Icon Sport

Tournoi des 6 nations 2014 - Italie: L'éternelle apprentie

Italie: L'éternelle apprentie

Le 29/01/2014 à 13:25

Quatrième en 2013, l'Italie semble encore loin du podium. Sans l'expérience des Masi et Canale, difficile de croire à mieux. L'apprentissage n'est pas terminé.

Italie logo 2010

Entraîneur: Jacques Brunel (FRA, depuis octobre 2011)
Capitaine: Sergio Parisse (30 ans, 101 sélections, troisième ligne, Stade Français/FRA)
Palmarès: néant (admission dans le Tournoi en 2000)
Tournoi 2013: 4e (2 victoires, 3 défaites)

LE CONTEXTE

L'Italie a vécu une année 2013 aigre-douce, entre l'euphorie d'un Tournoi-2013 réussi, ponctué de victoires face à la France (23-18) et l'Irlande (22-15), et la déception d'une tournée de novembre ratée. Les Azzurri ont, en effet, explosé face à l'Australie (50-20) et perdu contre une Argentine moribonde (19-14), ne confirmant pas les progrès entrevus dans le jeu. Le problème reste le même et donne la désagréable impression de stagner: si l'Italie est capable de tenir tête aux meilleurs sur un bout de rencontre, elle ne parvient pas encore à maintenir l'intensité, la concentration et la précision sur 80 minutes. Si la vieille garde (Castrogiovanni, Parisse, les frères Bergamasco...) est encore sur pied, la relève tarde aussi à venir. Et les blessures de l'arrière Andrea Masi, de l'ailier Giovanbattista Venditti ou du centre Gonzalo Canale pourraient être bien cruelles pour une équipe dont le réservoir n'est pas extensible.

Tommaso Allan Italia Australia 2013

Tommaso Allan Italia Australia 2013AFP

Né d'un père écossais et d'une mère italienne, tous deux joueurs de rugby avec un oncle (John Allan), ancien international dans le XV du Chardon, le trois-quarts polyvalent de Perpignan va disputer son premier Tournoi. International écossais chez les jeunes, le joueur de Perpignan a finalement choisi de porter les couleurs de l'Italie et a fait trois premières apparitions sous le maillot azzurro en novembre. Jacques Brunel l'a pour l'instant utilisé en N.10 et il pourrait avoir une carte à jouer derrière Luciano Orquera.

L'OBJECTIF

Jacques Brunel (entraîneur): "Ce sera très difficile de faire mieux (que le Tournoi 2013), déjà par la configuration du calendrier, avec deux déplacement à Cardiff et à Paris pour commencer, et deux matches sur cinq à domicile (Écosse et Angleterre). On n'a pas d'objectifs chiffrés, on est revenu en arrière sur le contenu des matches, le but est de retrouver de la satisfaction, d'élever notre niveau de jeu, notamment le secteur défensif."

L'ANNÉE 2013

3 victoires, 8 défaites. Difficile de dresser une constante dans les résultats italiens. Malgré les deux belles victoires présentées plus tôt lors du Tournoi, et une autre acquise à l'arraché contre les Fidji (37-31, en novembre), la balance penche inévitablement vers le rouge avec huit défaites au compteur. D'autant plus rageant : après chaque bonne performance, les hommes de Brunel se relâchent et l'ont chèrement payé (défaites 34-10 en Ecosse et 44-10 en Afrique du Sud).

L'EQUIPE-TYPE

McLean ; Benvenuti, Morisi, Sgarbi, Iannone ; (o) Orquera (ou Allan), (m) Gori ; Barbieri, Parisse (cap.), Zanni ; Bernabo (ou Bortolami), Geldenhuys ; Castrogiovanni, Ghiraldini, Rizzo.

NOTRE AVIS

L'Italie n'a jamais obtenu plus de deux victoires dans une même édition. Cette année encore, difficile de les voir faire mieux. La réception de l'Ecosse pourrait permettre aux Transalpins d'éviter le cuillère de bois. Une constante permanente pour une nation qui n'évolue pas assez vite.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés