Icon Sport

6 NATIONS - L'Écosse s'impose à Murrayfield face au pays de Galles (29-13)

Après 10 ans d'attente, l'Écosse a enfin fait tomber le pays de Galles

Le 25/02/2017 à 17:17Mis à jour Le 25/02/2017 à 18:19

6 NATIONS - Grâce à une seconde période haute volée, l'Écosse a renversé le pays de Galles à Murrayfield (29-13). Le XV du Chardon signe une deuxième victoire dans cette édition 2017 et peut légitimement viser le podium. Voire mieux...

Dix ans ! Dix ans que le XV du Chardon attendait une victoire contre le pays de Galles dans le Tournoi des Six Nations. Une disette qui a pris fin de façon magistrale sur la pelouse de Murrayfield cet après-midi, grâce au succès des hommes de John Barclay sur les Diables Rouges (29-13). Alors que les Gallois avaient pris le meilleur départ et menaient à la pause (9-13) grâce à l'essai de Liam Williams, l'Ecosse a fait un retour tonitruant avec un 20-0 (deux essais de Seymour et Visser) en seconde période pour s'imposer devant le public d'Edimbourg chauffé à blanc. Les protégés de Vern Cotter se replacent pour la victoire finale.

Ils n'avaient pas forcément la faveur des pronostics, ces Écossais. Ils venaient de perdre sur la pelouse du Stade de France, y laissant au passage une énergie incroyable et perdant plusieurs cadres. Laidlaw, Strauss, Maitland sur le carreau, allaient évidemment manquer face à des Gallois qui semblaient monter en puissance malgré la courte défaite concédée à domicile contre le monstre anglais. Le premier acte semblait d'ailleurs vouloir confirmer cette tendance, avec notamment une démonstration du duo Warburton-Tipuric dans le jeu au sol. Les deux flankers étouffaient le jeu écossais, permettant à leur équipe de profiter de la possession et de virer en tête à la pause. Malgré leur domination, les Diables Rouges n'étaient pas parvenus à faire le trou, et tout restait possible.

Jonny Gray (Ecosse) face au pays de Galles - 25 février 2017

Jonny Gray (Ecosse) face au pays de Galles - 25 février 2017AFP

Russell et Hogg, maîtres des clés

A vrai dire, au retour des vestiaires, on avait presque du mal à croire qu'il s'agissait des mêmes équipes, tant la tendance de domination allait s'inverser. Impériaux dans les rucks, les Gallois allaient lors du second acte se faire donner la leçon par la troisième ligne écossaise, symbolisée par le jeune Hamish Watson, écœurant d'activité. Profitant de larges périodes de possession, Finn Russell pouvait enfin peser sur le match et lancer ses trois-quarts, trouvant le relais parfait en la personne de Stuart Hogg, décisif sur les deux essais écossais.

L'arrière profitait une première fois du leurre de Dunbar pour mettre Visser dans l'espace. Ce dernier servait Seymour pour le premier essai du Chardon. Vingt minutes plus tard, Russell servi à quelques mètres de l'en-but envoyait une fusée à plat pour son arrière qui donnait sur le pas à Visser qui cette fois pouvait conclure lui-même. Le reste ? Une démonstration de maîtrise des avants écossais qui annihilaient absolument tous les mouvements gallois. Murrayfield exultait à chaque coup de sifflet en faveur de son équipe, jusqu'au tout dernier qui libérait les 63.000 spectateurs. L'Ecosse peut donc rêver d'un exploit en Angleterre qui lui ouvrirait les portes d'une victoire dans le Tournoi. Elle est en tout cas sur les rails de sa meilleure performance depuis 2006. Et le Tournoi en avait bien besoin.

Contenus sponsorisés
0
0