Icon Sport

6 NATIONS - La fulgurante ascension de Romain Ntamack, numéro 10 des U20 à seulement 17 ans

La fulgurante ascension de Romain Ntamack, numéro 10 des U20 à seulement 17 ans

Le 22/02/2017 à 17:56

6 NATIONS - Face à l’Écosse, l’équipe de France U20 s’est présentée avec un demi d’ouverture doublement surclassé, Romain Ntamack, 17 ans et 9 mois. Le joueur du Stade toulousain a impressionné pour sa première. Il sera de nouveau titulaire avec les Bleuets vendredi soir en Irlande. Découverte.

Le 10 février, à Grenoble, le grand public a découvert Romain Ntamack, membre du Pôle France et habituel joueur des Crabos de Toulouse, conduire avec justesse le jeu de l’équipe de France U20 face à l’Écosse (36-8) avec le numéro 10 dans le dos. À 17 ans et 9 mois, le fils d’Émile est bluffant. "Il a tout le bagage technique et la froideur nécessaire à ce poste. On dirait qu’il a déjà pas mal de bouteille", sourit Didier Faugeron, l’entraîneur des trois-quarts des Bleuets. "Contre l’Écosse, il a su gérer le jeu sous pression, ce qui nous avait fait défaut en Angleterre (17-59) dans un autre contexte. C’est quelqu’un qui malgré son âge fait preuve d’une maturité assez impressionnante."

Cette maturité se ressent quand on discute avec lui. "J’ai été un peu surpris parce que je ne m’attendais pas trop à mon âge à monter en U20 aussi vite. J’avais pour objectif de faire la saison en U18. En France, on n’a pas eu beaucoup de joueurs à part Gaël Fickou qui était (doublement) surclassé en U20. Ça fait énormément plaisir. J’ai l’impression que c’est la reconnaissance aussi des entraîneurs des U20. C’est une satisfaction énorme."

Titulaire face à l'Irlande pour confirmer

Pour pouvoir adoucir un peu le fossé qui existe entre le niveau Crabos et les U20, Romain Ntamack avait pu évoluer avec les Espoirs toulousains contre Bayonne quelques jours avant l’Écosse. "Ça m’a permis d’être un peu mieux. C’est sûr que la vitesse de jeu, ça n’a rien à voir et l’intensité des contacts, si on n’est pas prêt, on ramasse. La vitesse et le physique des autres joueurs m’ont vraiment marqué", indique-t-il.

Pour sa première sélection avec les Bleuets, le jeune Ntamack aura passé 57 minutes sur le terrain du stade des Alpes et inscrit 5 points (une pénalité et une transformation). Au-delà des émotions ressenties et surtout "le plaisir de porter le maillot de l’équipe de France", Romain Ntamack était "plutôt satisfait" de sa prestation. "Si j’ai pu m’exprimer et faire un assez bon match, c’est surtout grâce à mes coéquipiers", ajoute-t-il.

Romain Ntamack (France U20) - février 2017

Romain Ntamack (France U20) - février 2017Icon Sport

Il aura l’occasion de confirmer cette première bonne impression en Irlande dès vendredi (21h), où il sera de nouveau titulaire. "C’est un poste où il faut enchaîner les matches. Avec un match à l’extérieur, l’apprentissage se poursuit", dixit Faugeron. "Face aux Irlandais, je souhaite améliorer la précision de mon jeu au pied. Je veux trouver de meilleures touches", précise "RTK".

" Il a une grosse capacité de travail, pas seulement sur le terrain (Faugeron)"

Ntamack se donne les moyens de progresser. "Il a une grosse capacité de travail pas seulement sur le terrain, mais aussi au niveau de la vidéo, l’étude de l’adversaire", précise Faugeron. Il échange aussi beaucoup, notamment avec son père. "C’est mon père avant tout mais aussi mon coach. On debriefe beaucoup de matches. Parfois, il me demande mon avis sur Bordeaux, sur ce que je pense de la performance du 10. On parle beaucoup technique et tactique surtout. Il me conseille beaucoup et heureusement qu’il m’aide à m’enlever de la pression que j’ai au poste de 10". Cette pression, il l’a bien gérée face aux Écossais.

Romain Ntamack avec son père Emile en 2007 dans les tribunes du Stade toulousain

Romain Ntamack avec son père Emile en 2007 dans les tribunes du Stade toulousainIcon Sport

Romain Ntamack espère dans un premier temps "bien finir le Tournoi". Et pourquoi pas faire partie du groupe pour le Mondial U20 en juin. Mais, la tête sur les épaules, il ne veut pas "griller les étapes", simplement "saisir les opportunités qui se présentent", alors que les attentes autour de lui sont déjà grandes.

"À son poste, il y a des étapes à franchir", confirme Didier Faugeron. "La meilleure des formations est de jouer le plus rapidement possible dans un championnat qui est relevé. Les sélections en U18, U19, U20, c’est peu de temps finalement, l’idéal c’est d’intégrer l’équipe professionnelle pour avoir des matches de haut niveau à jouer et progresser beaucoup plus vite. Si on doit prendre un exemple sur quelqu’un, c’est peut-être là-dessus sur les Anglais qui eux n’hésitent pas à faire jouer leurs jeunes. Ils ont un championnat qui favorise cela et ceux qui ne sont pas utilisés sont reversés en Deuxième division et là aussi ils continuent à progresser".

Contenus sponsorisés
0
0