Icon Sport

6 nations - Doussain, Lopez... En 10, le choix de l’alternance pourrait dominer !

En 10, le choix de l’alternance pourrait dominer !

Le 31/01/2017 à 09:20Mis à jour Le 31/01/2017 à 09:23

6 NATIONS - Qui sera l’ouvreur numéro 1 du XV de France pendant le Tournoi des 6 Nations ? Si Camille Lopez semble partir avec une longueur d’avance sur Jean-Marc Doussain, la politique de l’alternance pourrait être privilégiée en fonction des adversaires…

Et si le Tournoi des 6 Nations 2017 permettait enfin d’arrêter une charnière et notamment le nom de l’ouvreur du XV de France ? Depuis le temps qu’un 10 incontournable est espéré sous le maillot tricolore, les rêves les plus fous sont permis. En l’absence de François Trinh-Duc, victime d’une fracture du radius face aux Samoans en novembre dernier, et de Jules Plisson, dont Guy Novès attend de nets progrès, notamment en défense, Camille Lopez (26 ans, 11 sélections) et Jean-Marc Doussain (25 ans, 14 sélections) se sont naturellement imposés pour disputer le Tournoi.

"Camille a su saisir sa chance", rappelle le sélectionneur. "Il est là. J’entends beaucoup parler de changement de la charnière mais finalement, je n’ai pas l’impression qu’elle change beaucoup. Les choses se construisent progressivement, ce n’est pas le fait du Roi. Sur une première année, il fallait quand même évaluer un certain nombre de joueurs. On ne part pas de zéro. Certains joueurs ont été écartés progressivement mais ne sont pas écartés définitivement. Ils ont un cahier des charges. Mais à l’heure actuelle, Camille et Jean-Marc représentent l’ouverture de l’équipe de France. On a installé les mecs les plus performants. Tout ce qui se passe est du domaine du normal. Mais si on se focalise sur deux joueurs, on oublie les autres et on ne les mobilise pas".

Camille Lopez (XV de France) - 26 novembre 2016

Camille Lopez (XV de France) - 26 novembre 2016Icon Sport

" Camille a su saisir sa chance (Guy Novès)"

Titulaire face à l’Australie (23-25), Jean-Marc Doussain bénéficie de la confiance de son ancien entraîneur qui apprécie son sens du sacrifice. Mais le Toulousain est encore trop prisonnier des schémas de jeu et doit apprendre à se lâcher. Un point sur lequel Camille Lopez s’est affirmé depuis ses débuts internationaux en juin 2013. "Je pense que j’ai progressé", confie l’ouvreur de l’ASM. "L’amélioration que je cherchais le plus, c’était d’essayer de trouver une régularité. Être capable, sans faire de grands matches, de rester le plus propre possible".

Alors, Camille Lopez, ouvreur numéro 1 des Bleus ? "Je suis plus proche qu’il y a un an, c’est sûr", souligne l’intéressé. "Je suis un jeune joueur. Je me suis dit qu’il fallait que je continue à travailler dur avec mon club, avec mes coéquipiers, avec mon staff à Clermont, pour être performant avec l’ASM. Et c’est ça qui me permettrait de retrouver l’Equipe de France".

Jean-Marc Doussain (XV de France)

Jean-Marc Doussain (XV de France)AFP

" Il faut tourner la page de Clermont et rester les pieds sur terre (Camille Lopez)"

Et la présence de ses coéquipiers clermontois Wesley Fofana (blessé et absent pour le Tournoi 2017, NDLR), Rémi Lamerat, Noa Naikataci et Scott Spedding a accéléré son assimilation du projet de jeu tricolore. "Je suis plus à l’aise que sur la première semaine de novembre où je ne connaissais rien du système", reconnaît le natif d’Oloron. "Il a fallu que j’emmagasine pas mal d’infos. J’ai essayé de m’imprégner au plus vite de la chose. Aujourd’hui, je retrouve plus d’automatismes. Beaucoup de Clermontois m’ont permis de m’adapter assez rapidement au projet de jeu. C’est un plus dans le jeu".

Si Jean-Marc Doussain peut lui-aussi s’appuyer sur quelques Toulousains dans la ligne de trois-quarts (Gaël Fickou, Yann David, Yoann Huget), Camille Lopez affiche pour sa part une confiance totale à l’image de son club de Clermont impressionnant aussi bien en Top 14 qu’en Coupe d’Europe. "Il faut faire attention", coupe toutefois l’ancien joueur de l’UBB. "On est en confiance parce que ça tourne bien avec l’ASM mais il faut se remettre dans la réalité de l’équipe de France. Ça ne veut pas dire que tout nous réussira ici. Il faut tourner la page de Clermont et rester les pieds sur terre".

Camille Lopez (XV de France) durant l'entraînement - 22 novembre 2016

Camille Lopez (XV de France) durant l'entraînement - 22 novembre 2016AFP

L’absence de Fofana aura-t-elle des conséquences sur le poste d’ouvreur ?

Lors du dernier test de novembre face à la Nouvelle-Zélande (19-24), le staff du XV de France avait favorisé une association 10-12-13 100% clermontoise : Lopez, Lamerat, Fofana. Une option payante. L’absence de Fofana pourrait néanmoins inviter l’encadrement tricolore à revoir ses plans. "On avait ce trio qui se connaissait bien", rappelle Jeff Dubois, l’entraîneur des arrières du XV de France. "On a voulu garder ça. Maintenant, avec la blessure de Wesley, ça peut redistribuer les cartes. Jean-Marc a fait de bons matches. En fonction des équipes que l’on va rencontrer, de leur profil, on adaptera notre charnière".

Jean-Marc Doussain, donc, ne part pas perdant. Et une association Doussain-Fickou-David n’est pas non plus exclue en cours de Tournoi. Reste enfin à savoir si Maxime Machenaud continuera de s’imposer à la mêlée devant Baptiste Serin dont la vista est pour l’instant reléguée sur le banc des remplaçants. Mais une chose est acquise : la charnière du XV de France travaille enfin dans la sérénité.

Qui souhaiteriez-vous voir au poste de n°10 du XV de France ?

Sondage
3592 vote(s)
Jean-Marc Doussain
Camille Lopez
Contenus sponsorisés