AFP

Tournoi des 6 nations - A Rome, les Bleus ont retrouvé le sourire (0-29)

A Rome, les Bleus ont retrouvé le sourire

Le 15/03/2015 à 17:52Mis à jour Le 15/03/2015 à 19:40

Face à des Italiens décevants, les Tricolores ont retrouvé le chemin de la victoire ce dimanche à Rome. Maestri et Bastareaud ont marqué.

Eh bien non, l'expression "jamais deux sans trois" ne fera pas figure de cinglante vérité ce dimanche pour le XV de France. Pas de troisième défaite d'affilée sur le sol italien, ni de troisième défaite d'affilée tout court d'ailleurs. Les Bleus ont interrompu leur série noire à Rome en battant sèchement la Squadra Azzurra (0-29). Une victoire nette au score, sans grandes fulgurances et pour ne rien se cacher avec peu de raisons objectives de s'enflammer de façon précipitée, tant l'Italie s'est révélée d'une incroyable faiblesse, mais une victoire quand même avec deux essais à la clé (46e, 80e+2). Au-delà de l'anecdotique trophée Garibaldi, c'est surtout un peu de confiance retrouvée pour l'équipe de France.

Ce match, les Bleus l'avaient déjà pratiquement gagné au bout de dix minutes de jeu, lorsque Tommaso Allan, qui avait lui-même remplacé au pied levé le titulaire à l'ouverture Kelly Haimona, a dû céder sa place à l'ancien Luciano Orquera. Difficile de concevoir un jeu de qualité avec un stratège même pas prévu pour disputer la rencontre. Cela n'a pas manqué, l'Italie a été transparente dans le domaine offensif. Preuve en est le zéro pointé final au tableau d'affichage, qui souligne la pauvreté et l'indigence de sa copie. Pas farouche, les Bleus ont pris le temps pour mettre à mort la bête blessée, malgré une mêlée très dominatrice. La faute à une pluie de ballons tombés, au moins aussi nombreux que les gouttes s'abattant sur l'Olimpico.

Yoann Maestri lors du match Italie-France.

Yoann Maestri lors du match Italie-France.Panoramic

Spedding, Nakaitaci et Goujon ont marqué des points

Dans la situation actuelle du XV de France, il serait malvenu de faire la fine bouche. Les Bleus ont gagné sans encaisser de point et certains joueurs ont répondu positivement à la confiance accordée par Philippe Saint-André. Pour sa première, Noa Nakaitaci a montré de belles dispositions et une dextérité intéressante. Même chose en mieux pour Loann Goujon, très présent dans l'impact physique et le jeu courant, notamment après la pause. Le Rochelais est fortement impliqué sur le premier essai français de Yoann Maestri (46e). À L'arrière, Scott Spedding a eu les prises d'initiatives et la vista qu'on attendait de lui, impulsant également l'essai du Toulousain par une remontée de balle dynamique.

Une victoire large qui fait du bien au moral alors que le pire était à craindre en cas de nouveau revers. Elle ne masque pas les trop nombreuses scories de cette partie pas vraiment dans les standards du très haut niveau international. Le XV de France est encore loin des trente deux phases de jeu consécutives sans perdre le cuir de l'Irlande, samedi, contre le pays de Galles. L'opposition sera clairement autre la semaine prochaine à Twickenham. Mais si elle ne permet pas de s'enthousiasmer à outrance, cette victoire à Rome soulage et empêche au moins de désespérer. Et c'est déjà pas si mal.

Guilhem Guirado, le talonneur des Bleus - Italie France

Guilhem Guirado, le talonneur des Bleus - Italie FranceIcon Sport

Contenus sponsorisés