Icon Sport

Tournoi des 6 nations - Angleterre-France (55-35) - Merci les Bleus, bravo les Anglais !

Merci les Bleus, bravo les Anglais !

Le 21/03/2015 à 19:55Mis à jour Le 21/03/2015 à 20:18

La France s'est inclinée à Twickenham face à l'Angleterre au terme d'un match d'une rare intensité (55-35). On ne l'oubliera pas de si tôt celui-là... Douze essais et du jeu à outrance. Les Bleus terminent quatrièmes du Tournoi 2015.

12 essais. 90 points inscris. Un match de "fou". Et une victoire des Anglais (55-35) insuffisante pour leur permettre de remporter le Tournoi, qui revient finalement à l’Irlande, large vainqueur un peu plus tôt en Écosse (10-40). Il n’aura manqué que six points aux coéquipiers de Chris Robshaw pour passer devant l’Irlande. Quelques centimètres, finalement, sur cette dernière pénaltouche dans les arrêts de jeu de la rencontre…

Qui aurait pu prédire le scénario de cette rencontre absolument incroyable ? Pas grand monde. Pourtant, les deux équipes ont appuyé très tôt sur l’accélérateur. Avec d’abord cette mauvaise passe de Plisson qui aboutissait au premier essai signé Ben Youngs (7-0, 2e), auteur d’un doublé. Les Bleus ont ensuite rapidement su réagir. Avec du jeu, du mouvement et de la vitesse. L’opposé de ce que l’on avait pu voir dans ce Tournoi 2015 de la part des hommes de Philippe Saint-André, plus axés sur la défense (onze points encaissés en moyenne). La capacité à faire vivre le ballon de la paire de centres Mermoz-Fickou contrastait en effet forcément avec les qualités plus "perforantes" de la doublette Fofana-Bastareaud. Vingt minutes plus tard, un essai en contre de Tillous-Borde (7-8, 16e), un autre de Noa Nakaitaci et les Tricolores prenaient le large. Pas pour longtemps. Car le XV de la Rose ne dérogeait pas à sa philosophie et réagissait à son tour avec deux nouveaux essais (Watson, 31e et Youngs, 26e). Si bien qu’à la pause, les Anglais bénéficiaient d’un avantage déjà intéressant (+12).

L’Angleterre meurt à six points de la victoire finale

La seconde période fut du même acabit, avec du jeu, un rythme impressionnant (combien de joueurs souffrent d’habitude de crampes dès la 48e ?) et des essais toutes les cinq minutes ou presque (42e, 46e, 53e, 59e, 63e, 65e, 74e). Il en manquera finalement un aux Anglais pour décrocher une victoire mémorable dans ce Tournoi. Six points. Si peu…

Alors, que retenir de cette rencontre totalement irrationnelle ? Y’a-t-il vraiment des enseignements à tirer de cette dernière sortie ? On attendait l’équipe de France en défense, dans le combat, et peu inspirée dans le jeu à l’image de ses quatre premières sorties en 2015. On les a vus virevoltants (dans le sillage de Nakaitaci), rapides et précis en attaque, mais aussi dépassés en défense par le rythme imprimé par les Anglais. Avec aussi du déchet en conquête. Ce dont on est sûr, c’est que ces Bleus peuvent faire beaucoup mieux offensivement que ce qu’ils avaient montré ces dernières semaines voire années. Mais, au moment de dresser le bilan, il ne faudra pas non plus occulter cette quatrième place au classement, derrière un trio, dans l’ordre, Irlande-Angleterre-Galles qui semble toujours au dessus.

Contenus sponsorisés