Icon Sport

Antisèche : Le Pays de Galles n’a fait qu’une bouchée de l’Ecosse

Antisèche : Le Pays de Galles n’a fait qu’une bouchée de l’Ecosse
Par Rugbyrama

Le 03/02/2018 à 17:44Mis à jour Le 03/02/2018 à 17:54

Énorme démonstration des Gallois pour l’ouverture du Tournoi des 6 nations 2018. Malgré des blessures importantes et des adversaires pourtant en confiance avant cette rencontre, les coéquipiers de Gareth Davies se sont d'abord nourris des erreurs écossaises avant de dérouler en seconde période.

Le match

Les Écossais étaient pourtant si bien partis… Sur leur lancée de leur tournée impressionnante de novembre, les coéquipiers de Stuart Hogg ont tout de suite pris les choses en mains, pas du tout impressionnés par un Principality Stadium chauffé à blanc. Pris de vitesse sous l’instar d’un Russell excellent dans l’animation, les Gallois se concentraient d’abord à bien défendre, en attendant l’erreur écossaise. Et celle-ci finissait par arriver par l’intermédiaire du numéro 9 Price, titulaire à la place de l’habituel Laidlaw sur le banc. En interceptant la passe de son vis à vis, le Gallois Davies inscrivait le premier essai du tournoi 2018 après une course de 60 mètres.

Le XV du Poireau, en souffrant énormément, réussissait à prendre le score et à rentrer dans leur match. En confiance, les Gallois n’hésitaient pas non plus à relancer de leur 22 mètres. Patchell, complètement libéré de la pression de son poste, était à l’origine du deuxième essai en lançant son troisième ligne Shingler dans l’intervalle. Si l’action échouait à 5 mètres de l’en but, Price allait se mettre une nouvelle fois à la faute avec une mauvaise introduction sur la mêlée, redonnant ainsi la possession aux Gallois. Plus puissants et plus réalistes, les diables rouges ne laissaient pas passer l’occasion de faire le break après une magnifique combinaison conclue par Halfpenny (14-0).

Menés deux essais à rien, les Ecossais voulaient réagir, toujours fidèles à leur rugby de mouvement. Mais les certitudes d’il y a deux mois semblaient bien loin cette après-midi. Trahis par leur déchet technique malgré une énorme volonté de déplacer le ballon sur les extérieurs, ils n’arrivaient jamais à déstabiliser l’arrière garde galloise, et se mettaient en proie à des contres dévastateurs. À la pause, les Gallois menaient déjà 14 à 0.

Dès le début de la seconde mi-temps, le XV du chardon semblait résigné et se mettait à la faute, permettant ainsi aux locaux de prendre 17 points d’avance, puis 20.

Multipliant les erreurs et les en-avants (18 ballon perdus), les Ecossais montraient un visage bien éloigné de ses dernières sorties. Mieux organisés, plus puissants, les Gallois dominaient eux outrageusement la seconde période (57 % de possession sur la deuxième période). Avec panache et talent, le XV du Poireau inscrivait même un troisième puis un quatrième essai grâce à Steff Evans, auteur d’une incroyable finition en bord de touche (voir essai du match).

Gareth Davies (Pays de Galles-Ecosse)

Gareth Davies (Pays de Galles-Ecosse)Icon Sport

Dans les dernières minutes, les Ecossais réunissaient toutefois à débloquer leur compteur grâce à Horne (34-7). Si le Pays-de-Galles a impressionné pour son premier match, l’Ecosse a déçu. En constant progrès depuis quelques mois, même avec le départ de Vern Cotter, cette prestation est un sacrée pas en arrière pour Gregor Townsend et ses hommes. Car cette année et peut être depuis bien longtemps, les Ecossais semblaient être un outsider logique pour la lutte à la victoire finale. La réaction contre le XV de France la semaine prochaine à Murrayfield est d’ores et déjà attendue.

Le tournant : les deux erreurs de Price

Le premier quart d’heure cauchemardesque de Price a couté cher à l’Ecosse. Sur le premier essai, et alors que son équipe est parfaitement rentrée dans le match et semble supérieure à son adversaire, il est coupable d’une passe téléphonée au cordeau, parfaitement anticipée par le Gallois Davies. 7-0. Cinq minutes plus tard, sur une mêlée introduction écossaise, Price introduisait mal le ballon selon l’arbitre Pascal Gauzère. Profitant de cette possession offerte sur un plateau, les Gallois punissaient les Ecossais. 14 à 0. Deux erreurs fatales au niveau international qui changent probablement la physionomie du match.

Josh Adams (Pays de Galles) & Stuart Hogg (Ecosse) le 03/02/2018

Josh Adams (Pays de Galles) & Stuart Hogg (Ecosse) le 03/02/2018Icon Sport

L'essai du match : 74e L'essai du bonus pour Evans

Le jeune Steff Evans conclut une action de 50 mètres par un spectaculaire plongeon en coin. L'action part d'une perte de balle écossaise. Shingler navigue au milieu du terrain et parvient à fixer 3 joueurs. Tout en restant debout, il trouve Navidi dans son dos qui écarte pour Parkes. Le centre accélère, et décale son ailier, qui semble être repris par deux Écossais. Steff Evans déclenche alors un bon bras tendu, pour éviter le défenseur, le passage en touche, et parvient à aplatir sur la ligne.

Steff Evans

Steff EvansIcon Sport

Le joueur : Navidi, quelle activité !

Avec les absences de Warburton, Faletau et Lydiate, un point d’interrogation demeurait sur la troisième ligne galloise. Ce match contre l’Ecosse a permis de le lever. Avec son coéquipier Shingler, Josh Navidi a été monstrueux. Infatigable en défense, notamment en grattant des ballons très importants, le joueur de 27 des Cardiff Blues a aussi été à l’aise ballon en main. Décisif sur le deuxième essai avec une passe magnifique dans le dos pour son centre Williams, il est également présent sur l’essai du bonus offensif avec une grosse accélération dans la défense écossaise.

Leigh Halfpenny (Pays de Galles) vs Ecosse le 03/02/2018

Leigh Halfpenny (Pays de Galles) vs Ecosse le 03/02/2018Icon Sport

La question : le Pays de Galles devient-il favori à la victoire finale ?

Avec son large succès bonifié, les Gallois envoient un message fort à l’Angleterre et l’Irlande. Il faudra compter sur l’équipe de Warren Gatland pour la victoire finale. Avant cette rencontre pourtant, les interrogations demeuraient sur l’état de forme du Pays-de-Galles. Avec cette prestation, le Pays-de-Galles se positionne dans la peau d’un outsider crédible et sérieux. Pourtant, les deux prochains déplacements en Angleterre et en Irlande, risquent d’en dire plus sur les réelles ambitions des coéquipiers de Leigh Halfpenny.

Par Paul Arnould.

Contenus sponsorisés
0
0