AFP

Opinion : S'il y a bien une chose que l'on ne peut pas reprocher à Novès, c'est de tenir sa parole

S'il y a bien une chose que l'on ne peut pas reprocher à Novès, c'est de ne pas tenir sa parole

Le 18/01/2017 à 17:47Mis à jour Le 19/01/2017 à 10:22

OPINION - Pour préparer le Tournoi des 6 nations, Guy Novès et son staff ont fait appel à 4 novices. Trop selon certains. Logique à mon sens.

Décidemment, il souffle un véritable vent de fraîcheur sur ce XV de France. Depuis qu'il a pris les commandes de la sélection nationale, le sélectionneur Guy Novès n'a jamais caché son intention de rebâtir avec du neuf. En janvier 2016, il expliquait à ce propos : "Nous pensons que travailler avec des joueurs qui ne seront certainement plus là dans deux ans nous ferait perdre du temps". S'il y a bien une chose que l'on ne peut pas lui reprocher, c'est de ne pas tenir sa parole.

Aller à Marcoussis, un bon moyen de faire progresser ces joueurs

Bien au contraire même puisqu'il a fait de cette philosophie un véritable fil conducteur. C'est donc tout naturellement que l'on retrouve quatre joueurs "novices" dans le groupe qui va préparer le prochain Tournoi des 6 nations. Pour deux d'entre eux, d'ailleurs, la notion de "novice" est toute relative puisque l'ailier de Castres, Geoffrey Palis (25 ans) et le deuxième ligne de Clermont, Arthur Iturria (22 ans) ont déjà été appelés pour des stages préparatoires.

Arthur Iturria (XV de France)

Arthur Iturria (XV de France)Icon Sport

Tous les deux ont donc déjà pu se mettre un peu dans le bain et il ne leur reste plus qu'à "conclure", en quelque sorte, avec une première cape. Pour le pilier rochelais, Mohamed Boughanmi (25 ans) et le troisième ligne briviste, Fabien Sanconnie (21 ans), ce sera l'occasion de se frotter à l'exigence du très haut niveau. Donc un bon moyen de faire progresser ces joueurs et pourquoi pas avoir une bonne surprise.

Gourdon, Le Devedec, Serin et Vakatawa ont été lancés par Novès

Bien sûr, rien ne garantit que l'un des ces quatre-là auront la chance de disputer ne serait-ce qu'une seule minute du Tournoi des 6 nations. Mais ces joueurs sauront en tous cas qu'ils sont suivis par le staff des Bleus et donc potentiellement qu'ils ne sont pas loin de porter le maillot du XV de France. D'ailleurs, souvenez-vous que lors de sa toute première liste en tant que sélectionneur, le plus gros palmarès du rugby français avait déjà fait appel à cinq novices : Danty, Jedrasiak, Poirot, Bézy et Y. Camara.

Baptiste Serin (XV de France)

Baptiste Serin (XV de France)Icon Sport

Depuis, ce sont 16 autres joueurs qui ont été lancés dans le grand bain par Guy Novès : Baille, Bonfils, D. Camara, Chat, Demotte, Galletier, Gourdon, Le Dedevec, Maynadier, Metz, Mignot, Pelo, Pointud, Rey, Serin et Vakatawa. Certains d'entre eux sont aujourd'hui des valeurs sûres du groupe France, à l'image de Gourdon, Le Devedec, Serin et Vakatawa. Alors, comment reprocher cette ouverture à de nouvelles têtes ?

N'a-t-on pas eu peur aussi au moment de partir en Argentine ?

Bien sûr, il y aura toujours des voix qui s'élèveront pour protester contre "l'oubli" de certains éléments. Les Mermoz, Parra, Plisson, Dulin, Bézy, Lauret, Le Roux ou Médard n'auraient-ils pas leur place dans ce groupe de 32 ? Certainement. Gaëtan Germain, meilleur buteur du championnat et Gabriel Lacroix, meilleur marqueur, ne méritent-ils pas d'être au moins une fois testés à Marcoussis ? Là aussi, difficile de ne pas le regretter.

Les joueurs du XV de France ont remporté leur tournée en Argentine

Les joueurs du XV de France ont remporté leur tournée en ArgentineIcon Sport

Mais certains d'entre nous n'ont-ils pas eu très peur au moment de voir Guy Novès et ses hommes se déplacer en Argentine, en juin, avec de nombreuses nouvelles têtes ? Et pourtant, ce XV de France new look a su nous surprendre, voire même nous redonner de l'espoir grâce à des prestations de bonnes factures. La progression est nette depuis début 2016 alors laissons faire le staff et croyons en ces joueurs que l'on admire sur les pelouses du Top 14. Et ne regrettons jamais qu'un joueur comme Baptiste Serin ait eu sa chance, à Tucuman, la veille de ses 22 ans.

Contenus sponsorisés
0
0