Icon Sport

Bonneval, Bastareaud et Grosso de retour

Bonneval, Bastareaud et Grosso de retour
Par Rugbyrama

Le 21/02/2018 à 09:51Mis à jour Le 21/02/2018 à 10:33

Malgré la mise à l’écart de huit joueurs après la triste nuit Édimbourg, c’est une équipe de France dans la continuité de ces dernières semaines qui sera appelé à affronter l’Italie, avec seulement cinq changements dont les grands retours de Bonneval, Bastareaud et Grosso. Un constat qui ne vaut toutefois que pour le XV de départ, puisque le banc des remplaçants si décevant.

Si la grande lessive avait eu lieu une semaine plus tôt avec l’exclusion de huit joueurs de la liste des 31 (Teddy Thomas, Anthony Belleau, Jonathan Danty, Félix Lambey, Louis Picamoles, Rémi Lamerat, Arthur Iturria et Sekou Macalou, faut-il le rappeler…), c’est malgré tout un XV de départ dans la lignée des précédentes sorties qu’a communiqué Jacques Brunel. En premier lieu parce que les "bannis" n’étaient pas légion dans le XV de départ et que dans l’optique de ce match contre l’Italie, la promotion de Mathieu Bastareaud à la place de Lamerat, ainsi que la titularisation de Paul Gabrillagues plutôt que d’Arthur Iturria étaient attendues.

Arthur Iturria (France)

Arthur Iturria (France)Icon Sport

Le remplacement à l’aile du décevant Virimi Vakatawa par le Montpelliérain Benjamin Fall relève également de la logique sportive… En fin de compte, seule les sorties de Teddy Thomas (auteur des trois seuls essais du XV de France dans ce Tournoi) et de Geoffrey Palis (impliqué dans une sombre histoire de "lampadaire", bien que non écarté du groupe des 31…) peuvent apparaître comme des choix non sportifs, qui provoquent les retour en force du Clermontois Rémy Grosso, plus aperçu en bleu depuis la Coupe du monde 2015, ainsi que celui de Hugo Bonneval.

Un banc modifié à 75 %

Au final ? La première ligne Poirot-Guirado-Slimani demeure en place, tout comme Sébastien Vahaamahina dans la cage, ainsi que le troisième ligne Lauret-Tauleigne-Camara. Une continuité qui se prolonge aux postes-clés, puisqu’au niveau de la charnière la paire Machenaud-Beauxis va prolonger son bail. Avec Doumayrou maintenu au centre, c’est donc tout de même sur l’ossature globale d’Édimbourg que le XV de France va chercher à échapper à la cuiller de bois.

Geoffrey Doumayrou - France

Geoffrey Doumayrou - FranceIcon Sport

Une perspective pour laquelle le banc tricolore, très décevant en Écosse, devra apporter beaucoup plus. Il n’est d’ailleurs pas anodin de constater que c’est au sujet de son banc des remplaçants que Jacques Brunel a effectué le plus de changements. C’est assez incroyable, en effet, mais 75 % des remplaçants de Murrayfield ne seront pas reconduits dans le rôle de réservistes, seuls demeurant en effet Adrien Pélissié et Cedate Gomes Sa.

Adrien Pelissie - France

Adrien Pelissie - FranceIcon Sport

Ainsi, Dany Priso se voit rappelé en lieu et place d’Eddy Ben Arous, qui paie là son indiscipline. À noter aussi l’intégration de Kelian Galletier pour couvrir les postes de la troisième ligne et la promotion de Baptiste Couilloud au détriment de Serin, sur l’autel de la forme du moment et de la piètre entrée en jeu de ce dernier à Murrayfield. Une lessive qui ne serait pas complète sans mentionner l’atterissage sur le banc des Toulonnais Romain Taofifenua et François Trinh-Duc, sans oublier le Toulousain Gaël Fickou, rappelés pour combler les absences des bannis.

Gaël Fickou (XV de France)

Gaël Fickou (XV de France)Icon Sport

XV de France : 15. Bonneval ; 14. Fall, 13. Bastareaud, 12. Doumayrou, 11. Grosso ; 10. Beauxis, 9. Machenaud ; 7. Camara, 8. Tauleigne, 6. Lauret ; 5. Vahaamahina, 4. Gabrillagues ; 3. Slimani, 2. Guirado (cap), 1. Poirot.

Les remplaçants : 16. Pelissie, 17. Priso, 18. Gomes Sa, 19. Taofifenua, 20. Galletier, 21. Couilloud, 22. Trinh Duc, 23. Fickou.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés