Icon Sport

6 nations - Italie - Irlande (10-63) - Au tour de l'Irlande de gifler l'Italie

Giflée par le pays de Galles, l'Italie a cette fois-ci été humiliée par l'Irlande

Le 11/02/2017 à 17:10Mis à jour Le 11/02/2017 à 20:00

6 NATIONS - L'Italie a encaissé une seconde défaite à domicile, humiliée cette fois-ci par une solide équipe d'Irlande (10-63). Cela sent déjà la cuiller de bois. Le XV du Trèfle, lui, a décroché le premier bonus offensif de l'histoire du Tournoi.

L’Irlande était fâchée et n’a fait qu’une bouchée de l’Italie. Vexé d’avoir perdu en Écosse (27-22), le XV de Trèfle a corrigé chez elle une bien faible équipe transalpine (10-63). Dominateur dans tous les compartiments du jeu, les hommes de Joe Schmidt ont assuré le bonus offensif avant même la mi-temps grâce à des doublés de Earls (12e, 26e) et Stander (18e, 35e). Ils se sont ensuite promenés en seconde période, marquant la bagatelle de cinq essais supplémentaires dont trois pour le trois-quarts centre remplaçant Gilroy (68e, 78e, 80e+2). Avec cinq points facilement acquis, l’Irlande se replace avec la manière dans le haut de tableau.

Les années passent et l’Italie est de moins en moins à sa place dans ce Tournoi. Les raclées s’enchaînent, presque gênantes. Elle avait tenu une heure avant de craquer la semaine dernière contre le pays de Galles (7-33) mais elle n’a, cette fois, pas une seule seconde donné le change contre cette équipe irlandaise en quête de rachat. La possession de balle fut à 89% en faveur des Celtes durant les vingt premières minutes et les partenaires de Sergio Parisse en étaient déjà à 88 plaquages à la demi-heure de jeu contre seulement 16 en face. Ils pouvaient même s’estimer heureux d’avoir inscrit dix points en première période grâce notamment à un essai de pénalité (32e) et de ne pas basculer à la pause sur un score trop déshonorant (10-28).

CJ Stander (Irlande) face à l'Italie - 11 février 2017

CJ Stander (Irlande) face à l'Italie - 11 février 2017AFP

Un triplé et une passe décisive… au pied pour Stander

Difficile de juger la prestation irlandaise tant l’opposition était fantomatique. L’Irlande a su réciter son rugby et gagner tous ses duels, rendant impossible le jeu adverse. Côté individualité, le Munster fut bien représenté avec le virevoltant Simon Zebo, son pendant Keith Earls, auteur d’un doublé (12e, 26e) et surtout CJ Stander, qui a mis aux supplices tous les maillots azzurri qu’il a croisé sur son chemin. Omniprésent, rapide et puissant, le flanker né en Afrique du Sud a inscrit le premier triplé pour un joueur irlandais dans le Tournoi (18e, 35e, 45e) depuis Brian O’Driscoll en 2002. Il a ensuite été imité par l’Ulsterman Craig Gilroy (68e, 78e, 80e+2), trouvé sur sa deuxième réalisation par une passe au pied de l’inévitable CJ Stander (78e).

Intégrée en 2000 au Tournoi avec l’espoir de se rapprocher du niveau des cinq autres nations, l’Italie ne fait aujourd’hui plus figure que de sparring partner contre qui, désormais, ne pas prendre le bonus offensif serait synonyme de faute de goût dangereuse pour le classement final. Son prochain déplacement, à Twickenham, donne déjà des maux de tête à son sélectionneur, l’Irlandais Conor O’Shea.

Contenus sponsorisés