Icon Sport

Tournoi 6 Nations - L'Irlande promet l'enfer aux Bleus dans les rucks

L'Irlande promet l'enfer aux Bleus dans les rucks

Le 21/02/2017 à 09:24Mis à jour Le 21/02/2017 à 09:36

6 NATIONS - En difficulté dans le secteur des rucks face à l’Ecosse (22-16), le XV de France devra impérativement rectifier le tir lors de son déplacement en Irlande (samedi, 17h50) sous peine d’être châtié par Jamie Heaslip et sa bande.

"On a ciblé notre travail pour l’Irlande…" Une heure seulement après la laborieuse victoire face à l’Ecosse (22-16), Guilhem Guirado n’avait pas besoin de revoir dix fois le match pour pointer les absences de ses coéquipiers. Dans un secteur plus précisément : les rucks. Avec sept ballons perdus dans cette zone de contest déterminante pour exploiter les turnovers et mettre en place leur jeu de mouvement, les Bleus ont été asphyxiés par les Calédoniens. "C’est clairement un secteur faible sur cette rencontre", reconnaît l’entraîneur des avants Yannick Bru. "On a fait un mauvais match au sol. Nos soutiens ont manqué de punch, de promptitude, nos porteurs de balles n’ont pas été assez actifs. Ils n’ont pas assez travaillé au sol. C’est le point noir de cette rencontre".

Des soutiens pas assez dynamiques

Un point noir qui revient de temps en temps sur la copie du XV de France. Si la prestation à Twickenham avait été à la hauteur, les Bleus restent malgré tout fragiles dans le jeu au sol. Que ce soit en raison d’un manque de soutiens ou de déblayages trop appuyés, les Français ont des difficultés pour trouver la juste mesure et éviter, entre autres, d’être trop consommés dans les rucks.

Ali Price (Ecosse) face à la France

Ali Price (Ecosse) face à la FranceIcon Sport

"Les Ecossais avaient mis l’accent là-dessus avec des plaqueurs et des assistants plaqueurs souvent à la limite mais qui n’ont pas été pris", souligne Bru. "Dans le jeu au sol, il faut aussi qu’on arrive à s’approcher de cette ligne rouge". Justement, cette ligne rouge, les Irlandais y excellent. Avec une troisième ligne composée de CJ Stander, Sean O’Brien et Jamie Heaslip, les joueurs de Joe Schmidt sont infatigables dans le jeu au sol.

L'Irlande, cette référence

Depuis une dizaine d’années, l’Irlande est tout simplement devenue la référence de l'hémisphère Nord avec cette faculté à ralentir les sorties adverses ou en tournant le porteur de la balle. Avec 97% de rucks gagnés dans cette phase de jeu lors de la Coupe du monde 2015, les Celtes affichaient le meilleur pourcentage de la compétition !

Sean O'Brien (numéro 7) plaque Finn Russell

Sean O'Brien (numéro 7) plaque Finn RussellIcon Sport

Les Bleus en avaient fait la pénible expérience en étant submergé lors de leur match de poule disputé à Cardiff (9-24). Et la dernière démonstration du XV du Trèfle à Rome (10-63) a confirmé l’aisance des Irlandais dans ce secteur. "Il va falloir qu’on colle au ballon", prévient le troisième ligne Louis Picamoles. "On a vu leur match face à l’Italie, c’est une zone où leur troisième ligne fait très mal. Sans parler de leur spéciale où ils coffrent les joueurs debout pour créer un maul et récupérer le ballon".

Ben Arous de retour au bon moment…

En l’absence d’un véritable plaqueur-gratteur en troisième ligne à l’instar de Wenceslas Lauret, Guy Novès sera peut-être tenté d’aligner le pilier du Racing 92, Eddy Ben Arous, convoqué après son forfait pour le stage préparatoire, dont le rendement au sol a souvent permis aux Bleus de chiper de précieuses munitions.

Eddy Ben Arous - XV de France

Eddy Ben Arous - XV de FranceIcon Sport

D’autant que pour le premier match du Tournoi à l’Aviva Stadium, les tombeurs de All Blacks en novembre dernier (40-29) auront à cœur de laisser parler leur fighting spirit. "On va y aller avec nos forces, nos convictions, mais il faudra être vigilant", prévient le trois-quarts aile Yoann Huget. "Les Irlandais attaquent très très fort pendant vingt minutes. On peut prendre une marée verte…"

Contenus sponsorisés