Icon Sport

6 Nations - Instants Crunch : 2015, un match à couper le souffle

Instants Crunch : 2015, un match à couper le souffle
Par Rugbyrama

Le 06/02/2019 à 18:18Mis à jour Le 07/02/2019 à 01:38

TOURNOI DES 6 NATIONS - Par un exploit individuel ou une inspiration collective, les Bleus avaient soudainement enflammé Twickenham. Rugbyrama vous propose de revivre, toute la semaine, ces instants hors du temps. Aujourd'hui... En 2015, le XV de France de Philippe Saint-André s’est incliné dans un des matches les plus spectaculaires du Tournoi des 6 Nations 2015 (55-35).

Un score de Super Rugby. Plus de 42 minutes de temps de jeu, 1400 mètres parcourus par les joueurs des deux équipes ballon en mains, des relances de partout. Un rythme de folie. Jamais les Français n’avaient parcouru autant de kilomètres sur le terrain (deux kilomètres de plus en moyenne). Mieux encore, les Bleus ont dominé dans ce match. Les statistiques parlent d'elles-mêmes.

Plus de possession, plus d’occupation, davantage de passes après contact et de franchissements. Pourtant, ce sont les joueurs de Stuart Lancaster (sélectionneur anglais de l’époque) qui seront les plus réalistes. Les Français, étouffés par le rythme infernal - 36 ballons joués au pied seulement – imposé par les coéquipiers de Chris Robshaw, doivent finalement s’incliner (55-35).

Debaty, son essai du bout du monde

Avec 12 essais marqués - sept réalisations côté anglais et cinq côté français - ce "Crunch" restera dans l’Histoire. Une référence au niveau international. Jamais les Bleus n’étaient parvenus à franchir la ligne d’en-but de leur adversaire historique autant de fois dans un match. A l’image d’une association Mermoz-Fickou étincelante au centre, ils ont (enfin) réussi à faire circuler le ballon jusqu’à l’aile. Un match qui les réconciliera un certain temps les amateurs de mouvement et du beau jeu.

L’essai du pilier Vincent Debaty est à l’image du jeu français durant ce match. Au départ d’une mêlée fermée dans les 22 mètres français, Plisson lançait le jeu. Le ballon circulait entre les centres avant que l’ailier Nakaitaci ne soit décalé dans son couloir gauche. Après une course le long de la ligne de touche et trois défenseurs battus, le Fidjien d’origine servait son pilier de l’ASM Clermont Auvergne qui était au soutien. Un essai de 80 mètres.

"L’attentat" de Courtney Lawes sur Plisson

Peut-être un des tournants du match. À la 25ème minute, Courtney Lawes, le deuxième ligne anglais semble charger à l’épaule (du moins sans enrouler son bras) le demi d’ouverture français Jules Plisson, sa tête virevoltant dans tous les sens avant de retomber au sol. Les ralentis sont impressionnants, le geste est violent. Le numéro 10 des Bleus mettra du temps à se relever. Le Parisien dira même avoir ressenti une "énorme décharge électrique".

Pourtant, en visionnant les images Nigel Owens, l’arbitre gallois de la rencontre déclarait : "I’m happy with the tackle", ("Je suis satisfait de ce plaquage"). Appréciation qui ne sera pas de l’avis du staff de Phillipe Saint-André, qui décidera de citer le joueur devant la commission de discipline. Nul doute, une sanction contre le "boucher de Northampton" aurait changé le cours du match.

Au final, une victoire anglaise tout de même mais le plus important reste préservé : au jeu du goal-average, les Français n’ont pas laissé à leurs "meilleurs ennemis" le gain du Tournoi.

Par Leny-Huayna Tible

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0