Icon Sport

6 nations - Les Clermontois en sont convaincus: Cotter ne voudra pas se rater face à la France

Les Clermontois en sont convaincus: Cotter ne voudra pas se rater face à la France

Le 03/02/2015 à 15:45Mis à jour Le 03/02/2015 à 15:48

Aux commandes de l’Ecosse depuis mai 2014, Vern Cotter semble déjà avoir insufflé une nouvelle dynamique au XV du Chardon. Face à la France (samedi, 18 heures), le sorcier néo-zélandais cherchera à transcender ses joueurs.

"Il a coché ce match depuis un bail…" Le visage convaincu, Benjamin Kayser semble lancer un avertissement au XV de France. Samedi soir (18 heures), en ouverture du Tournoi des 6 Nations, l’Ecosse (8e au rang de la World Rugby) débarquera sur la pelouse dyonisienne guidé par son nouveau mentor pour qui le rugby français n’a aucun secret: Vern Cotter. "En prenant l’équipe d’Ecosse, il a dû se dire qu’il avait deux tournées pour préparer ce match. C’est une évidence", insiste le talonneur de Clermont Benjamin Kayser. "L’Ecosse reste une bonne équipe, avec ou sans Vern Cotter. Mais avec lui, ils seront meilleurs. Il va les transcender et les emmener dans un état de combattivité et d’agressivité en haut du curseur". En l’espace de sept matches internationaux, l’ancien coach de l’ASM (2006-2014) a porté le XV du Chardon vers cinq succès - contre des nations de second plan (Etats-Unis, Canada, Tonga) mais également face à l’Argentine à deux reprises - et s’est illustré le 15 novembre 2014 à Murrayfield en faisant trembler les All Blacks (24-16).

Chouly: "Il va amener cette équipe vers plus de résistance physique"

Techniquement, tactiquement, physiquement, psychologiquement, Vern Cotter affiche cette rigueur qui a hissé l’ASM au plus haut niveau. "L’une des volontés de Vern est que chacun d’entre nous puisse être prêt à affronter son vis à vis en un contre un et ainsi démontrer à tout le monde de quoi il est capable à titre individuel", explique le talonneur de Glasgow Ross Ford. "C’est super d’avoir ces opportunités dans le jeu. Elles créent des espaces pour tout le monde et on devient difficile à défendre". Et difficile à décrypter. "Pour le connaître, on sait qu’il aime toujours chercher de nouvelles choses, innové", explique le troisième ligne Damien Chouly. "On ne peut pas simplement se baser sur ce qui a été fait auparavant. Mais la vérité, c’est qu’il va amener cette équipe vers plus de résistance physique. On a pu le voir sur la tournée de novembre: les Ecossais arrivent désormais à mettre la main sur le ballon en imposant de longues séquences de jeu pour user leurs adversaires".

Damien Chouly et Wesley Fofana (XV de France) - 2 février 2015

Damien Chouly et Wesley Fofana (XV de France) - 2 février 2015Icon Sport

Fofana: "Vern m'a transmis cet amour du rugby"

Dans ses discours, Cotter insiste sur les thèmes du passé, l'histoire, les racines du pays. Désirant insuffler à son équipe un jeu offensif, "Vern" s’est tourné vers trois figures du rugby écossais et des Lions, Jim Telfer (troisième ligne des années 1960), Ian McGeechan (demi d’ouverture ou centre des années 1970) et Andy Irvine (arrière des années 1970). Du Michelin à Murrayfield, l’ADN Cotter reste inchangée. "C’est quelqu’un de très exigeant, aussi bien dans le rugby que dans la vie", rappelle le trois-quarts centre Wesley Fofana. "Il m’a déjà apporté le travail (sourire). C’était loin d’être le cas quand j’ai commencé. Il m’a transmis cet amour du rugby et cette volonté de vouloir gagner des titres. Il a besoin de gagner !" Philippe Saint-André se tournera-t-il vers les cinq anciens élèves du stratège kiwi (Kayser, Fofana, Chouly, Parra, Naikataci, ndlr) pour préparer ce match ? "Pour connaître le personnage, il est assez malin pour ne pas qu’on devine ce qu’il va nous proposer", sourit Fofana. "On devine quelques trucs sur les lancements mais il sera plus malin que ça. Mais on sait qu’il cherche à faire avec l’Ecosse ce qu’il a fait à Clermont. On se rapproche vers un rugby total avec des avants qui se déplacent beaucoup".

Kayser: "Vern va tout tenter"

La nouvelle dynamique impulsée par Vern Cotter s'illustre aussi avec l'émergence de nouveaux talents (le demi de mêlée Sam Hidalgo-Clyne (21 ans), les troisièmes lignes Hugh Blake (22 ans) et Hamish Watson (24 ans), et le deuxième ligne Ben Toolis (22 ans). Une nouvelle vague qui cherchera à offrir aux Ecossais leur premier sacre depuis 1999. "Ils m'ont impressionné par leur désir d'aller de l'avant", avouait récemment Cotter sur la BBC. "Ils sont le reflet de cet esprit écossais porté vers l'attaque, pour devenir des compétiteurs de premier plan". Plus de doute, ce match inaugural des 6 Nations s’annonce comme un vrai révélateur pour la formation de Philippe Saint-André. "Ce sera un grand moment", se languit Benjamin Kayser. "Vern va tout tenter. Dans son amour et son historique personnel avec la France, ce serait très bien dans son tableau de chasse. Il va jouer ce match à la vie, à la mort…"

Vern Cotter, le sélectionneur de l'Ecosse

Vern Cotter, le sélectionneur de l'EcosseIcon Sport

Contenus sponsorisés