Icon Sport

Italie-France (0-29). L'antisèche: Face à une triste Italie, les Bleus se sont enfin (un peu) lâchés

Face à une triste Italie, les Bleus se sont enfin (un peu) lâchés

Le 15/03/2015 à 19:24Mis à jour Le 15/03/2015 à 19:33

Une opposition faible dans un match brouillon, certes. Mais le XV de France a retrouvé le chemin de la victoire et a montré de bonnes choses face à l'Italie (0-29). Notre antisèche.

Le jeu: Des motifs de satisfaction malgré une faible opposition

Malmenés en début de rencontre, le XV de France a encore mis du temps avant de rentrer dans sa partie. Mais beaucoup moins tout de même que lors des deux défaites en l'Irlande et face au pays de Galles. En première période, les Bleus se sont contentés de prendre le score, ayant une seule occasion d'essai à la suite d'une chevauchée de Camille Lopez, stoppé à quelques mètres de la ligne. Mais lors du second acte, les Tricolores ont montré un visage bien plus séduisant. Même si l'Italie s'est montrée vraiment faible et que le match ne fut pas de bonne facture, ne boudons pas notre plaisir de voir les Bleus réussir quarante bonnes minutes pour finalement s'imposer largement à l'extérieur, après avoir marqué deux essais par Yoann Maestri puis Mathieu Bastareaud. Soit autant que depuis le début du Tournoi. Surtout, les Français se sont rassurés en conquête, notamment en mêlée fermée, secteur largement dominé par le pack bleu.

La mêlée française a fait forte impression

La mêlée française a fait forte impressionAFP

Les joueurs: Dusautoir en leader, première réussie pour Goujon

Pour son cinquantième capitanat, Thierry Dusautoir a montré l'exemple face aux Transalpins. Au fer et au charbon dans les zones de ruck, il n'a eu de cesse de relever les ballons lents pour redonner du dynamisme aux séquences tricolores. Titulaire pour la première fois en Bleu, Loann Goujon a certainement marqué des points au poste de numéro huit. Puissant, rapide et disponible, le Rochelais a parcouru 99 mètres avec le ballon et réalisé un franchissement. Baptême du feu aussi pour Noa Nakaitaci, qui s'en est très bien sorti malgré peu de munitions. 109 mètres parcourus ballon en mains, meilleur bilan du match. A l'arrière, Scott Spedding a été très inspiré, en franchissant à deux reprises le rideau défensif italien. Amène le premier essai français sur l'une de ses relances. Citons également les piliers Eddy Ben Arous, Nicolas Mas et Rabah Slimani, qui ont grandement participé à la domination de la mêlée française. Très bonne entrée de Jules Plisson à l'ouverture. Le Parisien a joué de façon libérée et cela a fait du bien aux Bleus.

Jules Plisson, très bon face à l'Italie. Italie-France, mars 2015

Jules Plisson, très bon face à l'Italie. Italie-France, mars 2015Icon Sport

Au rang des déceptions, Sébastien Tillous-Borde a été trop lent dans ses prises de décisions et n'a pas vraiment apporté... Pour la première fois, Bernard Le Roux a déçu. Trop pénalisé (trois fautes) et trop peu en vue. Guilhem Guirado est lui aussi resté plutôt discret. Du côté de l'Italie, Sergio Parisse n'a pas évolué à son meilleur niveau, tout comme l'ensemble de ses coéquipiers.

Le tournant qui n'a pas eu le lieu: L'entame italienne n'a pas été récompensée

Rien ne laissait présager un score final largement en faveur des Bleus en début de partie. Car pendant dix minutes, les Azzuri dominaient totalement l'entame de match au point d'avoir 95% de possession et 99% d'occupation du terrain en leur faveur! Un temps fort qu'ils n'ont pas su concrétiser, Tommy Allan et Luciano Orquera manquant à deux reprises la cible sur pénalité. A 6-0 pour l'Italie, la rencontre aurait certainement été bien différente...

Le tweet mesuré

Pas d'enflammade tout de même. Il est vrai qu'avec 37 en-avant, le niveau général n'était pas forcément très élevé à Rome ce dimanche...

La stat: 1

En délivrant les Bleus au retour des vestiaires, Yoann Maestri a tout simplement inscrit son premier essai en sélection. Une juste récompense pour le Toulousain, devenu l'un des patrons de cette équipe de France.

La décla: Scott Spedding (arrière du XV de France)

" Cela fait beaucoup de bien. On a vécu quelques semaines compliquées, je suis vraiment content pour le groupe "
Contenus sponsorisés