Icon Sport

Williams sauve les Gallois

Williams sauve le pays de Galles
Par Rugbyrama

Le 12/02/2010 à 16:17Mis à jour

Incroyable retournement de situation à Cardiff : le pays de Galles, mené jusqu'à 12 points et dominé par l'Ecosse, a su revenir dans la partie et s'imposer 31-24 grâce à un essai à la dernière seconde de Shane Williams. L'ailier supersonique a d'ailleurs été impliqué sur les trois essais des siens.

Terrible, dramatique, cruel… Les superlatifs manquent pour qualifier l’issue du match pour les Ecossais. Incroyable dénouement qui a vu les Gallois, menés 9-18 à la pause, l’emporter dans les arrêts de jeu. Les visiteurs avaient tout fait pour s’offrir un vrai exploit à Cardiff… Mais en face, il y avait Shane Williams ! A bientôt 33 ans, l’ailier sacré meilleur joueur du monde en 2008 a prouvé qu’il avait encore des cannes de feu et qu’il était toujours aussi décisif pour sa sélection. Mais les Gallois ont souffert… Après le refus de l’Ecosse de fermer le toit du Millennium Stadium, Warren Gatland avait accusé ses adversaires de vouloir pratiquer un jeu restrictif : "Dan Paks va se charger de donner de longs coups de pied dans les angles du terrain, Chris Cusiter en donnera de petits dans la boîte et Sean Lamont portera le ballon au centre du terrain". Difficile de lui donner tort… Sauf que le technicien néo-zélandais n’avait peut-être pas prévu que les Ecossais le feraient à merveille pendant que ses troupes bafouillaient leur rugby. Dès le début de match, la gestion du jeu des visiteurs était remarquable.

Et pour son retour sous le maillot national, l’ouvreur Dan Parks se montrait irréprochable. Il excellait ainsi dans ses coups de pied de déplacement et l’occupation du terrain. Un jeu simple, pas forcément flamboyant mais diablement efficace. Quand Parks ouvrait au large, c’était pour effectuer du jeu à une passe, comme sur le premier essai du match de John Barclay (9e). Servi à hauteur sur les 22 mètres adverses, le troisième ligne profitait des mauvais plaquages de deux défenseurs pour transpercer le rideau local et marquer (7-0). Les hommes d’Andy Robinson réalisaient une première mi-temps exemplaire. Quasiment aucune erreur, au contraire de Gallois qui offraient un spectacle confus, composé de nombreuses failles en défense (six plaquages manqués sur 32 au bout de 25 minutes) et d’oublis sur des supériorités numériques au large. Au plus grand bonheur des Ecossais.

Les Ecossais ratent le break !

Les difficultés galloises étaient essentiellement dues à l’énorme performance des visiteurs au sol et dans les rucks, ralentissant chaque sortie de balle des diables rouges. Et les équipiers du capitaine Cusiter se permettaient de marquer sur presque chacune de leurs intrusions dans les 30 mètres locaux. A la 20e, sur un renversement de jeu, Dan Parks donnait un subtil coup de pied dans le dos de la défense galloise. Et Max Evans, entré temporairement à la place de son frère, aplatissait en coin. L’Ecosse menait alors 15-3. Un double événement sur cette action puisque Chris Paterson ratait la transformation. Son premier coup de pied raté dans le Tournoi depuis trois ans, mettant un terme à une série de 35 réussis consécutivement. La 100e sélection de l’arrière avait d’ailleurs un goût amer puisqu’il sortait ensuite sur blessure, touché aux côtes, à la 30e. Mais Dan Parks, décidément en état de grâce, prenait le relais à la perfection. Le plus bel exemple était son drop passé de 45 mètres à la 66e minute.

Le tournant de la rencontre intervenait à la 44e minute. Les Ecossais avaient l’occasion de tuer le match. Brown inscrivait l’essai du break… Un essai refusé pour un en-avant de Sean Lamont largement évitable. Et le reste du second acte était dominé par le pays de Galles. Des joueurs locaux qui avaient du mal à percer l’héroïque défense adverse. Seul Shane Williams parvenait à mettre en défaut le bloc écossais. Et de quelle manière ! C’est lui qui créait les décalages sur les deux premiers essais des siens. A la 55e, après avoir navigué dans la défense adverse et éliminé deux défenseurs, il fixait pour servir sur un plateau Lee Byrne (14-21). Sur le deuxième (77e), il semblait pris mais parvenait à se libérer et à débloquer la situation… En bout de ligne, Halfpenny marquait (21-24). La fin de match offrait un suspense effroyable. Surtout que les Ecossais étaient réduits à treize après les cartons jaunes de Lawson (74e) et Godman (79e).

Et l’impensable dix minutes plus tôt survenait à la 82e minute. Au terme d’une action interminable, les Gallois profitaient de leur supériorité numérique pour inscrire leur troisième essai. Par l’intermédiaire de qui ? Shane Williams bien sûr. En brandissant le bras en signe de victoire, et surtout de libération, il franchissait la ligne d’en-but. Et délivrait tout un stade !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0