Icon Sport

6 NATIONS - L'introduction des bonus, une petite révolution pour un Tournoi centenaire

L'introduction des bonus, une petite révolution pour un Tournoi centenaire
Par AFP

Le 04/02/2017 à 10:32Mis à jour Le 04/02/2017 à 10:38

6 NATIONS - C'est la grande nouveauté de cette année : l'apparition des points de bonus dans le Tournoi. Une petite révolution qui pourrait tout changer.

L'introduction des points de bonus dans l'édition 2017 qui débute samedi du Tournoi des six nations, une des plus vieilles compétitions sportives au monde, constitue une petite révolution puisqu'elle pourrait décider du vainqueur final en l'absence de Grand Chelem. Annoncée le 30 novembre, cette réforme du système de classement doit "encourager et récompenser l'attaque", selon l'organisateur, qui décidera à l'issue de la compétition de le renouveler ou non.

Trois points de plus pour la nation qui fait le Grand Chelem

Le tournoi européen, plus que centenaire (première édition en 1883), s'était jusqu'ici refusé aux bonus, pourtant en vigueur dans toutes les autres grandes compétitions de rugby. Une victoire rapportait donc deux points, un match nul un point et une défaite zéro point. En cas d'égalité au classement, l'équipe avec la meilleure différence générale l'emportait, selon une règle instituée en 1993 qui avait permis d'éviter que la situation ubuesque de 1973 ne se reproduise : cette année-là, les cinq nations avaient fini à l'équilibre (2 victoires et 2 défaites) et avaient donc été déclarées vainqueurs.

Une victoire simple vaudra désormais quatre points et un nul deux points. Mais surtout, l'équipe qui marquera au moins quatre essais dans un match se verra attribuer un point supplémentaire, de même que celle qui perdrait par sept points d'écart ou moins, comme dans les compétitions européennes de clubs. Afin que la nation qui réalise le Grand Chelem (cinq victoires) soit dans tous les cas de figure assurée de remporter le Tournoi, le comité des six nations a également décidé de lui octroyer trois points supplémentaires au classement.

Yannick Bru, entraîneur des avants du XV de France

Yannick Bru, entraîneur des avants du XV de FranceIcon Sport

Bru : "On peut être amené à prendre des décisions différentes"

Mais en l'absence de Grand Chelem, une équipe qui aurait par exemple remporté trois victoires assorties du bonus offensif pour deux défaites bonifiées (17 pts) remporterait le Tournoi devant celle vainqueur à quatre reprises pour une seule défaite, à chaque fois sans bonus (16 pts). "Sur les fins de match, on peut être amené à prendre des décisions différentes", a estimé vendredi l'entraîneur des avants français Yannick Bru à propos de cette réforme.

"Je pense que sur l'ouverture du Tournoi, la mise en oeuvre sera minime, mais à partir de la 3e, 4e journée, des choix seront faits indéniablement car c'est un tournoi. Donc le classement final sera dans les têtes de tout le monde", a ajouté l'adjoint de Guy Novès.

Contenus sponsorisés