AFP

6 NATIONS - Dimitri Yachvili, un modèle devenu mentor pour Baptiste Serin

Yachvili, un modèle devenu mentor pour Serin

Le 27/01/2017 à 10:01Mis à jour Le 27/01/2017 à 10:10

6 NATIONS - Baptiste Serin s’est assuré les services d’un coach très particulier cet été en la personne de Dimitri Yachvili. Un demi de mêlée, comme lui, qu’il adorait durant sa jeunesse et qui met depuis son vécu au service de sa progression. Une collaboration qui porte ses fruits à en croire le Girondin.

Comme tout joueur né dans la première moitié des années 1990, Baptiste Serin (22 ans) a découvert le rugby pro sous le prisme du XV de France de Bernard Laporte. Une équipe en mesure de rivaliser avec tout le monde et dans laquelle figurait Dimitri Yachvili, une source d’inspiration majeure dans les yeux du petit Baptiste : "Mon plus grand souvenir de téléspectateur remonte à un 'Crunch' où on avait gagné contre les Anglais au Stade de France (24-21 en 2004, ndlr) et où Dimitri avait marqué un essai sur le petit côté après avoir tapé pour lui-même. C’était âpre, ça s’est décanté sur la fin et c’est le match qui m’a le plus marqué".

Dimitri Yachvili (France-Angleterre 2004)

Dimitri Yachvili (France-Angleterre 2004)AFP

Après dix ans d’hégémonie en sélection, le "Yach" a passé le flambeau en 2012 mais personne n’a su s’imposer, comme lui, sur la longueur, à la mêlée. Aujourd’hui, malgré une concurrence unique sur un seul poste en France, Baptiste Serin semble prêt à s’installer durablement dans la charnière tricolore. Six mois avant, il liait son destin à celui de son ancien modèle : "On s’est rencontré complétement par hasard, par le biais d’une journaliste", raconte le Girondin. "Depuis, on travaille ensemble et cela se passe super bien. J’ai la chance de le voir chaque semaine, tous les jeudis. On bosse sur le terrain et je débriefe aussi mes matchs avec lui".

"Il est pointilleux et c’est ce que je demande"

En son temps, Dimitri Yachvili avait sollicité les conseils d’un ancien footballeur, Jean-Michel Larqué, pour l’aider à parfaire sa technique de tir. L’élève d’hier est le maître d’aujourd’hui et transmet sa rigueur pour le plus grand plaisir de son interlocuteur : "Il est pointilleux et c’est ce que je demande. Il faut être très carré car le but est un domaine qui requiert beaucoup de précision et il m’apporte énormément. Il m’a notamment conseillé sur la position de mes épaules et plein d’autres petits détails qui font qu’un coup de pied est réussi. Il a aussi sa vision du poste de demi de mêlée et on peut échanger sur tous les domaines".

Baptiste Serin (XV de France)

Baptiste Serin (XV de France)Icon Sport

Du haut de ses 5 sélections, Serin regarde certainement son aîné, ses 61 capes et ses 373 points en Bleu avec les reliquats d’admiration qu’il lui vouait durant sa jeunesse. Pour lui, 2017 est l’acte II de son éclosion précoce en équipe de France. L’heure est peut-être venue pour lui de confirmer et d’emboîter le pas de son glorieux prédécesseur. Mais ce dernier a, semble-t-il, bien fait les choses en tempérant les ardeurs de son poulain : "Il a un naturel très calme et il essaie de me l’inculquer", assure Serin. "C’est une force tranquille, il dégage beaucoup de sérénité et de confiance. Cela me permet de m’appuyer sur lui". Il aura sûrement l’opportunité de montrer durant le Tournoi si ces derniers mois au contact de son mentor lui ont fait franchir un palier.

Contenus sponsorisés
0
0