Icon Sport

Angleterre-France (55-35), les notes - Fickou en impose, Plisson passe au travers

Bulletin de notes: Fickou en impose, Plisson passe au travers

Le 22/03/2015 à 18:30Mis à jour Le 22/03/2015 à 18:31

De nouveau titulaire au centre, Gaël Fickou a prouvé qu’il pouvait tenir la draguée haute aux Anglais. Jules Plisson a vécu un premier acte noir. Nos notes.

Ils ont brillé

Dans la dernière ligne droite avant le Mondial, plusieurs joueurs de la ligne d’attaque ont su tirer leur épingle du jeu. A commencer par Noa Nakaitaci. Voilà peut-être le joueur un peu fou-fou qui manquait au XV de France. Des prises d’initiative, des jambes de feu et une faculté à casser le rideau adverse. Cela se traduit par trois franchissements, cinq défenseurs battus, trois passes après contact, un essai et une offrande à Debaty sur son essai. A ses côtés, Gaël Fickou a montré du caractère. Le Toulousain, peu en vue avec son club, a retrouvé du punch, que ce soit en défense (13/13 au plaquage, meilleur Français et deux ballons récupérés) ou en attaque (deux défenseurs battus). A l’arrière, Scott Spedding s’est régalé à relancer tous les ballons. 17 courses (meilleur total du match), 116m parcourus, deux franchissements et deux défenseurs battus. Le Bayonnais a surtout confirmé tous les espoirs placés en lui par le staff des Bleus.

Gaël Fickou (XV de France) a su tirer son épingle du jeu en Angleterre - 21 mars 2015

Gaël Fickou (XV de France) a su tirer son épingle du jeu en Angleterre - 21 mars 2015Icon Sport

Au niveau

Au sein d’un pack malmené, le match de Vincent Debaty est à souligner. C’est vrai, le Clermontois s’est fait pénaliser deux fois en mêlée. Mais dans le jeu courant, il a énormément apporté. Des charges tonitruantes qui ont permis de faire mal à la défense anglaise. Il a raté deux plaquages mais marque un magnifique essai. Son compère, Nicolas Mas, a fait le job en mêlée et dans les tâches obscures. Guilhem Guirado, lui, est l’auteur de deux passes décisives, dont un offload somptueux pour l’essai de Mermoz. Dommage qu’il ait subi en mêlée fermée. Yoann Maestri s’est une nouvelle fois régalé dans la guerre des rucks. Sanctionné à deux reprises mais il a été l’un des rares à faire mal aux Anglais sur les déblayages. Indispensable, mais doit juste se canaliser un peu plus. Thierry Dusautoir a beaucoup couru, s’est proposé (11 courses), montré l’exemple. Du déchet toutefois (trois ballons perdus) et surtout, il s’est fait déposer par Youngs sur l’essai de Ford. Loann Goujon n’a pas semblé impressionné pour son premier match à Twickenham. Le Rochelais est resté sobre, étant sur courant alternatif avec trois défenseurs battus et deux passes après contact mais aussi deux plaquages ratés et une pénalité concédée. Derrière, Maxime Mermoz s’est montré sérieux et inspiré en attaque (trois franchissements, cinq défenseurs battus, un essai) mais a subi sur plusieurs impacts, raté un plaquage et concédé une pénalité. Sur son aile, la hargne de Yoann Huget a marqué. Mais on aurait aimé qu’il participe un peu plus aux débats.

Yoann Maestri (Xv de France) face à Courtney Lawes - Mars 2015

Yoann Maestri (Xv de France) face à Courtney Lawes - Mars 2015Icon Sport

Ils ont déçu

C’est une évidence: Bernard Le Roux termine la compétition sur les jantes. Le Racingman est généreux, peut-être trop des fois, mais samedi il a craqué sur le plan défensif. Quatre plaquages ratés et fautif sur les essais de Youngs et Nowell. Et puis en attaque, il n’avance pas à l’impact (2m parcourus en sept courses et deux ballons perdus !). Physiquement, Alexandre Flanquart a également subi face à la puissance des Anglais. Certes, le Parisien est intéressant en touche (3 prises) et en défense (13 plaquages) mais il perd beaucoup de ballons sur les impacts (3). Enfin, comment ne pas souligner la performance décevante de la charnière Tillous-Borde/Plisson ? L’ouvreur parisien a vécu un cauchemar dans le premier acte : une passe horrible qui amène l’essai de Youngs après 1’32, contré dans la foulée, trois tentatives de but ratés. Il a essayé ensuite de remonter la pente mais le mal était déjà fait. Quant à Sébastien Tillous-Borde, il n’a été guère meilleur. Se rate sur l’essai de Youngs, lent sur ses sorties de balle, deux plaquages ratés. On attend bien mieux, c’est certain. A noter enfin les entrées décevantes de Kayser (pas réglé en touche), Slimani (pris en mêlée) et Atonio (dépassé par le rythme).

Bernard Le Roux (XV de France) face à l'Angleterre - 21 mars 2015

Bernard Le Roux (XV de France) face à l'Angleterre - 21 mars 2015Icon Sport

Côté anglais

Quel match de Ben Youngs ! L’homme du match, c’est certain. Il en a fait voir de toutes les couleurs aux Bleus, surtout au ras des regroupements. Quatre franchissements, autant de défenseurs battus et un doublé. Un peu de déchet pour George Ford mais le jeune ouvreur anglais possède un talent fou et on a pu s’en apercevoir. Termine avec 25 points au compteur. Mike Brown, Jonathan Joseph et Jack Nowell ont été éblouissants derrière. Au sein du pack, la puissance de Vunipola a permis aux Anglais d’être régulièrement dans l’avancée. Robshaw a découpé tout ce qui bougeait (5 plaquages offensifs !) et affiché une santé incroyable (5 défenseurs battus). Les déceptions se nomment Haskell et Hartley.

Contenus sponsorisés
0
0