Un nouveau départ

Un nouveau départ
Par Rugbyrama

Le 20/01/2010 à 17:22Mis à jour

Mathieu Bastareaud, le trois-quarts centre du Stade français, va faire son retour avec les Bleus lors du Tournoi des 6 Nations, sept mois après l'affaire dont il a été le principal acteur l'été dernier en Nouvelle-Zélande. Après s'être reconstruit avec son club, il doit le faire en équipe de France.

Officiellement, l'équipe de France n'a jamais fermé ses portes à Mathieu Bastareaud. Aucune mesure n'avait été prise dans ce sens là malgré une tournée d'été où le rocambolesque avait fini par prendre le pas sur le sportif. Une affaire aujourd'hui connue de tous, du simple amateur de rugby au premier ministre où finalement le coupable se résumait à une table de nuit et un pantalon récalcitrant. Depuis sept mois et un retour précipité en France, Mathieu Bastareaud tente de passer à autre chose. A 21 ans, le puissant trois-quarts centre du Stade français n'a pas cherché à se construire mais à se reconstruire. Excuses et travaux d'intérêt général devant les médias pour redorer son image publique, plusieurs heures en tête à tête avec une psychologue et un vrai travail intérieur pour retrouver le goût du rugby et être en paix avec lui-même.

Sa non convocation pour les tests matchs du mois de novembre lui avait fait comprendre que le pardon ne serait pas facile à obtenir, que sa cinquième sélection n'était pas encore d'actualité. Alors il s'est appliqué à retrouver des sensations avec son club pour devenir une évidence aux yeux du staff technique de l'équipe de France. Pour démontrer par des actes qu'il voulait réparer son erreur. Ce 20 janvier lui a finalement donné raison. Marc Lièvremont a couché son nom sur la liste des trente joueurs retenus pour débuter le Tournoi des 6 Nations. Un choix logique pour Emile N'tamack, l'entraîneur des lignes arrières tricolores : "Si sa sélection était attendue, c'est que tout le monde avait vu ses performances sur le terrain avec son club. Il y avait donc une logique sportive à respecter pour le faire revenir. Au niveau des sanctions, le dossier est clos, il fait ses travaux d'intérêt général régulièrement. A partir de là, on passe à autre chose, tout simplement."

Reste à gérer son retour à Marcoussis, avec des coéquipiers qu'il a quitté un matin à Wellington dans l'incompréhension générale. « Il sera certainement un peu stressé de retrouver Marcoussis et l’équipe de France. Nous allons le mettre à l’aise, il n'y aura pas de tribunal. Son retour s’effectuera dans la douceur. En tant que gros compétiteur, ce sera aussi pour lui une source de motivation. Il voudra prouver sur le terrain mais aussi dans son quotidien et le relationnel avec ses partenaires. » Encore reconstruire un lien, une unité, une légitimité. Le garçon a déjà prouvé qu'il savait le faire.

Contenus sponsorisés