AFP

IRLANDE - FRANCE (19-9) - L'antisèche : Le test irlandais a révélé le véritable niveau des Bleus

L'antisèche : Le test irlandais a révélé le véritable niveau des Bleus

Le 25/02/2017 à 22:08Mis à jour Le 26/02/2017 à 10:50

TOURNOI DES 6 NATIONS - Le choc en Irlande était un parfait révélateur du véritable niveau du XV de France. Et à Dublin, les élus de Guy Novès ont sombré, physiquement et techniquement, affichant d'énormes lacunes. À ce niveau-là, les Bleus ne sont pas vraiment invités. Un dur constat... Notre antisèche.

Le jeu : 25 très bonnes minutes... et puis plus rien ou presque

À Dublin, les Bleus ont démarré pied au plancher. Une entame de match vraiment aboutie qui a permis aux hommes de Guy Novès de logiquement mener 0-6 sur la pelouse de l'Aviva Stadium. Et même d'inscrire un essai, finalement refusé par Nigel Owens à Rémi Lamerat après visionnage de la vidéo. Mais ce rythme, les Tricolores ne l'ont pas tenu... Les Irlandais, eux, n'ont jamais paniqué. Et ont peu à peu mis en place leur jeu stéréotypé. Stéréotypé, oui, mais chirurgical.

Louis Picamoles (XV de France) - 25 février 2017

Louis Picamoles (XV de France) - 25 février 2017Icon Sport

Sûre de ses forces, du haut de ses 700 sélections cumulées dans son XV de départ, l'Irlande a bien contenu Louis Picamoles, ciblé Camille Lopez, arrosé Scott Spedding de chandelles et offert un combat intense de tous les instants au XV de France. Bien aidés par un 100% en conquête (dont un 22/22 en touche), les joueurs de Joe Schmidt ont récité leur partition à merveille. Pris physiquement, certains Bleus ont sombré techniquement. Et c'est toute l'équipe de France qui l'a payé cash.

Les joueurs : Murray dans son jardin, Le Roux et Spedding vraiment pas dans leur assiette

Le grand bonhomme de cette partie, c'est Conor Murray. Le demi de mêlée irlandais a tout simplement joué dans un fauteuil derrière un pack agressif. Des choix toujours justes, 3 franchissements, un jeu au pied remarquable et un essai qui a relancé les siens. Son compère de la charnière Jonathan Sexton n'a pas été en reste (lire plus bas). Le pilier droit Tadhg Furlong est lui aussi sorti du lot. Solides prestations des troisième ligne Jamie Heaslip et CJ Stander ainsi que des centres Robbie Henshaw et Garry Ringrose.

Bernard Le Roux (XV de France) face à l'Irlande - 25 février 2017

Bernard Le Roux (XV de France) face à l'Irlande - 25 février 2017Icon Sport

Côté français, Bernard Le Roux a vécu un véritable cauchemar, avec 3 en-avant sur 6 ballons touchés ! C'est pas beaucoup mieux pour Spedding, en énorme difficulté sous les chandelles (2 en-avant) et qui a finalement mal négocié sa meilleure action personnelle en oubliant un surnombre. Rémi Lamerat s'en est le mieux sorti. Rabah Slimani a lui assuré en mêlée fermée. Kévin Gourdon (22 plaquages), Yoann Maestri (22), Louis Picamoles (20), Guilhem Guirado (20) et Camille Lopez (18) se sont envoyés en défense.

Le facteur X : Jonathan Sexton (Irlande)

Il n'avait plus joué depuis plus d'un mois et un déplacement du Leinster à Castres en Coupe d'Europe le 20 janvier. Surtout, il n'avait plus porté le maillot vert depuis les deux matches de novembre face aux All Blacks. De retour à l'ouverture du XV du Trèfle, Jonathan Sexton a montré qu'il était bien le patron. Et on comprend bien la confiance que Schmidt lui a accordée, malgré le très bon début de Tournoi de son concurrent Paddy Jackson. Ses chandelles ont martyrisé Spedding, sa défense sur l'homme (10 plaquages) a fait mal aux attaquants français et son drop a tué les Bleus. Un pur métronome, ovationné par le public de l'Aviva Stadium à sa sortie à la 69e.

Jonathan Sexton (Irlande) - 25 février 2017

Jonathan Sexton (Irlande) - 25 février 2017Icon Sport

La stat : 55

55 minutes, c'est le temps durant lequel les Bleus n'ont pas marqué le moindre point. Un énorme trou d'air entre la 19e et la 74e... Et un 16-0 en faveur de l'Irlande fatal au XV de France.

Le tweet du joueur digital de l'année

La décla : Guilhem Guirado (capitaine du XV de France)

" Après leur essai, on a commencé à perde le fil du match. [...] On a fait beaucoup de petites fautes et on a subi en deuxième mi-temps "
Guilhem Guirado (XV de France) - 25 février 2017

Guilhem Guirado (XV de France) - 25 février 2017Icon Sport

La question : le XV de France est-il réellement si proche des meilleurs ?

L'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Angleterre... Se frotter aux meilleures nations, Novès connaît. Et le XV de France s'en était plutôt pas mal sorti jusque-là, même s'il lui manquait toujours ce fameux gros résultat, que l'on pouvait espérer ce samedi. Mais un match à Dublin, ça reste un match à part. Pourquoi ? Parce que l'Irlande se nourrit des faiblesses adverses. Et si les Bleus nous avaient souvent enthousiasmé ces derniers temps, leur plus grandes lacunes ont été exposées en plein jour à l'Aviva Stadium.

Face à une formation si intelligente et précise dans chacun de ses faits et gestes, dans son rythme, son timing et son plan de jeu, l'équipe de France s'est retrouvée démunie. Handicapée par un physique qui a lâché et d'énormes fautes techniques. Individuellement, à chaque poste ou presque, les Bleus étaient tout simplement moins bons que leurs bourreaux du jour. Stratégiquement, c'est même le jour et la nuit entre un XV du Trèfle qui sait exactement où il va et des Français qui ne savent plus quel est leur ADN rugbystique. C'est terrible mais l'Irlande a ramené sur terre les espoirs aperçus ces derniers mois...

Charles Ollivon et Baptiste Serin (XV de France) - 25 février 2017

Charles Ollivon et Baptiste Serin (XV de France) - 25 février 2017Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0