Icon Sport

Farrell : "Un rugby propre !"

Farrell : "Un rugby propre !"

Le 12/02/2018 à 09:52Mis à jour Le 12/02/2018 à 11:28

Le centre buteur du XV de la Rose nous donne ses impressions après la victoire face au pays de Galles à l'issue d'un affrontement quatre étoiles.

Rugbyrama : Qu'est ce ça fait de jouer un match aussi dur ?

Owen Farell : Nous étions dans un vrai de bras de fer et si nous finissons par finir du bon côté de la barrière, C'est que nous regardons dans la bonne direction. C'est ce que font les bonnes équipes, elles s'arrachent dans les matchs difficiles. Après, j'ai eu le sentiment que c'était un match propre, avec une intensité impressionnante, mais saine.

Ce sont les matchs que vous aimez ?

O.F. : J'aime toutes sortes de matchs, sauf ceux qui sont vraiment très ennuyeux, où ils ne se passe vraiment rien. Ce n'était pas le cas aujourd'hui, non ? Jouer ouvreur, c'est prendre les matchs comme ils se présente. La pluie n'a pas été continue, mais le terrain était vraiment humide et le ballon très glissant. Nous savions ce que nous devions faire dans ces conditions.

Owen Farrell (Angleterre) vs Pays de Galles le 10/02/2018

Owen Farrell (Angleterre) vs Pays de Galles le 10/02/2018Icon Sport

Si vous deviez citer un point clé de cette rencontre ?

O.F. : Nous avons quand même contenu les Gallois à six points, deux pénalités marquées seulement. Nous avons fait le travail en défense, c'est mon sentiment. Sur leurs conquêtes, nous étions vraiment bien en place, mais finalement même dans le jeu en désordre, nous avons répondu présent, je vous renvoie au plaquage de Sam Underhill, un truc incroyable. Ca vous donne une idée de notre état d'esprit quand nous sommes sur le terrain.

Ne pensez-vous pas que Scott Williams était dans l'en but ?

O.F. : Il a peut-être plongé un peu tôt, mais le terrain était vraiment glissant, ça valait vraiment le coup de tenter ça. Mais Underhill est vraiment intervenu avec une telle efficacité. Normalement, dans ce genre de cas, on essaie de mettre l'adversaire en touche. Sam est venu le retourner avec son épaule, il ne lui a laissé aucune chance de placer le ballon. C'est sûr que si nous avions encaissé cet essai, la fin du match aurait été très difficile à gérer. Alors je qualifierais cet événement de vrai tournant de la partie.

Sur le premier essai, vous jouez deux fois au pied. Qu'espériez vous ?

O.F. : Trouver des espaces en suivant. J'ai balancé une chandelle et Watson et Patchell se sont disputé le ballon dans les airs, il a rebondi vers notre camp et dans ce genre de situations, je sais qu'il y aura peu voire pas de défenseurs en second rideau. En général j'enchaîne avec un coup de pied à suivre car en plus, je sais que mes coéquipiers vont faire des appels vers l'extérieur, c'est ce qui s'est passé.

La bataille des airs semble être un point essentiel du jeu moderne pour vous ?

O.F. : Oui, oui, et nos joueurs ont été très forts là dessus en position offensive ou défensive. Brownie a été très bon sur les réceptions de chandelle, nos ailiers Anthony Watson et Jonny May ont été très efficaces en réception sur les coups de pied à suivre. Quand on avance dans ces moments-là, on remet toute l'équipe dans l'avancée.

Sur le second essai, vous faites une jolie passe allongée, mais on retient le off load de Launchbury. Ils vous a volé la vedette sur ce coup, non ?

O.F. : Vous savez, il est tellement fort, il n'a pas fait que ça dans le match. Je suis bien placé pour voir ses collisions et la façon dont il ceintures ses adversaires quand ils ont le ballon. Son excellence, je la constate en permance, je n'ai pas besoin de ça. Tout ça s'accumule pour faire de lui un avant exceptionnel.

L'Angleterre est elle en train de construire une nouvelle série d'invincibilité ?

O.F. : On ne résonne pas comme ça, on s'entraîne chaque semaine en vue du prochain match, tout simplement.

On parle de vous comme le talisman de l'équipe …

O.F. : Je ne pense pas. Je n'ai pas cette prétention.

Contenus sponsorisés
0
0