Icon Sport

Tournoi des 6 nations, Angleterre-France - Thierry Dusautoir: "On va mettre les choses dans l'ordre"

Dusautoir: "On va mettre les choses dans l'ordre"
Par AFP

Le 21/03/2015 à 01:37Mis à jour Le 21/03/2015 à 01:38

Le capitaine du XV de France Thierry Dusautoir a assuré vendredi que ses hommes allaient "mettre les choses dans l'ordre" et d'abord se concentrer sur le "beau rendez-vous de rugby" de samedi en Angleterre, avant de penser à un hypothétique titre dans le Tournoi.

Le fait que vous soyez outsider vous amène-t-il à moins penser à la pression et plus au plaisir ?

Thierry DUSAUTOIR: On l'a préparé dans cet état d'esprit. Le match de la semaine dernière (contre l'Italie, 29-0) a montré qu'on était capable de jouer en équipe, réellement. Au-delà de la victoire, c'était à mon sens ce qui était le plus important. Ce week-end, il faut continuer sur cet acquis. Au-delà de l'intensité, de la qualité de l'équipe d'Angleterre, il faut arriver à conserver notre progression de la semaine dernière. Après, la pression inhérente au haut-niveau, il faut la garder parce qu'elle permet d'aller chercher les pourcentages nécessaires. Moi, je pense que c'est une belle opportunité de venir jouer-là en Angleterre, contre une belle nation, sûre d'elle et qui pratique un beau rugby. C'est l'occasion pour nous de gravir une marche supplémentaire.

Savez-vous les conditions qui pourraient vous amener à remporter le Tournoi ?

T.D: Je ne les connais pas. On a basculé dans autre chose, dans la construction de l'équipe. L'objectif, c'est de gagner ce match. Après, si on peut gagner le Tournoi, pourquoi pas. Mais on va mettre les choses dans l'ordre, être raisonnable. Ce qui est important, c'est notre progression. Ce groupe-là ne s'arrêtera pas demain à Twickenham. Il y a encore une grande aventure qui nous attend dans quelques mois. Venir jouer ici, dans un stade magnifique en milieu hostile, il faudra savoir répondre présent. Je pense que si on joue à 100% de nos capacités techniques et mentales, on est capable de rivaliser, bien sûr. Ce qui nous intéresse, c'est notre prestation, ce qu'on va donner sur le terrain, la façon dont on va se comporter.

C'est la dernière occasion de briller avant la liste pour le Mondial, les joueurs y pensent ?

T.D: C'est dans la tête de chacun, évidemment. Mais ça ne doit pas être pas la source de motivation. Notre histoire récente et le fait de jouer à Twickenham, ce n'est pas donné à tous et juste ça, ça justifie un engagement, une motivation, une envie à la hauteur du rendez-vous. Évidemment, on ne peut pas occulter ce contexte, mais il ne doit pas être déterminant dans la préparation du match.

Est-ce votre dernier match du Tournoi ?

T.D: En novembre 2015, j'aurai 34 ans, donc on peut raisonnablement penser que je joue mes derniers matches sous le maillot du XV de France. Mais j'aime bien prendre les choses dans l'ordre. Ce samedi après-midi, il faudra que je profite de ce match et je n'aurai pas la tête à réfléchir à mon cas personnel. Il y a un beau rendez-vous de rugby à jouer et à 33 ans, c'est ce qui me stimule encore.

Contenus sponsorisés