Icon Sport

Schmidt évoque D'Arcy

Schmidt: "D’Arcy est un super défenseur"
Par Rugbyrama

Le 10/02/2012 à 14:23

Joe Schmidt, l'entraîneur de la province du Leinster, évoque pour Rugbyrama l'Irlande que la France s'apprête à affronter ce samedi à 21h au Stade de France. Le technicien évoque les hommes qui composent ce XV du Trèfle, leurs forces, leurs faiblesses, et se penche également sur le XV de France.

L’absence de Brian O’Driscoll est-elle insurmontable pour les Irlandais ?

Joe Schmidt: Non. Enterrer Fergus McFadden parce qu’il a raté un plaquage sur George North (dimanche dernier à l’Aviva Stadium, N.D.L.R.) serait une grave erreur. North est un phénomène. Peut-être le joueur le plus puissant d’Europe. Il aurait pu arriver la même chose à Brian O’Driscoll, dont les mensurations sont similaires à celles de McFadden.

O’Driscoll n’est-il pas le patron de la défense ?

J.S.: Brian a une telle aura qu’il donne de la confiance à ses partenaires. Mais une équipe ne se résume pas à un seul homme.

Aurélien Rougerie, auteur de deux essais lors de ses deux dernières titularisations face à l’Irlande, est-il la bête noire de Gordon D’Arcy?

J.S.: Remettons les choses à leur place: le jour où "Roro" a renversé Gordon (lors du Tournoi 2011, à Dublin, victoire française 25-22), D’Arcy avait auparavant réussi dix-sept de ses dix-huit plaquages. Il n’est pas le premier centre à se faire transpercer par Aurélien Rougerie. Demandez donc aux Italiens ce qu’ils en pensent. Ce plaquage manqué ne fait pas de lui un mauvais joueur. Gordon D’Arcy est un super défenseur.

Quelles sont les qualités de Keith Earls ?

J.S.: Keith est un joueur imprévisible, très inspiré balle en mains. Il possède des appuis très courts, électriques. Il peut mettre du stress sur les défenses adverses.

On lui prête pourtant certaines carences défensives. Qu’en est-il vraiment?

J.S.: J’ai aussi entendu ces critiques. Mais il a beaucoup progressé là-dessus. Après avoir été longtemps utilisé à l’aile, Earls est aujourd’hui devenu un vrai trois-quarts centre.

Que pensez-vous de la paire de centres des Bleus, Fofana-Rougerie ?

J.S.: C’est la plus complémentaire du rugby français. "Wes", même s’il était un peu stressé en début de match, a fait beaucoup de mal à la défense italienne par ses appuis, sa vitesse et sa capacité à se sortir du plaquage. Il a bien pris «Gonza» (Canale), à deux reprises. […] "Roro" a un bon raffut et crée des espaces à Wesley. Ils ne peuvent être plus complémentaires.

Cette association ne manque-t-elle pas, néanmoins, de jeu au pied?

J.S.: Non. Rougerie a un pied gauche très puissant. Et Fofana est très à l’aise sur des coups de pied tactiques, dosés, entre les deux rideaux défensifs.

La faiblesse de l’attaque irlandaise aurait récemment incité les dirigeants de l’IRFU à faire appel à vos services. Qu’en est-il vraiment ?

J.S.: C’est faux. Je suis trop occupé.

Contenus sponsorisés