Icon Sport

De la continuité… et les mêmes interrogations

De la continuité… et les mêmes interrogations

Le 26/02/2018 à 18:41Mis à jour Le 26/02/2018 à 19:29

Jacques Brunel a choisi la continuité en reconduisant les mêmes 31 joueurs pour préparer la prochaine rencontre du Tournoi des 6 Nations face à l’Angleterre. Mais certains postes suscitent toujours les mêmes interrogations.

"Ces joueurs-là ne sont pas bannis. Mais ils seront écartés le temps que ceux qui les ont remplacés nous satisferont..." Au soir de la victoire du XV de France contre l’Italie à Marseille (34-17), Jacques Brunel avait semblé tendre (légèrement) la main aux joueurs sanctionnés après leur virée à Edimbourg (Thomas, Belleau, Danty, Lamerat, Macalou, Picamoles, Iturria, Lambey). Le sélectionneur a finalement tranché ce lundi. Aucun des huit joueurs écartés n’a été rappelé pour préparer le prochain match du Tournoi contre l’Angleterre, le 10 mars au Stade de France. Malgré une prestation d’ensemble peu aboutie face à la Nazionale, les joueurs alignés au Vélodrome ont visiblement répondu aux attentes de Brunel.

Le néant derrière Teddy Thomas

Le choix de Jacques Brunel de préserver son groupe intact est donc un signal fort lancé aux « festayres » d’Edimbourg. Leur mise à l’écart du XV de France pourrait être plus longue que prévu. Le trois-quarts aile du Racing 92 Teddy Thomas, auteur de trois essais en deux matches, est ainsi LE grand perdant tricolore. Sorti légèrement blessé à la cheville lors de la défaite des Franciliens à Pau (24-15), l’ancien Biarrot manque une nouvelle l’occasion de s’installer durablement au sein de cette équipe. Idem pour le demi d’ouverture Anthony Belleau, auteur d’une entrée remarquée à l’occasion de la victoire du RC Toulon à La Rochelle (20-27), ou pour le trois-quarts centre du Stade Français Jonathan Danty à son avantage malgré la défaite de son équipe à domicile face à Agen (34-36).

La charnière pose problème…

La confiance renouvelée aux mêmes 31 joueurs n’effacent toutefois pas certaines interrogations. En l’absence de Teddy Thomas, le trois-quarts aile de Montpellier Benjamin Fall a peu transparent. Compte-tenu des performances inquiétantes de Virimi Vakatawa, les solutions sont minimes. A l’ouverture, Lionel Beauxis, sans être crédité de mauvais matchs, ne s’est pas non plus imposé en leader de jeu.

Lionel Beauxis - France

Lionel Beauxis - FranceIcon Sport

Derrière le numéro 10 du Lou, François Trinh-Duc est loin de faire l’unanimité au sein du staff tricolore. Les mêmes réserves sont à l’ordre du jour concernant Maxime Machenaud. Auteur de 17 points au pied (6/7), le demi de mêlée du Racing 92 peine néanmoins à s’affirmer en véritable patron. Mais il semble peu probable que Baptiste Couilloud (20 ans) soit titularisé pour le Crunch. Enfin, en numéro 8, le joueur de l’UBB Marco Tauleigne est trop timide offensivement alors que Jacques Brunel ne cesse de vanter ses aptitudes physiques dans ce registre.

Tauleigne doit mieux faire

Marco Tauleigne

Marco TauleigneIcon Sport

Après la victoire peu reluisante contre l’Italie, les 31 joueurs maintenus par le sélectionneur prépareront le Crunch avec un léger regain de confiance. Pas sûr que cela suffise à faire oublier les lacunes individuelles dans de nombreux secteurs. Enfin, il est à noter que selon les discussions conclues entre les encadrements de l’Equipe de France et des clubs, des joueurs de cette liste participeront à la 19° journée de TOP 14 avec leur club et rejoindront le stage au CNR de Marcoussis dimanche 4 mars... si les joutes du championnat ne les ont pas concassés.

Vincent PERE-LAHAILLE

Contenus sponsorisés