AFP

6 nations - Le XV de France s'impose contre l'Ecosse (22-16)

Enfin une victoire mais que ce fut dur !

Le 12/02/2017 à 17:50Mis à jour Le 12/02/2017 à 20:30

6 NATIONS - Brouillon au possible, le XV de France s'en est vu pour prendre le dessus sur l'Ecosse ce dimanche au Stade de France (22-16). Il a fallu une pénalité de Lopez à 8 minutes de la fin pour forcer la décision. Heureusement que les Bleus avaient leur mêlée...

La victoire est là. Mais que ce fut laborieux pour le XV de France ! Alors qu'on avait vu de bien belles choses contre l'Angleterre la semaine dernière, on a cette fois-ci assisté à une rencontre ô combien brouillonne de la part des Bleus qui s'en sont sortis au forceps (22-16). Le pack tricolore a sauvé la bande de Novès d'une incroyable désillusion. Pas forcément rassurant mais au moins les Français vont pouvoir écarter cette incroyable pression qui planait au-dessus de leurs têtes.

Une pression qui a sans doute contribué à faire trembler les mains tricolores. En-avant, passes approximatives, mauvais choix… Nous n'étions plus habitués à voir les hommes de Guy Novès aussi balbutiants. La défense écossaise n'est pas non plus étrangère à ces imprécisions. Évoluant très haut comme la semaine dernière face à l'Irlande, elle s'est notamment appuyée sur les frères Gray et sur sa paire de centres Dunbar-Jones pour venir perturber tous les regroupements. Et ainsi priver Baptiste Serin de ballons propres à exploiter. ​

La botte de Lopez

Gênés dans leurs enchaînements, les Bleus ont alors dû compter sur leurs individualités pour tenter d'avancer. Louis Picamoles, Gaël Fickou ou Kevin Gourdon ont bien enfilé leur costume de perce-muraille, mais il a toujours manqué la continuité pour valoriser les prises d'intervalle. Ces efforts à répétition ont néanmoins eu le mérite de pousser la défense écossaise à la faute, permettant à Camille Lopez d'enchaîner les pénalités (7e, 21e, 47e, 72e, 77e).

Une réussite salvatrice face aux poteaux - malgré un échec en début de match qui a fait craindre une nouvelle désillusion - puisque les Français n'ont réussi à forcer le verrou écossais qu'à une seule reprise, par l’intermédiaire de Gaël Fickou en bout de ligne (31e). A l'inverse, le XV du Chardon a trouvé la faille à deux reprises. Lorsque l'inévitable Stuart Hogg plongeait dans l'en-but dès la 17e minute, un vent glacial soufflait d'ailleurs sur les nuques tricolores. Le même qui saisissait les Bleus au retour des vestiaires, alors que Sean Maitland avait profité d'un rebond favorable pour offrir un essai improbable à Tim Swinson (44e). ​

Gourdon au four et au moulin

Heureusement pour eux, malgré ces coups du sort et leur incapacité à conduire de longues offensives, les partenaires de Guilhem Guirado n'ont pas paniqué. Ils ont même quelque peu surjoué leur sérénité en refusant deux fois les points au pied coup sur coup pour prendre une pénaltouche et une mêlée à cinq mètres… qui n'ont rien donné. À ce moment-là, les deux équipes étaient à égalité et le risque d'un mauvais tour écossais planait encore malgré la sortie précoce sur blessure du leader Greig Laidlaw.

Finalement, les Bleus ont retrouvé le chemin du succès. Perdants magnifiques lors de leurs dernières sorties, ils ont cette fois troqué le spectacle au profit d'une victoire qui fera un bien fou au moral. D'autant que, malgré une prestation bien en-deçà de leurs nouveaux standards, les Bleus ont retrouvé une mêlée conquérante. Et que dire de Kévin Gourdon, qui n'en finit plus d'aligner les sorties de très haute tenue sous le maillot frappé du coq ? Imperturbable franchisseur, infatigable défenseur, le Rochelais a encore une fois démontré qu'il est en grande forme. Ça tombe bien, dans quinze jours, c'est l'Irlande et sa redoutable troisième ligne qui se présentera face aux Bleus.

Contenus sponsorisés
0
0