Icon Sport

Tournoi des 6 nations - Thomas Domingo, le moment de reconquérir une place de numéro 1

Domingo, le moment de reconquérir une place de numéro 1

Le 17/03/2015 à 17:20Mis à jour Le 17/03/2015 à 17:27

Appelé par Philippe Saint-André suite au forfait d’Eddy Ben Arous, Thomas Domingo (29 ans, 36 sélections) signe son grand retour en équipe de France. Samedi face à l’Angleterre (18 heures), le pilier de l’ASM pourrait définitivement se relancer dans la course à la Coupe du monde.

Son ombre errait jusqu’alors sur la pelouse de l’Allianz Stadium de Sydney. Dans la charrette des Bleus ayant déçu Philippe Saint-André à l’issue du dernier test face aux Wallabies en juin dernier (39-13). Neuf mois après sa dernière sélection, Thomas Domingo (29 ans, 36 sélections) a retrouvé lundi le XV de France. Un retour précipité à la suite du forfait d’Eddy Ben Arous, blessé au triceps lors de la victoire en Italie (0-29). Un retour il y a quelques mois inenvisageable en raison d’une condition physique trop éloignée des exigences du niveau international. "Il fallait que je dégraisse (il est passé de 108 à 102 kg avec pour objectif de remonter à 105kg sans prendre de masse grasse, ndlr)", expliquait-il avant le début du Tournoi des 6 Nations. "Je faisais les efforts mais pas de la bonne manière. Je me suis laissé devenir mauvais".

Domingo: "Je me suis laissé devenir mauvais"

Fauché à deux reprises en 2011 (il a connu deux blessures graves aux genoux le 2 avril, le privant de la Coupe du monde, puis le 29 octobre, ndlr), Thomas Domingo a toujours affiché une détermination sans limite. "Avec tous les pépins qu’il a pu avoir, on pensait qu’il allait revenir mais que ça allait prendre forcément un peu de temps", nous confie son ancien mentor en équipe de France Didier Retière, aujourd’hui Directeur Technique National de la Fédération Française de Rugby. "Thomas a besoin d’être au top physiquement pour exprimer tout son potentiel. Et puis on dit souvent qu’après un an d’arrêt, il faut quasiment une autre année pour retrouver son niveau. Il faut que les matchs s’enchaînent pour retrouver les automatismes, les réflexes. Mais mentalement, Thomas est très fort. On ne revient pas comme ça de deux blessures aux ligaments croisés d'un genou. Tout le monde ne s’en remet pas. Il lui a également fallu ce mental pour arriver au haut niveau. Au départ, il avait des qualités mais il a dû se bagarrer sur son poids pour qu’il puisse développer son activité dans le jeu. Je savais que c’était un joueur qui pouvait se dépasser".

Didier Retière, DTN à la FFR et ancien entraîneur des avants du XV de France

Didier Retière, DTN à la FFR et ancien entraîneur des avants du XV de FranceIcon Sport

Retière: "Thomas est très fort mentalement"

Pointé du doigt par les arbitres lors du Tournoi 2014, à l’instar de Rabah Slimani, pour le positionnement de ses appuis en mêlée fermée, le pilier gauche de l’ASM Clermont Auvergne multiplie depuis quelques semaines les bonnes performances en club. "Il y a eu une grosse révolution en terme de technique (avec la mise en place de nouveaux commandements ("flexion, liez-vous, jeu" qui limitent l'influence de l'impact, ndlr) qui n’a pas vraiment été anticipé", souligne Didier Retière. "Maintenant, les petits formats sont vraiment familiarisés avec cette règle de la mêlée. Comme il n’y a plus d’impact, les petits gabarits, avec des bras de leviers plus petits, expriment plus naturellement leur force. Ils seront à mon avis avantagés en mêlée". D’autant que ses aptitudes dans le jeu courant constituent de sérieux atouts pour le XV de France. "C’est un joueur qui peut être très explosif, qui peut perforer les défenses", insiste l’ancien entraîneur des avants sous l’ère Lièvremont. "Il est très bon dans le secteur des rucks, contre rucks. C’est un joueur de combat qui allie puissance et explosivité. Eddy Ben Arous a des qualités de vitesse supérieure mais Thomas est plus dense".

Domingo: "Je veux montrer que je mérite d'avoir une nouvelle chance"

En l’absence d’Eddy Ben Arous, d’Alexandre Menini (entorse du ligament lateral externe, ndlr) et Xavier Chiocci, jugé hors de forme par le staff tricolore pour le niveau international, Thomas Domingo semble donc effectuer son retour au meilleur moment pour contrarier la hiérarchie au poste de pilier gauche. "La Coupe du monde est un objectif sur le long terme qui se rapproche maintenant", avouait-il récemment sur Sud Radio. "Ça va vite être là, en espérant que ça puisse tourner dans les semaines à venir. A moi de faire le nécessaire aussi, parce qu’il y a tout, entre le championnat et la Coupe d’Europe, pour continuer à grandir et montrer que je mérite d’avoir une nouvelle chance". Cette nouvelle chance se présentera samedi à Twickenham (18 heures) face au XV de la Rose et un certain Dan Cole. "Quand un joueur est vu à son avantage contre l’Angleterre, on sait qu’on peut compter sur lui contre n’importe quelle équipe au monde", lance Didier Retière. "C’est le moment pour Thomas de s’imposer". Et de reconquérir une place de numéro 1.

Thomas Domingo (XV de France) lors de la tournée d'été en 2014

Thomas Domingo (XV de France) lors de la tournée d'été en 2014Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0