu la carrière qu’on lui prédisait à ses premières années lyonnaises. Et le voir à un niveau de performance rarement atteint ces deux dernières saisons, qui plus est en équipe de France, a de quoi surprendre agréablement : "Pour moi ce n’est pas une surprise, tempère pourtant Jacques Brunel. Je le suivais déjà du temps où il jouait à Lyon. Il n’était pas dans ma liste au départ parce qu’il revenait de blessure et avait été plutôt absent sur le début de saison mais je connaissais son potentiel. Le fait qu’il retrouve une place à Clermont lui a permis de revenir en équipe de France et de montrer ses qualités".

Remy Grosso - France vs Angleterre

Remy Grosso - France vs AngleterreIcon Sport

Après avoir écarté les fêtards d’Edimbourg, le sélectionneur avait déclaré qu’ils seraient exclus le temps que leurs remplaçants leur laisseraient. Grosso a bénéficié de ce fait divers pour obtenir sa chance, l’a saisie, et a marqué de précieux points aux yeux du staff tricolore.

Contenus sponsorisés
0
0