Icon Sport

Un succès sans laurier

Un succès sans laurier
Par Rugbyrama

Le 14/02/2011 à 10:43Mis à jour Le 14/02/2011 à 17:47

Malgré la victoire face à l'Irlande (25-22) dimanche à l'Aviva Stadium, l'équipe de France n'a pas convaincu et le premier déçu était le sélectionneur Marc Lièvremont qui n'a fait preuve d'aucune indulgence pour décortiquer la prestation de son équipe. Explications d'un succès en trompe-l'œil.

Le retour au vestiaire a sonné la fin de l'euphorie née du succès décroché quelques minutes plus tôt sur la pelouse de l'Aviva Stadium à Lansdowne Road. Les Français, heureux d'être toujours invaincus dans ce Tournoi des 6 Nations, ont alors croisé un Marc Lièvremont dont l'oeil noir a glacé l'enthousiasme de ses joueurs. Le sélectionneur leur a certainement rappelé que cette victoire a été obtenue grâce aux fautes irlandaises et à la précision de Morgan Parra, puis de Dimitri Yachvili, dans leurs tentatives de but. Si l'adage promet d'apprendre des défaites, le patron du XV de France a décidé de ne pas fermer les yeux sur les interrogations d'une victoire, certes bienfaitrice pour le moral mais énigmatique sur le contenu technique et tactique.

Un rythme décevant

Cette dernière rencontre de la deuxième journée du Tournoi des 6 Nations n'a jamais atteint des sommets en terme d'intensité. La faute à une guerre du sol déclarée par les Irlandais où les Français n'ont jamais su trouver des solutions pour accélérer les sorties de balles. Incapables d'imprégner le rythme, les Bleus se sont rapidement montrés brouillons dans toutes leurs initiatives, que ce soit en raison d'erreurs techniques (en-avants) ou de placements sur la redistribution offensive (beaucoup de joueurs arrêtés à la prise de balle). Ils ne sont parvenus à lancer le jeu qu'une seule fois avec succès sur l'essai de Maxime Médard.

Une stratégie étrange

Les Bleus ont aussi enchaîné les mauvais choix, en oubliant notamment d'utiliser le jeu au pied de dégagement et de déplacement. Le premier essai irlandais fait suite à une tentative de relance française depuis les vingt-deux mètres sur un lancement après mêlée. Une initiative inexplicable alors que la pression des coéquipiers de Jonathan Sexton était forte depuis le début de la rencontre car ils venaient d'enchaîner quatorze temps de jeu sur une séquence de près de trois minutes dans les trente mètres tricolores. Une erreur tactique magistrale dans les premières minutes mais aussi dans les dernières secondes quand Sébastien Chabal s'est débarrassé du ballon avec une passe plus qu'hasardeuse, offrant une dernière munition à des hommes verts qui n'en demandaient pas tant. Deux actions à l'image de la rencontre des Français, c'est-à-dire catastrophique en terme de maîtrise. Morgan Parra a été désigné principal coupable par le staff technique de toutes ces incohérences et il a été remplacé à la 54e minute de jeu.

Une défense à l'abandon

La défense est l'autre secteur inquiétant. Après trois essais encaissés face à l'Ecosse, l'Irlande a, elle aussi, inscrit trois essais. En deux rencontres, la défense française a rompu à six reprises, autant que sur l'ensemble de toute la compétition lors du Grand Chelem 2010. A l'Aviva Stadium, un seul joueur, le capitaine Thierry Dusautoir, a réussi à avancer à l'impact, à défendre en avançant. Sinon, les Bleus ont subi les contacts et la défense a cédé à chaque incursion des Verts dans leurs 22 mètres. Une seule fois, les Français ont su refouler leurs adversaires. C'était à la 80e minute de jeu sur le dernier contre irlandais. Sans ce sauvetage in extremis, le XV de France aurait connu une véritable bérézina. Trois essais encaissés mais aussi dix pénalités concédées par une défense vite dépassée et peu lucide.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés